« La Religion woke », de Jean-François Braunstein

LES « WOKES », NOUVEAUX FANATIQUES ?

« Woke » veut dire « éveillé », c’est-à-dire vigilant, conscient des injustices à combattre, actif dans les luttes contre les dominations. Le terme s’est diffusé dans les ­années 2010 pour désigner les nouveaux mouvements militants émergeant des campus univer­sitaires américains. Arrivé en France vers 2020, le vocable n’a cessé de se propager. Au premier abord, cette vague politique paraît désireuse de justice et d’égalité. Refuser les discriminations selon les genres, combattre l’héritage esclavagiste, dénoncer les méfaits des phobies… qui serait contre ? Les wokes dérangent l’ordre mental établi. Comme bien d’autres avant eux, ou très différemment ?

Pour le philosophe Jean-François Braunstein, professeur émérite de philosophie à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, au­teur notamment de La Philosophie devenue folle (Grasset, 2018), ce mouvement n’est ni une mode politique ni une idéologie, mais bien, à proprement parler, une religion. L’affirmation surprend. Pourtant, les analyses précises qu’il développe dans La Religion woke, fondées sur une vaste documentation de première main, montrent que cette thèse ne manque pas d’arguments forts.

L’organique, voilà l’ennemi

Pourquoi nommer religion cette effervescence multiforme ? D’abord à cause de son déni du corps, de son refus de la réalité physique et de ses limites. En effet, l’idéal d’une « fluidité » des genres opposée aux identités ­stables (par exemple chez Judith Butler), la croyance qu’il suffit de déclarer ce qu’on désire être pour le devenir supposent une puissance de l’esprit supérieure aux contraintes de la nature. « Nos consciences fabriquent le monde. » L’organique, voilà l’ennemi. Nos corps biologiques ne seraient pas déterminants, seules le seraient nos décisions intimes. La biologie, qui distingue des ­mâles et des femelles, ne serait pas une science, mais un mythe destiné à imposer la binarité, une imposture à déconstruire.

Autre figure diabolique : l’antiracisme universaliste et humaniste. Etre « aveugle aux couleurs », ne faire aucune différence entre Noirs et Blancs, ne signale plus une absence de racisme, mais sa présence sournoise. La « théorie critique de la race » (Richard Delgado) considère l’universalisme comme une invention piégeuse de la « blanchité » (Robin DiAngelo). Au lieu d’effacer les races, il faudrait tout voir à travers leur prisme et s’éveiller au fait que les Blancs sont tous coupables, tous racistes (Ibram X. Kendi). C’est pourquoi leurs discours, leurs savoirs, leurs institutions sont à rejeter. Il est même officiellement conseillé d’en finir avec les mathématiques, jugées « blanches », au grand dam de Sergiu Kleinerman, professeur à Princeton, et avec la logique (explicitement qualifiée de « raciste » dès 2017 à l’université Evergreen).

« On n’a jamais été aussi loin dans la haine de la raison », ­conclut Jean-François Braunstein. Il met en garde contre le danger inédit de cette religion nouvelle, aux antipodes des Lumières, ­issue, pour la première fois, du sein même des universités. Elle contient les ingrédients d’un nouveau fanatisme : déni de la réalité, refus de tout débat, remplacement de la réflexion par une foi aveugle en des dogmes absurdes, persécution de ceux qui ­résistent et contestent. Il pourrait devenir difficile de soutenir que les corps humains existent et qu’ils sont sexués, que l’universel n’est pas un vain mot, que la raison forge des vérités. Raison de plus pour persévérer.

Source : lemonde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.