Budapest: Une synagogue médiévale rouvre

0
149

Une ancienne synagogue de Budapest qui avait été fermée comme lieu de culte a rouvert ses portes en tant que lieu de culte juif lors d’une cérémonie à laquelle assistait le président du pays.

Le président János Áder a assisté jeudi dernier à la cérémonie d’inauguration de la synagogue du château de Buda en tant qu’invité de la fédération EMIH des communautés juives affiliée à Chabad, a indiqué l’organisation dans un communiqué.

La synagogue de la rue Táncsics, qui était autrefois un musée juif, a été inaugurée spécialement pour Rosh Hashanah, le nouvel an juif.

Budapest, dont le nom est un mélange des deux parties de la ville comprenant la métropole, compte des dizaines de synagogues.

 Mais la grande majorité d’entre eux se trouvent à Pest, la partie animée de la ville située à l’est du Danube. En revanche, la plaine et les collines de Buda contiennent la plupart des ambassades étrangères de la ville, de nombreuses églises et musées. Mais il n’y a qu’une poignée de synagogues.

Buda avait beaucoup plus de juifs avant l’Holocauste, mais ceux qui ont survécu au génocide ont tous émigré à Pest, et peu d’entre eux sont retournés à Buda. Quelque 100 000 Juifs vivent aujourd’hui en Hongrie, principalement à Budapest.

«En voyant cet endroit 70 ans après l’Holocauste, en voyant des centaines de personnes célébrer cet événement spécial dans le château de Buda, la tête haute, en présence de l’honorable président, je peux entendre les pas de la rédemption finale d’Israël», Rabbi Shlomo Kovesh , qui dirige EMIH, a déclaré lors d’un discours lors de la cérémonie. La nouvelle synagogue sera dirigée par le rabbin Asher Faith, né à Budapest.

La synagogue est située près de l’une des principales portes de la ville, construite au Moyen-Âge et connue sous le nom de porte juive jusqu’à ce jour.

Il se trouve également à proximité du musée d’art de Budapest, qui se trouve dans le palais du château de Buda, une structure imposante construite au milieu du XIIIe siècle.

Le grand rabbin néerlandais Binyamin Jacobs, qui représentait à cette occasion le Centre rabbinique d’Europe, a également assisté à la cérémonie.

JTA

Une ancienne synagogue médiévale de Budapest vient de rouvrir ses portes après avoir été fermée pendant une très longue période. Construite au 13esiècle, cela faisait en effet près de 400 ans qu’elle n’était plus en activité.

Ce lieu de prières connu sous le nom de ‘Buda Castle Synagogue’ a été fermé au 17e siècle, à l’époque de l’occupation ottomane de Budavar qui est aujourd’hui l’un des quartiers de Budapest.

L’inauguration, organisée par le mouvement Habad de Hongrie juste avant la fête de Roch Hachana, s’est déroulée en présence de près d’un millier de personnes, membres de la communauté juive locale. Parmi les invités prestigieux de cette cérémonie se trouvait le président hongrois János Áder.

Il y avait également de nombreuses autorités rabbiniques dont le grand rabbin de Hollande, Rav Binyomin Jacobs, délégué du Centre rabbinique européen, le Rav Shlomo Koves, grand rabbin du EMIH (Unified Hungarian Jewish Congregation), le président du tribunal rabbinique des communautés orthodoxes de Budapest, Rav Barouh’ Oberlander, et le nouveau rabbin de la synagogue restaurée, Rav Asher Faith.

Pour la Fédération juive hongroise, ‘la réouverture de ce centre cultuel à Budapest devrait donner un nouveau souffle à la communauté juive et lui permettre de surmonter un certain nombre de problèmes’.

A l’heure actuelle, près de 100 000 Juifs vivent en Hongrie, faisant de leur communauté la troisième plus importante d’Europe. Près de 95 % d’entre eux résident à Budapest.

Claire Dana-Picard

Les juifs à Buda

« On trouvait tout dans le quartier juif de Buda : tapis persans, kilims, velours, mousseline et feutre, cuir du Maroc. Tous les fruits, y compris les plus exotiques qui venaient des confins de l’Empire ottoman, du bétail, de la farine, du sel et du bois. Les juifs faisaient crédit et intervenaient dans le paiement des rançons des otages chrétiens. On achetait également les domestiques sur le marché. Toutefois le commerce du vin était interdit aux juifs. Afin de ne pas éprouver la vertu des musulmans, les autorités turques prohibaient même le vin dans les cérémonies religieuses juives.

Géza Komoroczi, Jewish Budapest : Monuments, rites, history, Budapest, Central European University Press, 1999.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.