Pas de colonisation néerlandaise en zone C de Judée-Samarie©

8
289

Pas de colonisation néerlandaise en zone C de Judée-Samarie

Le 28 juin 2017, l’Etat d’Israël a confisqué des panneaux solaires fournis par le gouvernement néerlandais au village palestinien Jubbet Al Dib (situé à l’est de Bethléem). Le village se situe en zone C de Judée-Samarie (soit 61 % de ce territoire), sur laquelle Israël exerce, de façon exclusive, les prérogatives administratives, juridiques et militaires, en vertu des accords israélo palestinien d’Oslo. Les Pays Bas  étaient donc tenus de solliciter les autorisations israéliennes avant de procéder à l’installation, ce qu’ils ont omis de faire. Se pose donc le problème de la colonisation, par les Pays Bas, de territoires sous contrôle exclusif israélien, en vertu des accords passés avec l’Autorité Palestinienne.

Dans son édition du 1er juillet 2017, le quotidien Haaretz a fait état de la plainte du Ministre des Affaires étrangères néerlandais sur la confiscation de ce matériel électrique hybride qui fonctionne au diesel et à l’énergie solaire. En effet, le projet d’électrification financé par les Pays Bas, s’est élevé à 500 000 €.

Or, compte tenu de ce que l’aménagement l’était en zone C de Judée-Samarie, il devait recueillir l’aval des autorités israéliennes. Le Ministre néerlandais souhaiterait désormais, d’Israël, qu’il restitue les 96 panneaux solaires outre les éléments électroniques du système installés, il y a de cela neuf mois, par l’organisation israélo-palestinienne « Comet-ME » (qui construit les systèmes d’approvisionnement en eau et en énergie pour les palestiniens). Toutefois, pour le quotidien Haaretz, les déclarations néerlandaises masquent la colère des Pays-Bas concernant « le programme humanitaire » (sic).

Pour le maire de la ville, les panneaux solaires ont été volés et détruits alors que selon le quotidien israélien, les éléments confisqués par les forces israéliennes sont intacts. Toujours est il que la confiscation de ce matériel a immédiatement entraîné une pénurie d’électricité pour les 30 familles palestiniennes qui habitent dans ce village, ainsi que pour les équipements publics.

Un porte parole de la Cogat, l’Agence israélienne responsable de l’application de la politique d’aménagement de la zone C de Judée-Samarie a indiqué que les injonctions concernant l’arrêt des aménagements avaient été délivrés aux résidents préalablement à l’installation, conformément aux « lois de planification et de construction ». De leur côté, les résidents palestiniens soutiennent que l’ordre a été remis le jour de l’enlèvement du matériel.

La Cogat a également indiqué que le village disposait d’autres sources d’approvisionnement en électricité, notamment des générateurs fournis par des organisations non gouvernementales.

Les palestiniens sont néanmoins agacés par la mesure : leur village se situe à proximité de l’implantation juive de Noqedim (dans laquelle réside le Ministre israélien de la défense, Avigdor Liberman), mais aussi de l’implantation d’El David,   qui bénéficient de tous les systèmes de raccordement au réseau électrique et aux autres infrastructures.

Or, pour les associations palestiniennes, cette mesure visait à réduire « la souffrance des habitants du village et à les aider à rester sur leurs terres grâce à la technologie solaire permettant d’éclairer les rues du village et la mosquée, en les protégeant des ambitions d’extension de l’occupant israélien » (sic). Elles déplorent également le refus systématique des autorités israéliennes d’accorder des licences pour de tels projets, obligeant les habitants à installer des panneaux solaires sans autorisation.

De même, selon le rapport d’une organisation palestinienne : « Le refus par l’administration civile israélienne d’accorder une licence pour mettre en œuvre le projet de technologie d’énergie solaire dans le village de Jubbet al-Dhib prive(rait) les Palestiniens de leurs droits les plus fondamentaux tels que l’accès à l’éducation, à la santé, au travail et au sens de la collectivité » (sic).

Les restrictions israéliennes constitueraient une violation du droit international et des droits de l’homme, et « confirmeraient la poursuite de la politique israélienne envers les Palestiniens pour accroître leurs souffrances en obligeant les Palestiniens à quitter leurs foyers, et pouvoir ainsi confisquer les terres palestiniennes afin d’étendre les colonies israéliennes » (sic).

Cette politique toucherait non seulement le village de Jubbet al-Dhib, mais près de dix villages palestiniens, qui souffrant du manque de services et de projets de développement » (sic).

De qui se moque t-on ?

Si L’Etat d’Israël envisage d’installer des systèmes électriques aux Pays Bas, il ne pourra le faire qu’avec l’accord des autorités néerlandaises, voire de l’Union Européenne. Dans un souci de réciprocité, les Pays Bas ne peuvent construire ou aménager des terres sous contrôle exclusif israélien (en vertu des accords signés par Yasser Arafat), qu’avec le consentement d’Israël.

La zone C de Judée-Samarie n’est pas une terre palestinienne. D’ailleurs, les arabes de Palestine ont, eux même, refusé de créer leur Etat arabe en 1947. les palestiniens ne sauraient donc, aujourd’hui, imputer à Israël les conséquences du mauvais choix de leur arrière grands parents, il y a de cela 70 ans.

Bien évidemment, non seulement il n’y a pas de colonisation israélienne de terres qui seraient palestiniennes, mais, inversement, les actes européens de colonisation de la zone C sont systématiquement sanctionnés.

Selon un responsable militaire israélien (information transmise au journal The Jerusalem Post) plus de 300 structures construites avec le soutien d’organisations internationales ou avec l’aide financière de l’Union européenne, ont été démolies par les autorités israéliennes en 2016.

Ce même responsable a précisé au The Jerusalem Post qu’une nouvelle procédure avait été mise en œuvre en 2016, permettant aux autorités israéliennes de démolir, sans procédure judiciaire, toute structure construite sans permis israélien dans les 60 jours de sa construction.

Israël est bien évidemment dans son droit (qu’il tient des accords conclus avec les palestiniens) : il empêche juste l’immixtion de tiers sur le territoire qu’il contrôle.

Les palestiniens sont, en fait, une nouvelles fois, victimes de leur propre idéologie. Ils sont polarisés par la destruction d’Israël au moyen d’actes terroristes, par la voie diplomatique ou par le processus démographique. Or, ils illustrent leur propre incapacité à s’auto déterminer : ils n’ont aucune ligne philosophique pour leur projet social, ils sont divisés idéologiquement et territorialement et sont incapables de subvenir à leurs propres besoins.

La communauté internationale serait donc bien inspirée d’aider à la construction d’un Etat palestinien sur les zones A et B sous contrôle administratif palestinien, soit 39% de la Cisjordanie/Judée-Samarie, territoires disputés. Les Pays bas pourraient alors y poser des panneaux solaires sans avoir à demander l’autorisation d’Israël et, surtout, sans avoir à coloniser la zone C.

 

Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

8 COMMENTS

  1. Avec des gens comme vous les juifs se retrouveront dans les fours crematoires
    Vos propos sont ceux des gauchistes qui ont honte d’être juif et de se defendre
    Bravo Jak les hollandais se croien comme l’Europe en terre conUise en Israel et ses terres juives de Jdee Samarie berceau du peuple juif et qui resteront toujours à Israel
    Que les arabes colons de Judée Samarie partent dans leur paupys arabe

  2. Vous me censurez en permanence: c’est une honte
    Vouloir defenfdre Israel et dire des. Vérités n’intéressent pas ce site ? Alors dégagée et laisser la place à des sites qui défendent Israel et ne ménage pas ces faibles qui la gouvernent
    SCANDALEUX : 5 fois censuré et j’espère que vous laisserez ce commentaire de votre site

  3. Les Pays-Bas feraient mieux de protéger leurs femmes devant l’agression des migrants, au lieu de chercher des poux à Israel.

  4. Merci pour ces éclaircissements, M. Ramas Muhlbach. La logique de vos propos rassure ; il est si important aujourd’hui de permettre aux sains d’esprit de se sentir confortés lorsqu’ils refusent l’absurde et l’horreur.

    Je regrette, par contre, la réaction de ce Jack (meme pas sur que ce soit son vrai nom), mais vos propos sont confus et vulgaires, indignes d’un peuple comme le nôtre.
    Vous vous insurgez contre les néerlandais pour avoir agi sournoisement en contrant la loi et, dans le même temps vous qualifiez la politique d’Israël de “couarde, veule, arbitraire et bête” !!??

    Il serait temps que vous mettiez un peu d’ordre dans votre réflexion et ouvriez les yeux pour mieux apprécier les progrés d’Israël dans tous les domaines et surtout dans sa façon de maintenir un régime démocratique incontestable, des avancées technologiques importantes, un niveau de vie qui n’envie rien à personne?

    Merci à nos dirigeants, continuez ainsi et encore Bravo !

  5. Envoyez donc chier les Néerlandais qui refusent aujourd’hui aux juifs la Patrie qu’ils leurs reprochaient, en 1940/44 de ne Pas Avoir… et les ont faits déporter en masse et avec un zèle incomparable dans toute l’ Europe!
    Que ces fumiers aillent se faire foutre!
    Par ailleurs, je ne comprends pas la politique d’Israel bourrée de couardise veule d’un côté et arbitraire tardive et brutale bêtement, de l’autre!!!???? J’aimerais qu’on m’explique pourquoi, comme aux USA (!?) le peuple le plus intelligent et avancé du monde, emeure incapable d’avoir à sa gestion et tête politique,des dirigeants dignes de ce nom.?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.