La Communauté juive de Porto dénonce un antisémitisme d’état

Des étudiants juifs exigent via une Lettre que le Portugal ne harcèle plus jamais la communauté de Porto: ils exhortent le Parlement du pays à ne plus jamais autoriser la détention illégale d’un grand rabbin ou l’invasion d’une synagogue.

44 étudiants juifs français des universités de Porto ont envoyé une Lettre à l’Assemblée de la République portugaise demandant à l’État de promettre “qu’il ne procédera plus jamais à la détention illégale d’un grand rabbin et à la fouille illégale d’une synagogue, d’un musée juif et des résidences de dirigeants communautaires”.

Les étudiants se réfèrent à l’affaire qui en mars avait conduit à l’arrestation du rabbin de Porto, Daniel Litvak, accusé d’appartenir à une association criminelle vouée à la contrefaçon et à la corruption, avec la participation de fonctionnaires des Conservatoires et à travers des détournements et blanchiments d’argent non déclaré au Trésor.

En septembre, le tribunal a estimé que les multiples soupçons n’étaient “fondés sur rien” et a rendu au rabbin ses passeports.

Ilan Cohen évoque une discrimination d’état

Ilan Cohen, premier signataire de la pétition, déclare: “La discrimination de l’Inquisition ne leur a pas suffi pour s’arrêter là ! Les Juifs restent sans protection car contrairement aux autres minorités ils sont toujours associés à l’argent, toujours ! “

Gabriel Senderowicz, Président de la Communauté de Porto, a déclaré à JNS : “Les jeunes représentent toujours l’espoir d’un avenir meilleur. Nos jeunes adhérents français disent qu’il y a une différence entre la France et le Portugal: en France, ils sont protégés par l’État et persécutés par une partie de la population, et ici, ils vivent en sécurité parmi la population mais ils constatent qu’il y a des élites qui persécutent la communauté juive: “Cette année, notre communauté a non seulement vu l’antisémitisme historique se répéter, mais a également vécu l’histoire en temps réel. La lettre de nos jeunes membres vise à mettre fin au nouveau chapitre du récit antisémite“.

La lettre en question fait référence aux mesures prises par la police portugaise contre la communauté juive de Porto, notamment via la fouille de la synagogue Kadoorie Mekor Haim de la ville, la plus grande shul de la péninsule ibérique, et l’arrestation suivie de la détention de Daniel Litvak, grand rabbin de la communauté juive de la ville, en Mars.

Litvak a été maltraité en prison, placé dans une cellule avec un meurtrier, privé de nourriture casher, astreint donc à rester plus de 24 heures sans manger, selon une plainte déposée par la communauté auprès du Parquet européen (Parquet européen), un organisme indépendant. de l’Union européenne, le 26 août.

Le rabbin fut tenu de se présenter trois fois par semaine à la police judiciaire et interdit de quitter le Portugal. Ces mesures restrictives ont été levées le 27 septembre par la Cour d’appel de Lisbonne.

Les juges ont mis en doute l’accusation selon laquelle Litvak aurait reçu des pots-de-vin pour avoir délivré des certificats d’ascendance séfarade, une étape nécessaire pour obtenir la citoyenneté portugaise en vertu d’une loi de 2015 accordant cette citoyenneté aux descendants de Juifs expulsés du pays au XVe siècle.

Le rabbin avait été accusé de fraude – d’avoir tamponné des certificats de citoyenneté, a déclaré Gabriel Senderowicz, Président de la Communauté de Porto: “Cela a été présenté au monde comme la vente de passeports par un rabbinat qui a agi pour de l’argent.”

Selon la communauté juive de Porto, le harcèlement faisait partie d’une campagne organisée par des “agents de l’État” cherchant à abolir la loi sur la nationalité pour les Juifs séfarades portugais, également connue sous le nom de “loi séfarade”.

Des politiciens antisémites, des journalistes et des influenceurs des médias sociaux auraient lancé “une campagne diffamatoire” affirmant que ladite “loi séfarade” conduirait à un flot de nouveaux citoyens et allégué que la Communauté de Porto réalisait des millions de bénéfices grâce au processus de certification, a encore déclaré Gabriel Senderowicz.

La campagne contre la loi a finalement été couronnée de succès car le gouvernement a révisé la loi séfarade pour y inclure des exigences que la communauté juive du Portugal juge impossibles à satisfaire.

La lettre des étudiants se termine par une demande au Portugal de “réintégrer à titre posthume le “Dreyfus portugais”, faisant référence au capitaine Artur Carlos de Barros Basto, qui fut chassé de l’armée en 1937 en raison de ses racines juives. Barros Basto avait aidé à établir la communauté juive de Porto et la synagogue Kadoorie. Il a également aidé le retour des crypto-juifs au peuple juif et, pendant la Seconde Guerre mondiale, a aidé des centaines de Juifs à échapper à la Shoah.

Kan en français relate comme TJ l’affaire. Ecouter de 37.20 min à 51.30 min

SourceTRIBUNEJUIVE.INFO

La synagogue Kadoorie Mekor Haim de Porto a été fouillée. Credit: CIP/CJP/Bizarro

5 Commentaires

  1. A.Roland…Le retour des Juifs au Portugal et en Espagne est, à mon avis, une erreur grossière; Je l’ai déjà écrit dans un article sur l’ancien et très appréciable « Actualité Juive ».
    C’est une grave erreur qui va inciter encore d’avantage les palestiniens et tous les nervis du palestinisme à demander le retour des Juifs -qui peuplent fort heureusement Israel -dans leurs pays d’où ils sont partis et à quitter la Terre d’Israel.C’est un cadeau de leur indéniable intelligence qu’ils font en retournant dans ces deux pays, le magnifique Israel peut parfaitement les accueillir. A Bon entendeur…

  2. The descendants of the empire of Rome, Europe created NAZISM to exterminate the people of Israel, then a 2ᵉ MONSTER: Palestine. The Troyes horse of Europe in Islam and imposed lies and hatred in the world against the marvelous country Israel, father of world civilization

  3. Le retour de la communauté juive en Espagne comme au Portugal n’est en fin de compte que le retour des boucs émissaires qui servent à tous leurs maux .L’antisémitisme n’a jamais disparu il renaît et devient virulent surtout dans les pays de la chrétienté qui accusent les juifs de deicide.Il est comme le virus de l influenza qui nous vient chaque année sous différentes formes de mutation .

  4. Je suis un peu surpris par cette information. Dans l’ Histoire, le Portugal a été bien moins antijuif que l’ Espagne. C’est dès 1770 que le Marquis de Pombal a permis le retour des Juifs dans ce pays, alors que l’ Espagne ne l’a autorisé qu’en 1924, et n’a abrogé le Décret de l’Alhambra de 1492 qu’en 1967. Ceci explique que c’est dans la rade de Lisbonne, en 1795, que les Juifs d’ Alger ont négocié et signé le premier traité américano-barbaresque entre la Régence d’Alger et les États-Unis. Depuis des siècles, le Portugal n’a pas montré beaucoup d’animosité envers les Juifs. C’est plutôt en France que les antisémites sont beaucoup plus haineux, jaloux des Juifs, pervers et corrompus, frustrés et aigris.

  5. Les élites portugaises souffrent d’avoir perdu leur puissance d’antan. Il leur reste l’antisémitisme pour se défouler. C’est dire où elles sont tombées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.