Des impacts de balles sur le portail de l’oratoire de Garges

0
13

Un oratoire situé à Garges-Lès-Gonesse, a été victime vendredi 31 mai vers 22 heures d’une tentative d’effraction, avec deux impactes de balles sur la porte.

L’écriteau de la synagogue a été vandalisé, puisque les quatre premières lettres du mot synagogue ont été raturées, ne laissant plus apparaître que la fin du mot, (qui est le terme argotique pour les “toilettes”).La communauté juive de Garges, perd sa population juive, petit à petit. Les jeunes quittent la communauté à l’occasion de leur mariage, et les moins jeunes qui ont les moyens de partir pour s’installer dans d’autres communautés, voire partir en Israël, le font avec soulagement.

La mairie n’entretient pas de bonnes relations avec les dirigeants communautaires, et le maire est en froid avec le Président de la communauté.

La délinquance y est récurrente. Ainsi dans l’après-midi du même vendredi, il y a eu une altercation entre voyous aux abords de la Synagogue. La police tend à mettre sur le compte de cette altercation, les traces des balles, comme étant des balles perdues.

Là-dessus des pseudos dirigeants communautaires reprennent à leur compte, la version des autorités locales qui cherchent comme à leurs habitudes à minimiser les faits.

Nous savons que c’est ce qui prévaut à chaque agression antisémite. Lors de l’attaque du magasin NAOURI à Sarcelles, les mêmes dirigeants communautaires, qui tentent de maintenir leurs « bonnes relations » avec les pouvoirs publics, avaient minimisé la chose en parlant de l’acte de jeunes désœuvrés.

Il s’est avéré que la grenade à plâtre, était une grenade contenant des billes de plomb, et que ces jeunes appartenaient bien un groupe de djihadistes.

La population arabo musulmane est fort présente dans la ville, et le recrutement municipal parmi ses membres a été assez efficace.

Certains pensent obtenir la paix sociale en procédant de cette manière. L’électoralisme pousse à des concessions de plus en plus importantes. La peur d’une flambée de violence, faite l’effet d’un chantage permanent.

Garges fait partie de ces territoires de la République, que la République a déjà abandonnée.

Pour une fausse paix sociale, certaines populations comme la communauté juive sont passées sous la rubrique « pertes et profits ».

Ces autorités locales, comme, l’aurait dit Winston Churchill : ont voulu éviter la guerre au prix du déshonneur, ils auront le déshonneur, et ils auront la guerre. La France, la Suède en feu actuellement comme d’autres pays Européens, en paient chaque jour le prix.

Décidément, aucune leçon n’est tirée des affaires : Ilan Halimi, Mérah, Sarcelles, et récemment de la Défense. Et le pire, ce sont les pseudos dirigeants communautaires qui avalisent cette politique. Que voulez-vous, certains sont prêts à tout pour être reçus dans les salons de la République, et l’exemple vient d’en haut.

Moshé COHEN SABBAN

——————————————————-

Le bureau national de vigilance contre l’Antisémitisme a été alerté par des fidèles de la communauté juive de Garges qu’ ils ont découvert des impacts de balles sur le portail de l oratoire. Les faits ont du se produire vers 22 h, dans la nuit du vendredi 31 mai au samedi 1er juin 2013.

Juste après que les fidèles aient quitté l’office religieux.

Le BNVCA demande a la police qui s est déplacée pour faire des investigations de déterminer si ces faits visaient délibérément la synagogue et s’ils peuvent constituer une agression de nature antisémite.

BUREAU NATIONAL DE VIGILANCE CONTRE L ANTISEMITISME
8 Boulevard Saint Simon 93700 Drancy 0663883029

Le Président
Sammy Ghozlan

TAGS : France Banlieue Oratoire israélite Garges Antisémitisme

Agression Violences BNVCA Police

1 COMMENT

  1. Cher M. Cohen-Sabban et tous les dirigeants communautaire du 95 et d’île de France (voir plus large).
    Il existe, je crois, 3 synagogues dans cette ville où il y a AUCUN ESPOIRS.
    Alors quand, comme par le passé, nous avons été capable de faire sortir les derniers juifs des pays arabes, nous ne pouvons pas penser à aider (dans tous les sens du termes) les familles restantes à se relocaliser dans la région.
    Et ce sera un bel exemple à suivre pour la communauté nationale.
    C’est une constante d’après-guerre que les communautés juives de diaspora quittent les quartiers dit “populaires” (pour être poli), pour des quartiers plus vivables dirons-nous.

    Bonne chance à ceux qui restent et s’il vous plait pour les autres : MOBILISEZ-VOUS

    Je vous promets que vous serez associé à l’oeuvre d’une grande mitzvah

    Béhatslaha

    Yehuda

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here