Syrie: Moscou pour des observateurs et un cessez-le-feu “simultané”

0
12

La Russie veut convaincre la Syrie d’accepter des observateurs internationaux indépendants qui surveilleront l’arrêt “simultané” des violences des deux côtés, a déclaré mercredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.M. Lavrov a indiqué que la Russie discutait de cette proposition avec les pays de la Ligue arabe et les Nations unies, dont le Conseil de sécurité a débattu de la crise lundi.

“L’objectif est que les deux parties comprennent qu’il y a des observateurs indépendants pour surveiller la mise en place de cette exigence, et nous allons formuler cette exigence pour un cessez-le-feu immédiat”, a déclaré M. Lavrov au cours d’une conférence de presse conjointe avec son homologue philippin Albert del Rosario.

“Il faut que ce soit fait simultanément. On ne peut pas exiger du gouvernement de quitter les villes et les villages alors que les groupes armés ne font pas la même chose”, a-t-il poursuivi.

“Le retrait unilatéral des forces gouvernementales est complètement irréaliste. Les autorités syriennes ne vont pas le faire, que nous le voulions ou pas”, a-t-il poursuivi.

La Russie insiste pour mettre sur le même plan les violences du régime et de l’opposition armée syrienne, ce que les Occidentaux refusent.

Les chefs de la diplomatie français et britannique, Alain Juppé et William Hague, ont exhorté lundi de manière plus ou moins explicite la Russie à rejoindre les Occidentaux dans leur condamnation du régime syrien.

Membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie a déjà bloqué, comme la Chine, deux résolutions condamnant la répression menée par le régime
de Bachar al-Assad.

Moscou a rejeté un nouveau texte américain au Conseil de sécurité exigeant du régime l’arrêt “immédiat” des violences et appelant l’opposition à “s’abstenir de toute violence” au cas où le pouvoir se plierait aux exigences de cette résolution.

Samedi, la Russie et les pays arabes se sont mis d’accord sur cinq points, appelant d’abord à “la fin de la violence d’où qu’elle vienne”.

MOSCOU, 13 mars 2012 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here