Nîmes « L’acte antisémite sur un rabbin n’est pas un incident isolé »

0
13

Vendredi dernier, un rabbin a fait l’objet d’insultes antisémites à Nîmes, ce qui a entraîné l’interpellation d’un suspect.

Celui-ci sera convoqué en mai au tribunal correctionnel.

La Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) de Nîmes a décidé de se constituer partie civile.

Patrice Bilgorai, son président, fait le point sur la situation.Vendredi dernier, un rabbin a fait l’objet d’insultes antisémites à Nîmes, ce qui a entraîné l’interpellation d’un suspect.

Celui-ci sera convoqué en mai au tribunal correctionnel.

La Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) de Nîmes a décidé de se constituer partie civile.

Patrice Bilgorai, son président, fait le point sur la situation.

Pourquoi la Licra a-t-elle décidé de se porter partie civile dans une affaire d’insultes à caractère antisémite ?

Ce qui arrive au rabbin de Nîmes, ce n’est pas un incident isolé puisqu’il y a eu, ces derniers jours, un jeune juif qui s’est fait insulter à Paris et une profanation de tombes à Nice.

Je tiens à dire que ce qui est arrivé est d’autant plus grave que ça touche un représentant du culte.

Patrice Bilgorai se montre inquiet.

Nîmes est-elle une ville plus exposée ?

Il est vrai que nous avons relevé le même genre d’insultes en 2009, sans oublier l’agression d’un septuagénaire juif en 2010 devant la synagogue.

Il y a des agressions inquiétantes mais nous ne sommes pas dans une ville antisémite.

Nous avons des personnalités juives connues : Bernard Lazare (journaliste dreyfusard, NDLR) et d’ Adolphe Crémieux (homme politique et avocat, NDLR).

A quoi attribuez-vous ces actes antisémites ?

Les raisons ne sont pas à trouver dans le contexte de campagne électorale.

Dans un certain nombre de quartiers, il y a peut-être une façon de reporter à Nîmes ce qui se passe dans le conflit israélo-palestinien.

On est dans le fantasme.

Mais aucune situation sociale ou autre ne peut justifier un tel comportement vis-à-vis des Juifs et de qui que ce soit d’ailleurs.

Je rappelle que le racisme n’a pas de couleur.

La Licra défend tous ceux qui sont victimes de racisme si les actes sont avérés.

Yan Barry/ Midi Libre Article original

Antisémitisme Nîmes Licra Bernard Lazare Adolphe Crémieux

1 COMMENT

  1. « Je tiens à dire que ce qui est arrivé est d’autant plus grave que ça touche un représentant du culte ».
    Pas du tout d’accord. Quelle que soit la fonction de la victime, tout acte antisémite est grave.

    La religion n’a rien à voir avec cela, sauf à considérer comme religieuse la définition du juif, ce qui me paraît extrêmement réducteur.

    Il est à noter que la Licra combat les actes antisémites, ce qui n’est pas le cas des autres organisations dites antiracistes.

  2. Je trouve bien que les Pouvoirs Publics réagissent enfin et vite. Cela prouve une certaine prise de conscience vis à vis d’actes qui étaient alors niés parfois ou étouffés. Environ 500 actes antisémites par an depuis les années 2000, 465 pour l’année 2011, soit plus d’un acte antisémite par jour pour une population représentant 1 % de la Population Française c’était plus que trop !
    L’Occident ouvre enfin les yeux !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here