Une cellule palestinienne arrêtée pour avoir tenté de frapper le chef du renseignement de l’AP

Les forces de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie découvrent des explosifs, et le chef de file aurait avoué avoir comploté pour atteindre Maged Faraj; l’affaire serait liée à une lutte interne pour succéder à Mahmoud Abbas

 

Le chef des services des renseignements généraux de l’Autorité palestinienne Majed Faraj (par Adnan Abu Amer)

Les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne ont arrêté un groupe de membres du Fatah soupçonnés d’avoir conspiré pour mener une attaque contre le puissant chef du service des renseignements généraux de l’Autorité palestinienne, Majed Faraj et sa famille, selon des sources palestiniennes et israéliennes.

Les suspects, dont certains ont déjà passé du temps en prison, seraient liés à Tawfiq Tirawi, un ancien chef des services de renseignement de Cisjordanie – le prédécesseur de Faraj – qui a critiqué ouvertement le président de l’AP Mahmoud Abbas et s’est mêlé à un certain nombre de hauts responsables palestiniens.

Faraj, un apparatchik proche d’Abbas qui a pris la tête du renseignement de l’Autorité palestinienne en 2008, est considéré comme un successeur possible du chef du Fatah, âgé de 84 ans, et l’affaire pourrait représenter le dernier aperçu d’une bataille de succession qui mijote et pourrait éclater au grand jour, si Abbas devait prendre sa retraite ou mourir.

Selon les sources, des membres des services de sécurité préventive de l’AP ont trouvé des armes et des engins explosifs en possession de membres de la cellule présumée. Selon certaines sources, le meneur a avoué avoir comploté pour porter atteinte à la famille de Faraj en déposant une bombe dans leur voiture, et ils ont même suivi les membres de la famille pour détecter leurs habitudes et leurs mouvements.

Tawfiq Tirawi.
Abbas a été informé des détails de l’affaire, selon les sources, bien qu’il ne soit pas évident de savoir si Tirawi sera inculpé ou même suspect.

Alors que Tirawi était le chef du renseignement de l’Autorité palestinienne, les forces de sécurité israéliennes l’ont considéré comme recherché en raison de ses relations étroites avec les membres du groupe terroriste des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa du Fatah. Il était avec le chef de l’OLP Yasser Arafat pendant le siège israélien de ce dernier à la Muqata de Ramallah entre 2002 et 2004.

Cependant, Tirawi a été lentement mis sur la touche dès la prise de fonction d’Abbas après la mort d’Arafat. Il est resté impliqué dans des différends avec plusieurs dirigeants du Fatah, dont Jibril Rajoub, qui est également considéré comme un héritier potentiel d’Abbas.

On ne sait pas encore si la cellule a agi au nom de Tirawi et si l’affaire fait en effet partie d’une bataille pour succéder à Abbas, qui malgré de nombreux rapports disant le contraire, dans la presse arabe, semble en bonne santé pour son âge.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d’une réunion dans l’enceinte présidentielle de Ramallah, en Cisjordanie, le 6 octobre 2019 (Abbas Momani / AFP)

Pendant ce temps, ses successeurs potentiels se préparent déjà. Des sources de sécurité israéliennes ont déclaré que presque tous les hauts fonctionnaires qui sont considérés comme des héritiers potentiels, rassemblent des partisans et des armes, au cas où la guerre pour le trône prendrait un sens littéral.

Abbas n’a pas nommé de successeur, mais les médias palestiniens et arabes spéculent depuis longtemps sur la question. Les chefs de file apparents qui ont émergé ces dernières années sont le gouverneur de Naplouse Mahmoud al-Aloul et Faraj, qui a été un intermédiaire clé pour Israël et les États-Unis.

Rajoub est également considéré comme un successeur potentiel, tout comme Marwan Barghouti qui est emprisonné par Israël pour avoir dirigé le meurtre de cinq Israéliens dans des attaques terroristes. Tirawi essaie également de se présenter comme un concurrent, même si ses chances sont considérées comme minces.

JForum avec agences

2 Commentaires

  1. Dans un panier de crabes, il y en a toujours certains qui veulent être calife à la place du calife.
    Comme ces ordures ont une culture de la haine et de la violence, ils règlent leurs comptes entre eux, comme c’est la coutume chez les animaux sauvages.
    Quand on voit la liste des prétendants, on a envie de gerber ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.