Ministres russes en Egypte pour parler de coopération militaire

0
8

Les ministre russe et égyptien de la Défense
ont discuté de leur “coopération militaire” au cours d’une visite inédite à ce
niveau au Caire, a indiqué jeudi le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.La visite de M. Lavrov et du ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou,
la “première de l’histoire” des relations russo-égyptiennes à avoir un format
2+2, selon Moscou, intervient sur fond de crise entre Washington et son grand
allié égyptien, qui se dit désormais déterminé à coopérer avec d’autres Etats
sur le volet militaire.

“Le ministre Sergueï Choïgou et son homologue Abdel Fattah al-Sissi ont
discuté de la coopération militaire” entre les deux pays, a affirmé M. Lavrov
lors d’une conférence de presse aux côtés de son homologue égyptien Nabil
Fahmy, sans toutefois donner la teneur de ces entretiens.
Evoquant “la coopération bilatérale de longue date entre Egypte et Russie
dans de nombreux domaines, en particulier dans le domaine militaire”, M. Fahmy
a également rapporté que les ministres de la Défense avaient discuté de cette
collaboration mercredi.

Avant cette visite de 48 heures, M. Fahmy avait affirmé à l’AFP vouloir
offrir de nouvelles “options” à son pays après le gel partiel en octobre par
Washington, premier pourvoyeur de l’armée égyptienne, de son aide
substantielle –1,3 milliard de dollars par an– par mesure de rétorsion après
la destitution du président islamiste Mohamed Morsi par l’armée.
Evoquant la situation en Egypte depuis le coup de force des militaires,
avec à leur tête le général Sissi, M. Lavrov a souligné que “la Russie (était)
contre toute ingérence dans les affaires intérieures et (respectait) la
souveraineté de l’Egypte et le droit du peuple égyptien à disposer de
lui-même”.

L’armée a destitué et arrêté M. Morsi le 3 juillet, quelques jours après
que des millions d’Egyptiens sont descendus dans les rues pour réclamer le
départ du chef de l’Etat élu un an plus tôt.
Depuis, les autorités intérimaires installées par les militaires ont
réprimé dans le sang les partisans de M. Morsi. Plus d’un millier de personnes
ont péri dans ces violences depuis la mi-août et des milliers d’islamistes ont
été arrêtés, dont la quasi-totalité des dirigeants des Frères musulmans, la
confrérie de M. Morsi.

LE CAIRE, 14 nov 2013 (AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here