« Journée de la terre »: la police et de l’armée israéliennes mobilisées

0
7

La police et l’armée israéliennes ont été placées en état de « mobilisation renforcée » vendredi en prévision de manifestations en Israël, dans les Territoires palestiniens et à Jérusalem-Est à l’occasion de la « Journée de la terre ».
La « Journée de la terre » (« Youm al-Ard », en arabe), célébrée chaque année le 30 mars par les Arabes israéliens, commémore la mort en 1976 de six des leurs lors de manifestations contre la confiscation de terrains par Israël.

De nombreux appels à manifester, pacifiquement, ont été lancés.

Le porte-parole de l’armée a annoncé un bouclage de la Cisjordanie occupée de jeudi soir à vendredi soir.

Durant cette période, les Palestiniens ne seront pas autorisés à se rendre en Israël, hormis pour les cas humanitaires.

Les « forces de l’ordre ont été placées en état de mobilisation renforcée », a déclaré à l’AFP une porte-parole de la police, Luba Samri.

« La police permettra les manifestations et défilés pacifiques autorisés et n’interviendra qu’en cas de désordres ».

Jeudi, un autre porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, avait indiqué que des milliers de policiers seraient déployés surtout dans les zones arabes du nord d’Israël ainsi qu’à Jérusalem.

A Jérusalem-Est, seuls les Palestiniens âgés de plus de 40 ans et détenteurs d’une carte d’identité de résident délivrée par Israël seront autorisés à pénétrer sur l’esplanade des Mosquées, dans la vieille ville, pour la prière.

La manifestation la plus importante est prévue à Deir Hanna, en Galilée (nord). D’autres marches sont organisées après la prière en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem-Est annexée.

Par ailleurs, des Palestiniens et des sympathisants à leur cause en Jordanie et au Liban ont indiqué vouloir marcher en direction des frontières dans le cadre d’une « Marche mondiale sur Jérusalem ».

Israël a mis en garde les manifestants contre toute tentative de forcer ses frontières.

En mai 2011, des affrontements sanglants avaient marqué la commémoration de la « Nakba » (« catastrophe » en arabe), l’exode des populations palestiniennes après la création de l’Etat d’Israël en 1948.

L’armée avait tiré sur les manifestants qui s’étaient approchés de la barrière de sécurité à partir du Liban et du Golan syrien.

L’armée a indiqué « se préparer à toute éventualité » et qu’elle ferait « ce qui est nécessaire pour défendre les frontières d’Israël et ses habitants ».

AFP | 30/03/2012

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here