Cet avocate ultra-orthodoxe est chargée de sauver les liens d’Israël avec la diaspora 

La Députée Omer Yankelevich est la première femme ultra-orthodoxe à être nommée à un poste ministériel. Mais sera-t-elle le pont d’Israël vers le monde juif ou un obstacle?

Le député Omer Yankelevich lors d'une conférence de presse à Kahol Lavan après la deuxième élection israélienne de la Knesset de l'année, le 19 septembre 2019.
La députée Omer Yankelevich lors d’une conférence de presse de Kahol Lavan après la deuxième élection israélienne de la Knesset de l’année

Omer Yankelevich a prêté serment cette semaine en tant que ministre des Affaires de la diaspora israélienne, devenant ainsi la première femme ultra-orthodoxe à rejoindre le cabinet.

Cette mère de cinq enfants, 42 ans lundi prochain, dirigeait une petite organisation à but non lucratif qui, entre autres, aide les artistes haredi, lorsque l’ancien chef d’état-major de l’armée, Benny Gantz l’a arrachée à l’anonymat et l’a recrutée pour son nouveau parti politique l’année dernière. Au cours de trois campagnes électorales, Yankelevich, enseignante et avocate de formation, apparaîtra comme l’une de ses plus proches confidentes au sein de Kahol Lavan.

Savoir comment une ancienne jeune fille de Bais Yaakov ( fondé par Sarah Schenirer en 1917, a eu une influence incontestable et durable sur le devenir de l’éducation des jeunes filles juives orthodoxes, et par extension sur l’éducation juive en général) a gravi les échelons politiques et est entré dans le cercle restreint du prochain Premier ministre israélien a naturellement suscité la curiosité. Surtout si l’on considère que Yankelevich – du moins pour son propre compte – n’a jamais eu d’aspirations politiques.

Fille de deux ba’alei tshuvah (Juifs laïques qui ont embrassé l’orthodoxie), tous deux immigrants de l’ex-Union soviétique, Yankelevich est née à Tel Aviv. Ses premières années d’enfance se sont passées dans un quartier populaire parmi la foule bohème de la ville. Son père, Yaakov («Yasha») Gilinsky, a travaillé comme acteur, clown et jongleur, tandis que sa mère, Adi, était infirmière psychiatrique.

Le couple a nommé leur fille aînée Omer, a-t-elle dit, parce que sa mère est entrée en travail d’accouchement lors de la fête juive de Lag Ba’omer.

Après qu’ils soient devenus religieux, ses parents ont déménagé dans la ville Haredi de Bnei Brak, juste à l’extérieur de Tel Aviv, où Omer a fréquenté une école élémentaire Bais Yaakov et plus tard, un séminaire pour femmes. Elle a obtenu par la suite un autre diplôme d’enseignement au prestigieux Gateshead Seminary dans le nord de l’Angleterre (près de Westminster).

Elle a rencontré son mari, Yaron Yankelevich, sur un shidduch (une rencontre fixée par un entremetteur). Le couple vit avec leurs trois filles et leurs deux fils dans un quartier largement anglophone de Beit Shemesh (à mi-chemin entre Jérusalem et Tel Aviv). Ancien étudiant à temps plein de la yeshiva, il est actuellement employé comme agent immobilier et consultant hypothécaire.

Après plusieurs années en tant que professeur, Omer Yankelevich a décidé qu’elle voulait un changement et a dit à son mari qu’elle souhaitait étudier le droit. Il était initialement réticent à l’idée mais après avoir consulté leur rabbin, qui était pour, son mari a accepté. Yankelevich a étudié le droit à l’Ono Academic College, qui propose des cours séparés pour les hommes et les femmes. Si une telle option n’était pas disponible, a-t-elle souvent dit, elle n’aurait jamais fréquenté la faculté de droit.

Yankelevich est connue comme une militante de premier plan de la ségrégation entre les sexes en classe, estimant que cela encouragera davantage de Haredim à poursuivre des études supérieures. Mais ce n’est certainement pas un point de vue consensuel en Israël et cela l’a régulièrement opposée aux groupes féministes.

La ministre nouvellement nommée – qui a également exercé en tant que clerc pour un juge – a reporté une demande d’entretien sur son nouveau poste, déclarant à Haaretz : « Je préfère en savoir plus sur le ministère et ses défis avant de publier des déclarations sur un sujet aussi important et sensible. »

Pas «l’une d’entre eux »

Puisqu’elle donne rarement des interviews, on ne sait pas grand-chose des opinions de Yankelevich sur les questions de religion et d’État – un sujet de préoccupation primordiale pour les Juifs de la diaspora. Sa nomination au poste de ministre des Affaires de la diaspora a suscité beaucoup de curiosité, d’autant plus que son parti Kahol Lavan semblait si désireux de promouvoir un programme de liberté religieuse et de pluralisme.

Omer Yankelevich prêté serment au sein du 35e gouvernement israélien à la Knesset à Jérusalem, le 17 mai 2020.
Omer Yankelevich a prêté serment au sein du 35e gouvernement israélien à la Knesset à Jérusalem, le 17 mai 2020. Crédit: Amos Ben Gershom / GPO

 

Dans le cadre de son programme électoral, le parti s’était engagé à légaliser le mariage civil; établir un système de conversion national plus convivial; abroger la loi interdisant aux magasins de fonctionner le  Chabbat ; permettre aux villes d’utiliser les transports publics le jour du sabbat; ouvrir le système national de certification de la cacheroute à la concurrence; accroître la représentation des femmes dans les institutions religieuses gérées par l’État; accorder aux couples masculins unisexes tous les droits de maternité de substitution; interdire l’exclusion des femmes des espaces publics; et créer beaucoup plus d’options pour l’inhumation civile.

Dans son tout premier discours de campagne , en janvier 2019, Gantz a promis de relancer l’ accord sur le mur occidental et d’accorder des droits pleins et égaux aux mouvements réformiste et conservateur sur le lieu saint juif (Kotel). Le fait qu’il ait insisté sur le portefeuille des affaires de la diaspora, dans le cadre de l’accord pour former un gouvernement d’unité nationale avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a été considéré comme un signe que de telles questions importaient vraiment aux dirigeants de Kahol Lavan.

Gantz savait certainement aussi que beaucoup de Juifs de la diaspora (notamment Américians) n’étaient pas affiliés aux mouvements orthodoxes. Cela a conduit les militants de la communauté non orthodoxe à se demander pourquoi il choisirait de nommer comme agente de liaison avec le monde juif, parmi tous les candidats possibles, la seule membre haredi de son parti.

Lorsque Gantz a recruté Yankelevich, il ne se faisait aucune illusion sur le fait qu’elle puisse attirer des électeurs ultra-orthodoxes en nombre à Kahol Lavan. Il pensait plutôt qu’elle pourrait renforcer la diversité du parti. Les principaux partis ultra-orthodoxes d’Israël, le judaïsme unifié de la Torah et le shas, n’autorisent pas les femmes à se présenter sur les listes électorales. Le seul précédent pour une femme Haredi élue à la Knesset était Tzvia Greenfeld, brièvement législatrice du parti de gauche Meretz entre 2008-2009 (Elle est actuellement chroniqueuse pour Haaretz).

Yankelevich habille définitivement le rôle d’une femme Haredi avec son sheitel aux cheveux longs (perruque haredie), ses manches longues et ses jupes longues. Mais malgré son apparence extérieure, la plupart des Juifs Haredi ne la considéreraient pas comme «l’une d’entre eux».

Plusieurs journalistes ultra-orthodoxes, qui ont demandé à ne pas être identifiés par leur nom, ont noté, par exemple, qu’elle n’envoie pas ses enfants dans les écoles Haredi et que ses fils servent dans les Forces de défense israéliennes – au « mépris des normes » acceptées dans les Communautés ultra-orthodoxes. Sans parler du fait qu’elle a choisi de se lancer dans un parti laïc qui soutient le changement du statu quo religieux en Israël.

«Opportunités intéressantes»

Dans les rares interviews qu’elle a accordées depuis son entrée en politique, Yankelevich a pris soin de passer sur la pointe des pieds sur les questions relatives à la religion. En discutant avec le quotidien à succès Yedioth Ahronoth au début du mois de mars, on lui a demandé si elle soutenait les transports en commun pendant le Shabbat. Elle a répondu que son parti soutenait en effet des formes limitées, mais a mis en garde contre l’idée d’en faire «quelque chose d’énorme».

« Ma crainte », a-t-elle déclaré, « est que cela pourrait servir de catalyseur pour une large ouverture des entreprises le jour du Shabbat, et pas seulement des cafés et des événements culturels. »

Lorsqu’on lui a demandé son avis sur la thérapie de conversion pour les homosexuels, elle a répondu: «Il s’agit d’un problème médical, pas politique. Je ne suis pas une professionnelle, mais comme les professionnels disent que ce n’est pas efficace et même nuisible, il est clair que leur point de vue devrait être accepté et qu’on devrait s’opposer (à une telle démarche). »

Yankelevich ne s’est jamais exprimée publiquement sur des questions qui ont creusé un fossé entre Israël et de vastes pans du monde juif, telles que la reconnaissance des mariages et des conversions effectués par des rabbins non orthodoxes, ainsi que l’accommodement de la prière égalitaire au Mur occidental. Sa porte-parole n’a pas répondu aux questions spécifiques concernant ses positions sur ces questions.

Avant de rejoindre le parti de Gantz, Yankelevich avait été active à Kulanu, le parti de centre-droit qui a depuis fusionné avec le Likoud. Cela, ainsi que ses liens avec le monde religieux, pourraient expliquer pourquoi elle était considérée comme un «maillon faible» dans son parti lors des pourparlers de coalition avec le gouvernement. En effet, beaucoup prédisaient qu’elle pourrait franchir les lignes hors du parti après chacune des trois dernières élections, qui se sont toutes soldées par une impasse politique. Elle a, en fait, reconnu publiquement que divers rabbins avaient tenté de la forcer à faire défection au profit du parti Likoud de Netanyahu.

Yankelevich sera la première ministre des Affaires de la diaspora depuis de nombreuses années à ne pas être membre du Likoud ou d’un des partis religieux. Pour les dirigeants du judaïsme progressiste en Israël, c’est en soi une source de consolation.

« Gantz comprend l’importance de renforcer les liens avec la diaspora juive, et il n’aurait pas placé Yankelevich dans cette position s’il avait eu des raisons de croire qu’elle travaillerait contre lui », a noté un éminent activiste israélien dans les initiatives visant à renforcer le pluralisme juif.

Avoir une femme Haredi en charge des affaires de la diaspora pourrait ouvrir des «opportunités intéressantes», a songé un rabbin réformiste populaire qui a demandé à ne pas être nommé.

« Il y a eu tellement d’animosité envers nous dans le monde ultra-orthodoxe« , a-t-il déclaré. « Peut-être que Yankelevich peut servir de pont entre nous. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.