Pessah à Alger: le dernier jour de la fête (vidéo)

Caroline Elisheva Rebouh le 14.04.2020

Cela ne s’appelait pas mimouna (1): à la fin du huitième jour de la fête les boulangeries cuisaient du pain frais et les « yaouleds » (enfants arabes) apportaient des colliers composés de petits œillets très odorants et de fleurs d orangers d autres apportaient de petites cagettes pleines de petits poissons frais (petits pageots, petits rougets,sardines etc..) d autres apportaient du petit-lait et d autres encore de jeunes fèves.

D’autres enfants apportaient des brassées d’épis divers poussant sauvagement.

    Le père de famille ou la mère disposait les épis sur le lustre de la salle à manger et sitôt la fête « sortie » on s s’empressait de goûter le pain encore chaud acheté dans les boulangeries et on y mettait du beurre dit « arabe » dont on sut après qu il s’agissait de beurre légèrement ranci et mélangé avec du « semen » graisse de gros bétail mélangée au beurre…

 

Afficher l’image source  Le lendemain on se régalait avec un couscous au beurre avec des fèves cuites à la vapeur et certains y ajoutaient des raisins secs ou des dattes coupées en tranches fines et on buvait du petit-lait (certains saupoudraient leur couscous avec du Sucre en poudre) et au dessert on dégustait la »mouna » brioche d’origine espagnole que nos concitoyens catholiques consommaient pour le dimanche de leurs Pâques.

 

 

Afficher l’image source    La mouna est une sorte de brioche espagnole présentée comme une demi sphère et avec une incision en croix au sommet et parsemée de sucre en gros grains
Pour la mimouna le nom viendrait surtout de la langue arabe qui ferait allusion à l argent et donc la prospérité la preuve en est dans les « simanim » sont exhibés sur la table de la mimouna :
Farine (abondance) dans laquelle sont plantées 5 fèves avec leurs cosses en s appliquant pour que ce soient des fèves contenant respectivement 1 fèves, 2,3,4 et enfin 5 fèves
Un poisson « frais » (non cuisiné)contre le mauvais oeil
5 pièces d or (ou dorees) puis du beurre des dattes et du miel (symboles de richesse et de bonheur)
De la salade verte (renouveau) et un broc de lait (abondance)
Des douceurs en abondance (confitures et pâtisseries à base de coco ou d amandes) pour que l’annee soit douce
Au Maroc où les fruits n n’étaient pas abordables car très chers les ménagères avaient coutume de faire des confitures de légumes (tomates aubergines carottes et raisins secs et noix
C est la raison pour laquelle je ne pense pas qu il y ait un lien commun entre la mouna et la mimouna Chez les Tunisiens les juifs dispersent chez eux de la verdure symbole de renouveau

Ainsi était célébrée à Alger la fin de Pâque.

Caroline Elisheva Rebouh

(1) D’où vient cette appellation du mot Mimouna et cette tradition centenaire d’une des fêtes les plus évocatrices pour les juifs marocains où qu’ils soient : Maroc, Israël, Canada, É.-U., et autres.

6 Commentaires

  1. Pour ceux qui seraient intéresses . Excellent article

    Aller sur ce lien :

     » L’invention de l’authenticité. Belleville, quartier juif tunisien  » .

  2. Recette d’un plat  » léger  » d’Algérie , ça vaut largement notre mloukhia de Tunis ;

    Le BARBOUCHE que j’allais déguster chez Berthe au Grillon à la Porte Saint Martin . Ya hasra .

    Voici la recette et que D. soit avec vous .

    Barbouche (Lucette Valentin)
    Plat – Sauces

    Recette de la famille Valentin.

    Préparation (min): 150
    Cuisson (min): 180
    Ingrédients : 1. 1kg de gras double nettoyé
    2. 2 gousses d’ail, sel, poivre
    3. 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
    4. 1 cuillère à une demi de Cumin
    5. 1 cuillère à une demi de Paprika
    6. 1 cuillère à une demi de Carvi

    Recette:

    6. Saucisson de bœuf (Rasbane) – cuisson 1h
    7. 500 g de bœuf haché ou tripes hachées
    8. 3 œufs durs
    9. 2 œufs
    10. 6 gousses d’ail, épices (noix de muscade, piment doux) 3 feuilles de menthe, sel, poivre, 1 boyau si utilisation des tripes

    Haricots blancs -(Tarbais ou Mogette de préférence)- cuisson 3h
    11. 500g de haricots
    12. 500g de plat de cote de bœuf
    13. 1 cc de Cumin
    14. 1 cc de Paprika
    15. 2 sachets de Safran(Spigol)
    16. 1 tête d’ail, sel, poivre et 1 sucre roux 5g

    Couscous -(500g semoule grosse + 500g semoule moyenne) 1kg
    17. 1 grosse poignée de menthe sauvage (ou une cuillère à soupe de menthe sauvage en poudre) , sel, poivre, ras-el-hanout, 8 cl huile (arachide ou olive) et si vous le souhaitez 1 sachet de Spigol

    ** Préparation des tripes

    Dans 1 cocotte disposer les tripes coupées en morceaux, l’huile, l’ail, les épices
    Couvrir d’eau.
    Laisser cuire 3 heures à feu régulier ( 1h à 1h½ en autocuiseur)

    ** Préparation du saucisson

    Mélanger à la viande les œufs durs coupés en petits morceaux, l’ail, le sel, le poivre, les épices, les feuilles de menthe
    Lier avec les 2 œufs non cuits
    Former un saucisson suffisamment dur pour « se tenir » ou remplir le boyau
    Et le faire cuire 1 heure environ dans les HARICOTS.

    ** Haricots blancs (Tarbais ou Mogette de préférence)

    Dans 1 faitout mettre les haricots, la viande, l’ail, les épices, le safran, le sel et poivre
    Couvrir d’eau
    Laisser cuire 3h à feu régulier et N’oubliez pas, après 2h de cuisson, de mettre le saucisson

    ** Préparation du couscous

    Verser les semoules dans une grande cuvette en terre ou plastique, assez large, les mélanger
    Arroser d’un 1 litre à un demie litre d’eau froide additionnée de 2 cuillères à soupe de sel, éventuellement du Spigol et remuer(rouler) un peu.
    Ajouter la menthe sauvage finement ciselée, le poivre et le ras el hanout.
    Lorsque toute l’eau est absorbée et la graine bien gonflée, briser les grumeaux à la main, verser le couscous dans la partie haute du couscoussier et le faire cuire à la vapeur.
    Après une demi heure de cuisson, verser le Couscous dans la cuvette et roulez-le les mains imbibées d’huile,
    (2 cuillères à soupe)
    Remettre à cuire à la vapeur – La cuisson est terminée 8/10mn après que la vapeur traverse abondamment le couscous.
    Le verser dans 1 grand plat de service ou dans une grande soupière ou saladier et à l’aide de 6 cuillères à soupe d’huile (Arachide ou Olive) séparer les graines à la fourchette.

    Vous devez faire en sorte que les cuissons se terminent en même temps afin de servir chaud

    Suggestions: Les restaurateurs Oranais avaient pour habitude d’ajouter dans l’assiette un demi oeuf dur

    • Pour la petite histoire on rencontrait chez Berthe , les Zemmour , les Atlan etc… surtout des gens de Sétif , Boussada , Msila etc… et Enrico Macias .

  3. Je suis toujours ausi touché quand on évoque ces souvenirs .

    Que ce soit Alger , Tunis ou Casablanca ce sont les mêmes photos jaunies en noir et blanc et les mêmes visages autour d’une tablée avec la kémia ou d’excellents plats….si légers .

    Que les algérois me pardonnent mais le couscous sucré avec des raisons secs , je ne m’y ferai jamais . ah ah

  4. Chez moi, à Alger, l’aînée des filles préparait dans un saladier la « khmera » avec de la semoule et de l’eau destinée au levain pour faire du pain le lendemain. Pendant cette préparation, la mère chantait en Judéoarabe, puis plantait au milieu de la pâte, un bijou, et autour 5 cosses de 7 fèves.
    Par contre, le beurre arabe était du beurre de brebis qui avait un très bon goût de lait très frais, pas du tout ranci. Selon les familles, il y avait donc de légères différences, mais dans l’ensemble, la description est superbe et juste .
    Un grand merci pour ces souvenirs !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.