Trump fait marche arrière en reconnaissant que Biden a remporté les élections et/mais ne concède «  rien  »
« Il a gagné parce que l’élection a été truquée », a tweeté Trump, avant de se « corriger » pour ajouter « Il n’a gagné qu’aux yeux des Médias producteurs de FAKE NEWS. Je ne concède RIEN! »
Le président américain Donald Trump parle des premiers résultats de l'élection présidentielle américaine de 2020 dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, États-Unis, le 4 novembre 2020 (crédit photo: CARLOS BARRIA / REUTERS)
Le président américain Donald Trump parle des premiers résultats de l’élection présidentielle américaine de 2020 dans la East Room de la Maison Blanche à Washington, États-Unis, le 4 novembre 2020. (crédit photo: CARLOS BARRIA / REUTERS)
WASHINGTON – Le président américain sortant Donald Trump a fait marche arrière après s’être présenté dimanche pour reconnaître pour la première fois la victoire électorale du président élu Joe Biden, tout en affirmant qu’il n’avait « rien » concédé  et en répétant ses allégations, jusqu’à présent infondées, de fraude électorale généralisée.
Biden a vaincu Trump en remportant une série d’États de haute lutte que le président sortant républicain avait remporté en 2016. L’ancien vice-président démocrate a également remporté le vote populaire national par plus de 5,5 millions de voix, soit 3,6 points de pourcentage.
Trump a fait ses déclarations contradictoires dans une série de publications sur Twitter.
« Il a gagné parce que les élections ont été truquées« , a écrit Trump sur Twitter dimanche matin, sans parler de Biden par son nom. « PAS D’OBSERVATEURS OU D’EXAMINATEURS DE VOTE autorisés, vote tabulé par une société privée de la gauche radicale, Dominion, avec une mauvaise réputation et un équipement qui ne pouvait même pas se qualifier pour le Texas (que j’ai remporté de beaucoup!), The Fake & Silent Media , & plus! »

Le tweet a été signalé par Twitter comme un certain nombre de tweets de Trump depuis qu’il a commencé à affirmer que les résultats des élections étaient frauduleux.

Après que des rapports soient sortis de sa reconnaissance partielle de la victoire de Biden, Trump a légèrement changé ses affirmations, déclarant que Biden n’avait gagné qu’aux yeux des « MEDIA à FAKE NEWS », alors que son propre département de la Sécurité intérieure affirmait que « l’élection était la plus sûre de toute l’Histoire américaine. » 

S’exprimant sur le programme NBC « Meet the Press », le choix de Biden pour le chef de cabinet de la Maison Blanche, Ron Klain, a déclaré : « Ce ,’est pas le fil Twitter de Donald Trump qui dit si Joe Biden est ou non le président. Seul le peuple américain a décidé cela. »
La campagne de Trump a intenté des poursuites pour tenter d’annuler les résultats dans plusieurs États, mais sans succès, et les experts juridiques affirment que le litige subsistant a peu de chances de modifier le résultat des élections.
Un certain nombre d’affirmations indiquaient qu’aucun examinateur ou observateur du Parti républicain n’était présent dans plusieurs lieux de vote clés. Un  juge de Pennsylvanie  a cependant forcé les avocats de la campagne Trump à admettre devant le tribunal la semaine dernière, que des observateurs républicains étaient dans la salle. 
Les responsables électoraux des deux partis ont déclaré qu’il n’y avait aucune preuve d’irrégularités majeures. Les démocrates et d’autres critiques ont accusé Trump d’essayer de délégitimer la victoire de Biden et de saper la confiance du public dans le processus électoral américain. Avant les élections, Trump avait refusé de s’engager dans un transfert de pouvoir pacifique.
Le refus de Trump de concéder n’a pas changé le fait que Biden était considéré comme le président élu, mais il a bloqué le processus normal de transition du gouvernement pour se préparer à une nouvelle administration présidentielle.
La décision de l’administration Trump de ne pas reconnaître Biden comme vainqueur a empêché Biden et son équipe d’avoir accès aux bureaux du gouvernement et au financement normalement accordé à une nouvelle administration pour assurer une transition en douceur.
L’agence fédérale chargée de fournir ces ressources, l’Administration des services généraux, n’a pas encore reconnu la victoire de Biden.
‘ABSOLUMENT SCANDALEUX’
Le sénateur Bernie Sanders, l’un des principaux challengers de Biden pour la nomination présidentielle démocrate, a critiqué la conduite post-électorale de Trump.
« Trump aura la particularité d’avoir fait plus que quiconque dans l’histoire de ce pays pour saper la démocratie américaine. L’idée qu’il continue de dire à ses partisans que la seule raison pour laquelle il a pu perdre cette élection c’est à cause de la fraude est absolument honteuse. C’est la chose la plus anti-américaine qu’il ait pu faire », a déclaré Sanders au programme« Etat de l’Union » de CNN.
Biden a passé des jours à se concerter avec des conseillers alors qu’il évalue les nominations potentiel au Cabinet, reçoit les appels de félicitations des dirigeants mondiaux et définit les politiques qu’il poursuivra après avoir prêté serment le 20 janvier. Il devrait continuer à rencontrer des conseillers en privé dimanche.
Biden a remporté 306 votes selon le système du collège électoral État par État qui détermine le vainqueur de la présidentielle, selon Edison Research, bien plus que les 270 nécessaires pour obtenir une majorité. Les États sont en train de certifier les résultats de leurs élections. Le collège électoral se réunit pour voter pour le nouveau président le 14 décembre.
John Bolton, l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump devenu un des critique de ses méthodes, a appelé dimanche les républicains à reconnaître la victoire de Biden. Bolton a accusé la semaine dernière ses compatriotes républicains de « ménager » et de « se courber » devant Trump en tant que titulaire malgré sa défaite.
« Je pense qu’il est très important pour les dirigeants du Parti républicain d’expliquer à nos électeurs, qui ne sont pas aussi stupides que les démocrates le pensent, qu’en fait Trump a perdu l’élection et ses allégations de fraude électorale sont sans fondement », a déclaré Bolton dans l’émission « Cette semaine » d’ABC news.
« Je prends cela comme un test pour le Parti républicain. … Je n’accepte pas l’argument selon lequel Donald Trump a hypnotisé les électeurs républicains », a ajouté Bolton.
RASSEMBLENT DES SUPPORTERS
Samedi, des dizaines de milliers de partisans de Trump brandissant des drapeaux se sont aventurés à Washington pour faire écho à ses allégations de fraude électorale lors de la « Million MAGA March », faisant référence au slogan de campagne de Trump « Make America Great Again ».
Le cortège de Trump a traversé la foule en se rendant sur son parcours de golf en Virginie, suscitant les acclamations des manifestants alors que le président faisait signe de la main depuis la banquette arrière. La marche était en grande partie pacifique, bien que de nombreuses échauffourées aient éclaté entre les partisans de Trump et les contre-manifestants qui se sont poursuivies après la tombée de la nuit.
Klain a déclaré cette semaine qu’une transition rapide était nécessaire pour s’assurer que le gouvernement est prêt à déployer un vaccin potentiel contre le coronavirus au début de l’année prochaine.

Lutter contre la pandémie qui fait rage sera une priorité absolue pour Biden, les États-Unis totalisant un nombre record de cas de COVID-19 ces derniers jours. Plus de 245 000 personnes dans le pays sont mortes du coronavirus depuis le début de la pandémie, décédées du coronavirus depuis le début de la pandémie.

jpost.com

8 Commentaires

  1. C’est de l’aveuglement ou de la mauvaise foi ?
    L’ Amérique vient de se faire driver pendant 4 ans par un « gros vilain, minable ».
    Je demande le même pour remplacer notre freluquet national en 2022.
    Israël aura tout à y gagner lors des votes à l’ ONU.

    • Il n’est pas possible de prendre pour de la « haine » de Trump le fait de rapporter ses propres propos. On marche de plus en plus sur la tête. Ce n’est pas non plus la première fois qu’il contredit un tweet par un autre tweet. Ne le faisons pas meilleur ni pire qu’il ne l’est, en terme de comportement parfois déroutant. Tout cela ne noircit d’aucune façon son action sur l’Ambassade à Jérusalem, la reconnaissance du Golan, les déclarations de Pompeo sur les implantations et leur absence de nocivité pour la paix, les derniers accords de recherche avec la Judée-Samarie… Il ne s’agit que de l’absence de transparence sur le processus électoral. Point.

  2. Que les allégations de fraude finissent par tomber à l’eau car trop peu impactantes vis à vis du résultat final est un chose,
    mais que le département de sécurité intérieur allègue que ces élections étaient « les plus sûres de l’histoire (des USA) » me dérangent foncièrement et me semble grossier car tout le monde sait que le vote par correspondance, surtout à si grande échelle, n’est pas aussi sûr que quand les personnes se déplacent au bureau de vote , raison pour laquelle de nombreux pays ne le permettent pas.
    Cette élection restera entâchée d’un doute en ce qui me concerne.
    Il n’y a aucun raison pour que Trump ne finissent pas par concéder sa défaite mais il faut avouer que la partialité des médias français, leur parti-pris, leur mépris et leur manque d’objectivité vis à vis des réussites du gouvernement Trump, et vis à vis de son important élctorat, est non seulement pénible mais très imprudent !

  3. Trump, champion de l’auto-suggestion. A un point où il finit par vivre dans un monde de fantasy. Quant à son bilan, il est bof. Très mauvaise gestion de la crise du corona (pas assez d’eau de javel?), enrichissement des entreprises et pas forcement des citoyens, suppression de nombre d’accords internationaux (America Alone!!!). Ok, ce qu’il a fait pour Israel est top, mais Israel ce n’est qu’une petite partie du monde (hormis pour nous, mais il faut avoir une vision plus large que notre seul nombril).
    On ne compte plus les mensonges (un million de manifestant quand ils ne sont que quelques milliers…) et les absurdités de Trump.
    Je ne suis pas partisan de Biden, mais s’il pouvait ramener un peu de serieux dans la plus grande democratie du monde, ce serait deja pas mal. Apres je ne me fais pas d’illusion sur sa politique internationale future.

  4. Ce qui est très curieux, c’est cette propension qu’ont les médias à assaisonner à leur façon toutes les communications, même les mimiques, que peut proférer le président Trump en fin de mandat. J’ai pourtant compris, sans avoir besoin de précisions, que la déclaration  » Biden a gagné etc… » était une affirmation « en l’état », pour le moment…
    Mais voilà qu’il faut préciser chaque détail…
    Ce qui, aussi, est surprenant, c’est pourquoi nos médias « à nous », ici, en France,, et en Europe aussi d’ailleurs, ont cette véhémence sournoise de se choisir d’execrer à ce point Trump et « se » choisir l’autre équipe pour champion ?
    Jalousie, nous aurions tant voulu un Trump, plutôt que l’adolescent…
    Dans le même temps, exprimer toute cette hypocrisie de dire que tout n’est pas négatif dans le bilan du président sortant…? ce qui est un doux euphémisme quand on réalise que ce bilan, Hénaurme, dépasse tout ce qui a été fait depuis Reagan, additionné, en seulement 4 petites années, pourtant contrariées par des complots de toute part, et des troncs d’arbres dans les roues…
    Il ne reste qu’à lui « attribuer » la violence _qui de tout temps a régné outre Atlantique, et le covid, comme si c’était lui qui l’avait créé puis disséminé sur la planète !
    Mais bon, on est très loin de le voir se coucher, alors ses opposants veulent absolument le liquider, craignant que s’il était réélu (et cela se profile sauf pour les distraits), il sevirait vraiment contre les falsificateurs et les tricheurs. Car s’il était réélu, cela signifierait que la tricherie et ses auteurs seraient démasqués.
    Qui vivra verra. Il y a encore 2 mois. Tout peut arriver.
    Tout.

    • Rappelons brièvement le calendrier, et tout ce qu’il sous-entend… :
      .
      Le 8 décembre, (nous sommes ce lundi le 16 novembre) les États sont censés avoir résolu toutes les contestations.
      Le 14 décembre, les grands électeurs, c’est-à-dire les membres du Collège électoral, se réunissent dans leurs capitales, les capitales des États, et votent pour finaliser les votes des États.
      Le 23 décembre, le Collège électoral certifie son vote et l’envoie au Sénat.
      Le 3 janvier, un nouveau Congrès est assermenté.
      Le 6 janvier, une session conjointe de la Chambre et du Sénat rassemble les votes électoraux pour déclarer officiellement les résultats de la nation.
      Le 20 janvier, le président prête serment et entre en fonction.
      La déclaration du gagnant de la présidentielle est transmise par le GSA à la Maison-Blanche et aux administrations du pays.
      .
      Beaucoup de choses peuvent arriver.On est encore loin de la clôture et de la proclamation, et, s’il y a eu _vraiment _fraudes, les pressions qui vont s’exercer vont être très « pesantes », et on veut assister à des acteurs qui, devant la prison à perpétuité, peuvent retourner leur veste et tout révéler… (c’est bien pour cela que ça presse, désormais, pour les démocrates…
      Et la Cour Suprême, acquise en majorité aux républicains, ne peut certes, imposer un arbitraire, mais au moins, elle ne restera ni sourde, ni aveugle, et…ni muette !

    • Où percevez-vous une « véhémence sournoise » à simplement rapporter les propos de Trump sur ses propres comptes Twitter? La sournoiserie ne vient-elle pas hypocritement de tous ces nouveaux maitres-censeurs qui ne supportent plus que Trump reconnaisse, même à demi-mots, sa défaite, pour ensuite se raviser? Doit-on aussi censurer Trump pour faire plaisir à ses disciples et les empêcher de croire qu’il aurait bien dit ce qu’il a dit? Ne comprenez-vous pas que l’atmosphère devient pesante, même pour lui et qu’à un moment cette bulle ambiante d’entretien dans l’auto-illusion dont vous avez tant besoin, finit comme celle de la fable, par exploser d’elle-même sans qu’on ait besoin d’en rajouter? Ce sont les gens de son camp qui disent qu’on doit pouvoir procéder à la transition nécessaire pour la continuité des affaires -Covid, antiterrorisme, etc.-, quitte à continuer des procédures (dont beaucoup sont déjà tombées à l’eau, mais on fera le décompte plus tard)? Si vous voulez continuer comme les 3 petits singes jusqu’au 20 janvier, grand bien vous fasse, mais gardez vos insultes contre ceux qui rapportent l’information pour vous. Personne n’est heureux que cela se passe ainsi, mais on ne refait pas le réel à volonté, même sur Internet.

      A savoir avant de se faire une fausse représentation des procès en cours :

      « La campagne du président américain Donald Trump a abandonné dimanche une grande partie d’un procès qu’elle avait intenté pour empêcher la Pennsylvanie de certifier ses résultats à l’élection présidentielle, réduisant ainsi l’affaire à un petit nombre de scrutins.

      Dans une plainte modifiée déposée devant un tribunal fédéral, la campagne Trump a abandonné l’allégation selon laquelle les responsables électoraux avaient illégalement empêché les observateurs de surveiller le dépouillement des bulletins de vote par correspondance à Philadelphie et Pittsburgh.

      Le procès allégé se concentre désormais sur une affirmation selon laquelle les comtés à tendance démocrate ont illégalement autorisé les électeurs à corriger des erreurs sur leurs bulletins de vote par correspondance en violation de la loi de l’État. Des responsables ont déclaré que le différend affectait un petit nombre de scrutins dans l’État, où le démocrate Joe Biden devrait gagner par plus de 60000 voix.

      Des responsables de la Pennsylvanie ont demandé à un juge de rejeter le procès de Trump, affirmant que les observateurs électoraux étaient autorisés à évaluer le traitement des bulletins de vote par la poste et que tous les comtés de l’État étaient autorisés à informer les résidents si leurs bulletins de vote par la poste étaient défectueux, même si cela n’était pas obligatoire pour eux de le faire.

      Dans le comté de Montgomery, peuplé de Pennsylvanie, moins de 100 électeurs ont corrigé les bulletins de vote comportant des erreurs techniques, a déclaré un responsable du comté lors d’une audience le 4 novembre ».

      Sur le terrain, ce qu’on observe donc, c’est plutôt que la Campagne Trump bat en retraite face aux tribunaux et modifie ses accusations dans le sens de la baisse, et non de la soi-disant démultiplication des procédures. Les fautes alléguées et leur nombre sont minimes. Donc pourquoi se faire bêtement du mal?

      Je préfère mettre mes espoirs dans des étoiles montantes comme Nikki Haley, Pompeo, sur des actions comme les révélations (du NYT) de l’élimination du n°2 d’Al Qaïda, Masri, ralentissant l’appétit de Biden à soigner aux petits oignons ses amis iraniens… plutôt que de nourrir des illusions sur des opérations de comm. qui finissent par tomber à l’eau…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.