Aman : l’Iran menace d’Irak et de Gaza

5
1694

Estimation israélienne des renseignements (AMAN) :

Nouvelle menace iranienne d’Irak.

La situation à Gaza s’aggrave.

Moscou s’empare de la question palestinienne

Les forces iraniennes reviennent à la frontière israélienne, par le nord et l’est de la Syrie et équipent des supplétifs chiites avec des missiles de surface. C’est, entre autres, ce que rapporte le Budget 2019 du renseignement militaire israélien (AMAN), déposé devant le gouvernement, il y a deux semaines et divisé en deux sections : pré et post-électoral. Le document prévoit des tensions accrues sur la bande de Gaza et les divers fronts nord dans les mois à venir.

Après les élections générales du 9 avril, le prochain gouvernement devra prendre position sur le “Deal du Siècle” du président Donald Trump pour résoudre le conflit israélo-palestinien, un défi qui ne figure dans le programme d’aucune campagne de partiv(par crainte de déplaire à l’électorat).

Dans la perspective des élections, l’AMAN prédit les événements suivants :

  1. La bande de Gaza va passer en tensions et surchauffer. Déjà cette semaine, des milliers de Palestiniens se rassemblent nuit après nuit à la frontière de Gaza pour attaquer les troupes israéliennes avec des engins explosifs et des grenades à main. Les explosions provoquent une alarme dans les communautés israéliennes voisines.
  2. Le front nord, y compris le Golan, connaîtra une escalade de la violence de l’autre côté de la frontière syrienne. Les Brigades iraniennes Al Qods et le Hezbollah choisiront leur moment pour tirer des missiles sur Israël, tirant parti de la présence russe qui freine quelque peu le niveau des représailles de la part d’Israël.
  3. Les terroristes palestiniens vont faire grimper les enchères en Judée-Samarie afin de jeter un voile sur l’élection israélienne, encouragée par la première intervention de soutien de Moscou dans l’arène palestinienne. La première conférence de l’unité palestinienne a lieu cette semaine sous la présidence du ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Les sources des renseignements de DEBKAfile rapportent que les Palestiniens estiment que le Premier ministre Binyamin Netanyahu, lors de son arrivée dans la capitale russe le 21 février, rencontrera au Kremlin un nouveau visage amical envers la cause palestinienne. Par conséquent, l’Iran et la Syrie ne seront pas les seuls points à l’ordre du jour de ses entretiens avec le président Vladimir Poutine.

L’estimation du renseignement indique des changements dans le déploiement de l’Iran. Ses forces seraient en train de s’éloigner de la frontière nord avec Israël et de se regrouper dans le nord et l’est de la Syrie. Ce redéploiement est préoccupant pour Israël. Plutôt que d’être repoussé sous la pression des assauts aériens et antimissiles d’Israël, Téhéran cherche à tirer parti du retrait imminent des troupes américaines de la Syrie pour étendre sa profondeur stratégique en Irak, à partir de laquelle des missiles iraniens peuvent atteindre Israël. Les Iraniens devraient laisser leurs milices chiites s’occuper du front israélien et les armer de missiles balistiques sol-sol à courte et moyenne portée. Le front nord d’Israël ne s’éloigne donc pas plus, il s’étend jusqu’en Irak et, en plus des roquettes stockées par le Hezbollah, le Hamas et le Jihad islamique, Israël est, à présent, confronté à des missiles balistiques venus d’Irak et qui tendent à se rapprocher de la frontière.

Adaptation : Marc Brzustowski

Israeli Intel Estimate: New Iranian threat from Iraq. Gaza escalates. Moscow jumps on Palestinian issue

5 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.