Qatar et Turquie en déroute en Libye et au Soudan

5
15848

LE QATAR ET LA TURQUIE SUBISSENT UN GRAVE REVERS EN LIBYE ET AU SOUDAN

En Libye, le soutien de la Turquie et du Qatar au gouvernement de Tripoli dans l’est du pays est né du printemps arabe et du conflit civil en Libye.

.

Un char arrive à la base militaire turque à Doha, au Qatar

Un char arrive à la base militaire turque à Doha, au Qatar. (Crédit photo: QATAR NEWS AGENCY / HANDOUT VIA REUTERS)

Le Qatar et la Turquie ont soutenu le dirigeant du régime soudanais Omar al-Bashir pendant des années, mais se trouvent maintenant mis au défi, après que Bashir a été chassé du pouvoir par les manifestations populaires et l’armée. Selon Al-Arabiya, le ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed bin Abdulrahman al-Thani, aurait été snobé parle nouveau pouvoir, lors d’une visite au Soudan mercredi. La Turquie est scandalisée par le fait que sa Radio et Télévision de Turquie (TRT) désigne le renversement de Bashir, accusé de génocide, comme étant une “contre-révolution“.

Le Qatar et la Turquie sont des alliés régionaux proches et ont soutenu le régime soudanais et le gouvernement de la Libye occidentale à Tripoli. Dans les deux cas, ces pays se sont rangés du côté des groupes religieux extrémistes, y compris des partis influencés par les Frères musulmans. La Turquie avait de grands espoirs pour son alliance soudanaise, y envoyant des délégations militaires de haut niveau, louant l’île de Suakin et promettant des projets agricoles et autres. La Turquie souhaitait renforcer son influence dans la Corne de l’Afrique.

En Libye, le soutien de la Turquie et du Qatar au gouvernement de Tripoli, dans l’ouest du pays, est né du printemps arabe et du conflit civil en Libye. Finalement, ce conflit a opposé Khalifa Haftar, un général basé à l’est de la Libye, au gouvernement libyen de l’ouest. Haftar a le soutien de l’Egypte et des Emirats Arabes Unis, ainsi que de l’Arabie Saoudite, de la France et une relative coopération s’est établie avec Jérusalem, autour du contrôle des trafics d’armes à destination de la Bande de Gaza. La Russie a également rencontré Haftar et l’a invité à bord de son porte-avions, l’Amiral kuznetsov. Du point de vue de l’Égypte et des Émirats arabes unis, le gouvernement libyen occidental est infiltré par des extrémistes et Haftar promet un régime militaire et la stabilité. Haftar a lancé une offensive début avril pour s’emparer de Tripoli, unifiant potentiellement la Libye après huit années de guerre. Le Qatar a appelé à la mise en place plus stricte d’un embargo sur les armes, imposé à Haftar, selon The Independent.

Selon le reportage de The Independent, Haftar a lancé son offensive après que les Emirats arabes unis ont signalé «un trafic aérien suspect entre la Turquie et l’ouest de la Libye». Alors que la Turquie était en train de changer de direction, en modifiant l’ordre de vol d’un aéroport vers un autre à Istanbul, Haftar avait engagé le mouvement. «En tant que stratège militaire, vous souhaitez tirer parti de ce genre de situation, même si cela prend 10 heures», a déclaré un expert au journaliste. Bien que Haftar doive mener les combats sur le terrain, il semble que les conflits régionaux entre la Turquie et le Qatar, d’un côté, et les Émirats arabes unis et l’Égypte, de l’autre, éclipsent l’évolution de la situation en Libye. Le Qatar, par exemple, s’est entretenu avec l’envoyé local allemand pour la Libye en mars.

Par ailleurs, le 16 avril, le Qatar a rencontré des responsables américains au Département d’État dans le cadre d’un groupe de dialogue stratégique, au cours duquel il a discuté du Soudan. Le Qatar a également accueilli le Soudanais Bashir à la fin janvier. Les manifestants se sont levés au Soudan, ces derniers mois, et l’armée est finalement intervenue pour destituer Bashir, au pouvoir depuis 1993. Elle a arrêté des membres de la famille de Bashir pour corruption présumée. Bashir a été inculpé par la Cour pénale internationale en 2009 pour génocide au Darfour. Cependant, des alliés des États-Unis, tels que la Turquie et le Qatar ont étroitement collaboré avec ce criminel de guerre, au fil des années. Bien que la radio-télévision inféodée au gouvernement turc, TRT, appelle le renversement de Bashir une “contre-révolution” qui s’oppose aux “mouvements populaires”, Bashir a en fait été expulsé au beau milieu d’une vague massive de manifestations populaires.

Al-Arabiya, d’Arabie saoudite, a déclaré que même si on reste très froid envers le Qatar au Soudan, le Conseil militaire de transition avait accueilli mardi une délégation émirato-saoudienne.

Le destin de la Libye et du Soudan n’est pas encore décidé. Le Qatar et la Turquie ont des intérêts majeurs dans les deux pays. Tous deux sont également des alliés des États-Unis et voudront mobiliser un soutien à Washington pour influencer les résultats des événénements dans ces États d’Afrique du Nord. Les Émirats arabes unis, l’Égypte et l’Arabie saoudite ont consolidé leur alliance face aux crises soudanaise et libyenne. Pour l’Égypte, cela revêt une grande importance, car ce sont des voisins. Le Caire et Abou Dhabi pourraient maintenant être sur le point de jouer un rôle historique dans les deux pays.

PAR SETH J. FRANTZMAN

A

 18 AVRIL 2019 10:06

5 COMMENTS

  1. Pourquoi Qatar vien tue en Afrique ou son le Union africaine qu’es que se batar ne réagit pas pourquoi le arabe tue se le gens soi disant musulman avec leur religion satanique

  2. Le Qatar ou ” la Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le Boeuf ” .

    Au lieu de sponsporiser le ” Prix de l’Arc de Triomphe ” à Longchamp il ferait mieux d’organiser des courses de bourricots à Gaza , il serait vainqueur à coup sûr malgré un niveau trés élevé .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.