Un programme de renseignement à l’Université Hébraïque

1
286

L’UNIVERSITÉ HÉBRAÏQUE DE JÉRUSALEM ORGANISE UN PROGRAMME DE RENSEIGNEMENT MILITAIRE

Un programme élite offre aux cadets du renseignement militaire une maîtrise ainsi qu’une formation militaire et de leadership

L'Université hébraïque de Jérusalem organise un programme de renseignement militaire

Le château d’eau historique de l’Université hébraïque. (crédit photo: Wikimedia Commons)

L’université hébraïque de Jérusalem a remporté un appel d’offres portant sur la gestion d’un programme d’excellence universitaire pour le corps du renseignement des forces de défense israéliennes, a annoncé dimanche le ministère de la Défense.

Le programme, appelé Havatzalot («Lilies»), offre trois ans d’éducation aux futurs officiers du renseignement dans le cadre de leur service militaire obligatoire. Il comprend une formation de base au combat, une formation d’officiers, une maîtrise et une formation au renseignement et au commandement militaires.

Les troupes qui rejoignent le programme obtiennent le grade de lieutenant et doivent rejoindre les unités du renseignement militaire pendant au moins six ans.

Des milliers de candidats participent au processus de sélection du programme, mais moins de 50 cadets, hommes et femmes, sont acceptés au programme chaque année. Pour être acceptés dans le programme élite, les candidats doivent réussir des examens cognitifs, faire preuve d’une grande motivation et d’un sens aigu des relations interpersonnelles et en matière de leadership.

Le programme Havatzalot est organisé par l’Université d’Haifa depuis sa création, il y a 14 ans, et ouvrira ses portes à l’Université hébraïque de Jérusalem au cours de la prochaine année universitaire, qui débutera en octobre 2019.

Les étudiants auront une double spécialisation pour obtenir leur diplôme, avec une première concentration en études islamiques ou moyen-orientales et la seconde où ils peuvent choisir entre les mathématiques, l’économie, la philosophie ou l’informatique.

«L’appel d’offres est l’un des dossiers universitaires les plus complexes et les plus importants que le ministère de la Défense ait menés ces dernières années», a déclaré la responsable adjointe des achats au ministère israélien de la Défense, Bracha Hertz. «Nous avons veillé tout au long (du processus) sur l’équilibre important entre le programme d’excellence militaire et la liberté académique complète. ”

Selon Haaretz, le contrat stipule que les étudiants portent l’uniforme de leur armée et portent leurs armes à feu personnelles sur le campus. L’université devra également fournir à l’armée des informations personnelles sur son personnel, notamment le personnel chargé de l’admission et de la maintenance, les gardes de sécurité et les sous-traitants.

Le reportage de Haaretz indiquait également que les femmes et hommes de troupes inscrits au programme devaient signer un accord permettant aux chargés de cours des universités de tenir les supérieurs militaires au courant des notes et de l’assiduité des étudiants.

Mais l’Académie pour l’égalité a fait part de ses préoccupations concernant le programme et a appelé l’université à «abandonner un plan mettant en danger la vie universitaire, nuisant à la relation entre professeurs et étudiants, mettant en péril leur vie privée et sabotant finalement le tissu social délicat du campus. ”

” Notre expérience à l’Université de Haïfa nous a permis de connaître des cas dans lesquels un officier supérieur gérant ce programme assistait régulièrement à des cours, surveillant de manière informelle et affectant gravement le contenu de la discussion, “a écrit le groupe dans une lettre ouverte à l’université.

Le coordinateur du militantisme étudiant au sein du parti arabo-juif Hadash, Tareq Yassin, a été cité par le site d’actualités al-Monitor, disant que, selon lui, le programme favoriserait un sentiment de “militarisme” à l’université et mettrait les étudiants arabes mal à l’aise.

«Vous n’êtes plus une institution universitaire mais une organisation de formation en sécurité», a-t-il déclaré, ajoutant que la présence de soldats amènerait les étudiants arabes à se sentir mal à l’aise et à éviter de s’exprimer librement.

Le professeur Asher Cohen, président de l’université hébraïque, s’est dit “fier” des résultats de l’appel d’offres”, ce qui constitue une preuve supplémentaire du haut standard académique de l’université hébraïque, qui sera désormais un partenaire de la formation académique et au leadership du Corps des renseignements pour diriger les soldats, par le biais de ce programme difficile Havatzalot “.

PAR ANNA AHRONHEIM
 14 AVRIL 2019 16:27
Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

  1. “Le coordinateur du militantisme étudiant au sein du parti arabo-juif Hadash, Tareq Yassin” est un excellent cas de travaux pratiques d’étude de la 5ème colonne pour les 50 cadets

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.