PouRiM: pourquoi se déguiser et boire jusqu’à l’ivresse?..(vidéos)

Les Juifs ont entamé un  jeûne pour commémorer l’intervention héroïque de la reine Esther qui a sauvé le peuple juif de l’anéantissement ordonné par Aman.

Les faits datent de l’époque de l’empire perse qui remonte à l’exil babylonien (destruction du Premier Temple de Jérusalem)  jusqu’à la construction du Second Temple. 

Si Hanouka est le dernier miracle à l’époque du Beth Hamikdach, Pourim, Jeudi 17 mars 2022,  a été le premier grand miracle en-dehors d’Israël. 

Nos Sages nous enseignent que la délivrance de Pourim, s’est accompagnée d’un renouvellement de l’engagement des Juifs de se conformer aux traditions pour (re) découvrir la vraie réalité du monde qui se cache derriere les apparences.

Et c’est sans doute pour transcender les apparences du monde que l’on a coutume de se déguiser et de boire jusqu’à l’ivresse…

Au cinquième siècle avant notre ère, le juif Mardochée s’attire la colère d’Haman, premier dignitaire de l’Empire perse, en refusant de s’incliner devant lui. Pour se venger, Haman rédige un décret d’extermination de tous les juifs de l’Empire.

Le tirage au sort pour signifie sort, « pourim » des sorts (destins en hébreu) est alors utilisé pour définir la date propice au massacre, finalement fixée au 13e jour du mois d’adar du calendrier hébraïque. Mardochée fut le tuteur de la reine Esther,  avant qu’elle ne devienne reine de Perse.

C’est lui qui avait encouragé la jeune Esther à cacher ses origines juives à son futur époux. Pour sauver son peuple de l’extermination, la reine Esther organise un festin durant lequel elle révèle enfin ses origines juives au roi, au péril de sa vie.

Face à cet acte courageux, le roi autorise les juifs à se défendre des assaillants envoyés par Haman et le fait pendre ce dernier à la potence que celui-ci réservait à Mardochée.

Mais pourquoi se déguise-t-on  à Pourim ?

La fête de Pourim commémore donc le miracle qui sauva les juifs de l’extermination au Ve siècle avant notre ère.

Ces événements relatés dans le Livre d’Esther sont célébrés sur deux jours, les 13e et 14e jours du mois d’Adar de l’année hébraïque (qui tombe en février ou mars selon les années).

Cette année c’est les 16 Mars et le 17 mars 2022.

Si le premier jour est marqué par le jeûne, le second jour fait place à de nombreuses réjouissances: repas festifs commémorant les banquets décrits dans le Livre d’Esther, échange de nourriture entre amis et membres de la famille, dons aux pauvres, sans oublier le carnaval, les masques, les déguisements, les parades costumées.

À la fin du jeûne, la tradition veut que les gens se déguisent et célèbrent cette fête dans la joie, et même l’ivresse jusqu’à ne plus pouvoir différencier le bien du mal.

« Le monde est un masque qui cache une réalité plus profonde. Mais c’est un masque unique: il cache mais il révèle; il est opaque mais il est transparent.’’ Rav Akiva Tatz, Worldmask – Le Masque du monde.

tel-avivre.com

Haman et A’hachveroch : Antisémitisme ou Antisionisme. Par Rav Arié Melka

Tâchons de méditer sur la signification profonde de ce dédoublement (avant que l’effet de l’alcool ne la légitimise…)

Au sujet de la suppression du souvenir d’Amalek, une certaine ambiguïté apparait dans le Texte.

Suite à son attaque envers Israël, la Torah nous affirme que  »Effacer J’effacerai le souvenir d’Amalek » (Chémot 17,14), il semblerait donc qu’à D.ieu incombera cette mission d’anéantissement. Pourtant, par la suite, la Torah nous ordonnera de le faire –  »Efface le souvenir d’Amalek » (Dévarim 25,19).

Comment comprendre cette apparente contradiction ?

La haine viscérale que nous voua Amalek de tous temps doit son origine, comme l’écrit Abrabanel, dans l’acquisition apparemment illégitime du droit d’aînesse et des bénédictions paternelles réalisées par Yaacov. Amalek se voit donc en droit de venger son ancêtre Essav, en revendiquant ces deux notions qui font la spécificité de notre peuple.

Ces deux concepts sont mis en exergue à travers deux événements qui forgèrent notre identité : 1. Le Don de la Torah 2. L’Entrée en Israël.

Si la Révélation au Mont Sinaï nous fit accéder au rang d’aînés vis-à-vis des autres Nations, notre arrivée en Terre Sainte, en nous plaçant dans un environnement entièrement hermétique, nous sépara à jamais des autres peuplades, et permit ainsi la réalisation des bénédictions patriarcales.

En attaquant Israël à sa sortie d’Egypte, il cherchait à abolir le droit d’aînesse. A la fin des temps, lors du Retour vers notre Terre, siège des bénédictions, il viendra une fois de plus, représenté par l’ensemble des civilisations, pour tenter de briser notre solitude et notre indépendance face aux autres peuples.

Ces deux masques portés par Amalek à travers les époques ont chacun leur nom : l’antisémitisme et l’antisionisme. Pour chacun d’entre eux est mentionné dans la Torah un ordre d’éradication différent, l’un divin et l’autre humain.

-D.ieu sera celui qui nous protégera lors de la tentative désespérée d’annuler notre supériorité, à l’image de la bataille de Yéochoua (Josué) où la victoire dépendait de la foi.

-Toutefois, il incombera à l’Homme de se protéger des desseins de Amalek, visant à absoudre la limite, géographique ou non, clairement définie entre le Am Israël et les Nations.

Ces deux funestes projets virent le jour à Pourim : tandis qu’Haman, descendant direct d’Amalek, mit en place l’extermination de notre peuple, A’hachveroch, quant à lui, se souciait du retour de notre peuple sur sa terre.

Haman personnifie l’antisémitisme, alors que A’hachveroch représente l’antisionisme, repoussant l’idée d’une quelconque séparation entre les Juifs et les Gentils.

Les deux raisons citées pour intégrer ce décret au plan divin ne sont que le reflet de ces deux aspects du génocide. L’idolâtrie justifie la désintégration du peuple élu, la luxure et le plaisir au sein des autres nations permet l’effacement de cette séparation et de cet isolement.

La survie effective de notre communauté, par la mise à mort du principal coupable, Haman, se fera par D.ieu lui-même, certes caché par le hasard, mais présent. Par contre, l’emprise qu’A’hachveroch eut sur nos ancêtres se perpétua jusqu’à notre époque. Le Talmud expliquera l’absence du Hallel à Pourim par le fait que nous sommes encore assujettis au règne de ce roi faussement prévenant.

Nos armes contre ces deux menaces sont représentées par nos héros, Morde’haï et Esther.

-Pour éviter le massacre, seul le rôle moralisateur et le rapprochement vers D.ieu, caractéristiques de Morde’haï, purent éveiller le salut divin.

-La préservation de notre identité, sans être phagocytée par la société environnante, dépendait d’Esther qui, tel le myrte préservant son parfum délicat même dans des lieux nauséabonds, sut garder sa sainteté et sa discrétion dans le palais royal.

Les deux dates auxquelles on festoie cette double victoire sont applicables dans des lieux différents :

-Les villes communes ne sont concernées que par le 14 Adar, les nouvelles missives n’étant pas encore arrivées pour annuler les précédentes, il nous fallait nous défendre contre l’attaquant, cherchant à détruire notre existence même.

-Les villes fortifiées, quant à elles, symbole d’invulnérabilité et de rupture avec l’entourage, commémorent une victoire écrasante de notre peuple, fort de son identité et de sa particularité. D’ailleurs le critère de référence pour définir les villes fortifiées, est l’époque de Yéochoua, et les Sages expliquent : « c’est pour honorer la Terre d’Israël« .

Pour inscrire ces deux dimensions dans le contexte historique actuel, nous pouvons affirmer que si la principale mission du peuple juif lors de l’exil fut bien l’imploration de la miséricorde divine, notre mission actuelle est d’une toute autre nature. Le danger qui nous guette ainsi qu’aux prochaines générations est bien cette carence identitaire, pur produit de la mondialisation.

Notre devoir est donc de renforcer notre essence, en assimilant la scission obligatoire entre nous et eux, comme nous l’a montré la reine Esther qui, bien que parée de vêtements royaux, a su protéger la beauté de son intériorité sacrée.

Inspirons-nous de la fête de Pourim, où notre rôle principal ne fut pas l’extermination de Haman, mais plutôt l’abolition du joug d’A’hachveroch, grâce à un travail pour révéler notre nature véritable.

Haman et A’hachveroch : Antisémitisme ou Antisionisme. Par Rav Arié Melka

Rav Arié Melka est Roch Kollel Michné-Torah

Jforum avec bas-les-masques et  LPH

La recette des galettes blanches

 

Biscuits :
1 kg de farine
1 sachet de sucre vanillé
1 verre d’huile de tournesol
4 jaunes d’œuf (selon recette Tata Georgette ; Tata Claude rajoute à cela 2 oeufs entiers)
225 g de sucre (Tata Claude en met 250 !)
2 cuillères à soupe de rhum, cognac ou Grand Marnier
2 paquets de levure alsacienne (Tata Claude n’en met qu’un …)
5 à 6 oranges en jus (Tata Claude n’en met qu’un verre, ce qui fait peut-être une pâte moins collante ?)
1 pincée de sel (ça c’est du Tata Claude)Pour le nappage :
1 sachet de sucre vanillé
500 g de sucre glace
20 g de gomme arabique en poudre (cela s’achète en pharmacie mais Tata Claude dit que c’est inutile)Mélanger tous les ingrédients indiqués pour le biscuit sans le jus d’orange que l’on incorporera petit-à-petit en pétrissant la pâte.
Laisser reposer 2 heures.
Faire les galettes avec un verre et un dé à coudre. La pâte étalée doit environ faire un demi centimètre d’épaisseur. Mettre les galettes à four chaud thermostat 6-7 25 minutes.Pour le nappage, battre les blancs en neige. Ajouter le sachet de sucre vanillé et le sucre glace. Ajouter la gomme arabique si vous en trouvez (… Trempez le dessus des galettes dans le nappage lorsqu’elles sont cuites et froides. Ajouter si vous voulez des décorations : vermicelles, rubans, boules argentées…On peut les laisse sécher toute la nuit à l’air libre les mettre à sécher au four avec un petit 100 degrés…JUDAICALGERIA

Génoise au yaourt : le dessert moelleux

Ingrédients:
350 g de yaourt nature
4 œufs
100 g de sucre
50 g de fécule de maïs
1 cuillère à café de levure chimique
1 pincée de sel
Sucre en poudre

MÉTHODE :
1. Commencez par séparer les jaunes des blancs.
2. Fouettez les jaunes d’œufs avec le sucre puis ajoutez la fécule, la levure chimique et le yaourt.
3. Battre les blancs d’œufs en neige ferme avec une pincée de sel.
4. Ajouter au mélange et bien mélanger.
5. Versez le mélange dans un moule et enfournez à 170 degrés pendant 50 minutes

By cookist wow

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.