75 ans après, l’Allemagne commémore la «Nuit de Cristal», pogrom antijuif

0
20

En 1938, Goebbels, le ministre allemand de la Propagande, dénonce un « complot juif » contre l’Allemagne.

Des piétons circulent devant les magasins juifs aux vitrines saccagées, au lendemain de la Nuit de Cristal, à Berlin le 10 novembre 1938.
Photo Universal History Archive/Getty Images

Il incite les militants nazis à se soulever contre les juifs. Dans la nuit du 9 au 10 novembre, et tout le reste de la journée, des habitations, des commerces appartenant à des juifs, des synagogues, sont saccagés, incendiés. Quatre-vingt-dix juifs allemands sont tués lors des affrontements, alors que 30 000 hommes sont arrêtés et déportés.

L’Allemagne commémore cette fin de semaine le 75e anniversaire de la Nuit de Cristal, un pogrom antijuif organisé par le régime hitlérien. C’est Hitler qui donnera ce nom à ces premières violences antisémites, en référence aux vitrines des commerces juifs fracassées par les militants nazis. Le pouvoir hitlérien avait prétendu que ces attaques étaient une réaction spontanée à la mort du diplomate Ernst vom Rath, troisième secrétaire de l’ambassade d’Allemagne à Paris, tué par balle par un étudiant juif polonais de 17 ans, Herschel Grynszpan qui voulait venger sa famille expulsée d’Allemagne.

« Faire preuve de courage civique »

Ce pogrom fut particulièrement violent à Berlin et à Vienne, en Autriche, récemment annexée, où vivaient les communautés juives les plus importantes du Reich. Les nazis attribuèrent finalement la responsabilité des saccages de la Nuit de Cristal aux juifs eux-mêmes. C’est ainsi que les juifs allemands furent frappés d’une amende d’un milliard de marks. Le Reich confisqua toutes les indemnisations versées par les assurances en compensation des destructions d’habitations et de commerces subies par les juifs qui durent payer de leur poche les frais de réparation.

Pour la chancelière Angela Merkel, ces évènements constituent « le pire moment de l’histoire allemande », même si l’Holocauste qui a suivi a été « un évènement encore plus dramatique ». Pour cette 75e commémoration, Angela Merkel a de plus appelé les Allemands à « faire preuve de courage civique afin que ne soit toléré aucune forme d’antisémitisme ».

Toujours à l’occasion de la commémoration du 75e anniversaire de la Nuit de Cristal ces samedi et dimanche, le président du Conseil central des juifs en Allemagne a émis le souhait que ses concitoyens « participent sincèrement et avec émotion », regrettant au passage que ces anniversaires ne donnent lieu trop souvent à un « recueillement ritualisé ».

5 000 petits pavés dorés

Plusieurs cérémonies officielles sont prévues au cours de cette fin de semaine . Le président allemand, Joachim Gauck, se recueillera devant le mémorial de la synagogue d’Eberswalde, brûlée lors de la Nuit de Cristal, alors que le ministre de l’Intérieur, Hans-Peter Friedrich, prononcera un discours devant une synagogue du centre de Berlin.

À l’initiative de la municipalité de Berlin, les habitants sont invités à nettoyer les 5 000 petits pavés dorés où sont inscrits les noms des juifs et la date de leur déportation. Ces blocs sont disséminés dans la ville, incrustés dans les trottoirs devant les maisons où résidaient ces Berlinois.

D’autre part, des dizaines de magasins de la capitale ont recouvert leurs vitrines de film adhésif pour créer l’illusion du verre brisé, rappelant ainsi les saccages des commerces juifs les 9 et 10 novembre 1938. Une façon active « de prendre position contre l’intolérance, le racisme et l’antisémitisme », précisent les organisateurs. Témoins et rescapés témoigneront dimanche devant la porte de Brandebourg, où sera présentée une installation multimédia qui diffusera des vidéos contre le racisme et l’antisémitisme.

Quelque 500 000 juifs résidaient en Allemagne avant la prise de pouvoir d’Adolph Hitler en 1933 ; ils n’étaient plus que 15 000 en 1950. Aujourd’hui, la communauté juive est forte de 200 000 personnes. C’est la plus importante en Europe, derrière la France et la Grande-Bretagne.

Par Claire Arsenault

rfi.fr/europe Article original

1 COMMENT

  1. Quand je vois les retours de haines en Europe , je me dis que ces fumiers d’hier , seront toujours présent .

    Mais je ne parle du sujet qu’entre juif , certains nous accuses de nous servir de cette horreur pour nous victimiser , on s’en fou , personnellement se qui compte c’est de ne pas oublier de quoi ils on été capables dans leur haine , et de retransmettre la mémoire entre juifs , si certains goys ça les dérange , ils peuvent être amnésiques on s’en fou , se qui est important c’est de rester juif quoi qu’il arrive et de ne jamais baisser la tête , ces victimes ne seront pas mortes en vint , ils n’auront pas réussi à détruire le peuple juif et en continuant à rester juif , nous continueront à vivre pour ceux qui n’ont pas eu cette chance .

    Qu’ils reposes en paix .

    AMEN .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here