Pour la première fois: Israël fait partie des 20 premières économies au monde en termes de PIB par habitant. De plus avec son taux de croissance supérieur à 3%, d’ici quelques années elle sera parmi les 15 premiers du classement. On peut mesurer les pas de géant accomplis par Israël en à peine 73 ans.

L’année 2020 – l’année du corona a été une année exceptionnelle à toutes les niveaux. En termes de PIB et de données de croissance, c’est la pire année que l’économie israélienne ait connue en 73 ans d’indépendance économique. Selon les données de CBS, en 2020, le produit intérieur brut s’est contracté à un taux réel de 2,6% par rapport à 2019.

Malgré cela, l’année écoulée met particulièrement l’accent sur la résilience de l’économie israélienne vis-à-vis d’autres économies de premier plan, qui ont subi les effets de la crise économique de manière plus grave. Alors qu’en Israël, l’économie s’est contractée à un rythme relativement modéré, principalement en raison du volume des exportations qui a enregistré une augmentation grâce au secteur de haute technologie, l’économie américaine s’est contractée à un taux de 3,5%, tandis que les économies allemande et japonaise se sont contractées de 5% chacun, la France de 8%, l’Italie de 9%, le Royaume-Uni à 10% et l’Espagne avec un fort taux de contraction d’environ 11%.

À la lumière de cela, Israël se retrouve pour la première fois dans le prestigieux club des 20 principales économies du monde, avec un PIB par habitant s’élevant à 43,7 milliers de dollars l’année dernière, ce qui le place à la 19e place sur la liste, selon les données du Fonds monétaire international.

Les données de croissance par habitant – un indicateur qui mesure le niveau de richesse d’une nation – soulignent en fait les progrès impressionnants que l’économie israélienne a accomplis au cours de cette année complexe et son arrivée directe au sommet des nations les plus riches du monde.

À cet égard, le niveau actuel de richesse d’Israël, qui se situe à près de 44000 dollars par habitant, est plus élevé que celui des économies développées plus anciennes telles que la Grande-Bretagne (40,4 milliers de dollars par habitant), le Japon (40,1 milliers de dollars par habitant), la France ( 39,9 milliers de dollars par habitant), la Corée du Sud (31,5 milliers de dollars par habitant), l’Italie (31,3 milliers de dollars par habitant) ou l’Espagne (27,1 milliers de dollars par habitant).

Réduire les écarts

Les États-Unis sont toujours mieux classés qu’Israël sur la liste, avec un PIB de 63 400 dollars par habitant. Cependant, il convient de noter que les écarts entre les économies se sont nettement rétrécis au cours de la dernière décennie, de sorte qu’aujourd’hui ce taux se situe à environ 70%, un chiffre bien meilleur que celui affiché par de nombreuses économies développées. Par exemple, en Corée du Sud et en Italie, le taux de PIB par habitant est inférieur à la moitié du chiffre américain (49,7% et 49,3%, respectivement), tandis qu’en Espagne ce taux n’est que de 42,8%.

Ce n’est pas le seul chiffre impressionnant. En 2019, Israël était classé 21e en termes de PIB par habitant, alors qu’il y a environ dix ans, il ne figurait pas du tout dans la liste des 30 premières économies. Comme mentionné, cette dernière année est la première année au cours de laquelle Israël a rejoint le Club des 20 économies riches, achevant ainsi un processus de saut de mouton particulièrement impressionnant à partir de la 32e place, où il était classé en 2010.

JForum ‒ Infos Israel-news

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.