La police islandaise abat un homme pour la première fois de son histoire

0
5

L’île connaît un des taux de criminalité les plus faibles au monde, et les forces de l’ordre interviennent rarement armés.De mémoire de policiers, le drame est «sans précédent». Les forces de l’ordre islandaises ont pour la première fois de leur histoire ouvert le feu et abattu un homme ce lundi. L’affaire fait d’ailleurs la une des sites d’informations de ce pays de 322.000 habitants, qui ne compte que quelque 600 policiers.

Dans la nuit de dimanche à lundi, un forcené d’une cinquantaine d’année s’est mis à tirer des coups de feu pour une raison inconnue depuis la fenêtre de l’appartement où il vivait seul à Reykjavik, la capitale. Après avoir évacué l’immeuble, la police a tenté en vain d’établir un contact avec lui, puis a lancé des grenades au gaz à travers ses fenêtres afin de neutraliser l’individu.

«Cela n’a pas marché et l’homme a commencé à tirer à travers les fenêtres de son appartement», a rapporté le directeur de la police de la capitale, Stefan Eiriksson.

Une équipe d’intervention spécialisée a pénétré dans l’appartement en tout début de matinée. Elle a été accueillie par de nouveaux tirs qui se sont fichés dans le casque d’un policier et dans le gilet pare-balles d’un autre. Ces policiers ont répliqué et touché l’homme, qui a succombé à ses blessures à l’hôpital dans la matinée.

Une enquête ouverte

«La police regrette cet incident et présente ses condoléances à la famille», a déclaré le directeur national de la police, Haraldur Johannessen. Une enquête a été ouverte pour déterminer les raisons pour lesquelles le forcené a tiré, et s’il était sous l’influence de l’alcool ou de stupéfiants.
Selon un rapport de l’ONU paru en 2011, le taux d’homicides en Islande n’a jamais dépassé les 1,8 pour 100.000 habitants entre 1999 et 2009 (il oscille entre 5 et 5,8 pour 100.000 aux États-Unis durant la même période).

Certaines années, il n’y a même aucun homicide, comme ce fut le cas en 2003, en 2006 et 2008. Pourtant, le site GunPolicy.org dénombre quelque 90.000 armes à feu.

«La criminalité est en comparaison plus faible que dans beaucoup de pays développés. C’est en partie dû à un niveau de vie élevé, une population réduite, et des forces de l’ordre diplômées et bien formées», estimait dans son dernier rapport annuel sur la sécurité en Islande l’ambassade américaine à Reykjavik. «Il y a toujours des délits qui sont signalés comme de petites agressions, des voitures fracturées, des atteintes contre les biens et d’autres délits de la voie publique en particulier à Reykjavik. La majorité d’entre eux sont attribués à de jeunes délinquants et à des toxicomanes», ajoutait-elle.

03-12-2013/ Le Figaro.fr Avec AFP Article original

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here