L’oléoduc existant Eilat-Ashkelon-Haïfa pourrait être utilisé par les EAU pour contourner le canal de Suez et faire d’Israël un centre pétrolier majeur

Vers 1959, Israël et l’Iran ont construit des gazoducs et des oléoducs de la mer Rouge à Eilat à la mer Méditerranée dans les ports d’Ashkelon, Ashdod et Haïfa.

Connu à l’époque sous le nom de Eilat-Ashkelon Pipeline Company, il était principalement utilisé comme alternative pour expédier du pétrole de l’Iran de l’ère du Shah vers l’Europe, en contournant le canal de Suez que Gamal Abdel Nasser de l’Égypte pouvait arbitrairement restreindre.

Lorsque l’Iran a rompu ses liens avec Israël pendant la révolution iranienne de 1979, il a mis fin à cet arrangement consistant à envoyer du pétrole via Israël vers l’Europe.

Le pipeline est toujours en service, entièrement détenu par Israël et sous un nouveau nom de société – Europe Asia Pipeline Co.
Certaines parties sont bidirectionnelles et le pétrole d’Azerbaïdjan et du Kazakhstan est envoyé à des pétroliers à Eilat pour le transport vers la Chine, la Corée du Sud et autres pays asiatiques.
 Les supertankers qui peuvent accoster dans les ports israéliens ont une capacité du double de la taille des pétroliers qui peuvent passer par le canal, économisant des centaines de milliers de dollars par expédition vers l’Europe et l’Amérique du Nord.
 À l’heure actuelle, cela est très difficile à cause du boycott arabe – toute entreprise qui utilisait publiquement Israël pour le transport de pétrole serait interdite de faire des affaires dans le Golfe, de sorte que les utilisateurs existants gardent un profil très bas et les registres financiers du CPEA sont considérés comme un secret militaire par Israël. 
Le pipeline actuel est de 42 pouces pour le pétrole brut, avec un pipeline parallèle de 16 pouces pour l’essence ou le diesel.
Les EAU mettant fin à leur boycott d’Israël ouvrent des milliards de dollars d’affaires pour envoyer du pétrole via Israël vers la Méditerranée et faire d’Israël une plaque tournante du transport d’énergie.
Il y a une ride intéressante dans l’histoire de l’EAPC. Au moment de la résolution iranienne, il y avait des centaines de millions de dollars de pétrole qui se trouvaient déjà en Israël et qui n’avaient pas été payés, et l’Iran et Israël se poursuivent depuis 25 ans devant les tribunaux internationaux pour le affaires perdues.
En 2015, les médias iraniens ont rapporté qu’un tribunal suisse avait statué qu’Israël devait 1,1 milliard de dollars à l’Iran, mais Israël n’a montré aucun intérêt à payer réellement, surtout à la lumière de ses contre-poursuites. Peut-être en réponse à l’accord des EAU, l’ Iran demande à nouveau le paiement du prétendu 1,1 milliard de dollars à Israël. L’Iran a cependant peu de recours pour forcer Israël à payer à son ennemi juré.

1 COMMENTAIRE

  1. «  »un tribunal suisse avait statué qu’Israël devait 1,1 milliard de dollars à l’Iran, «  »

    sacrés Ouin-Ouins ! et si vous statuiez sur les milliards des juifs disparus ?? qui sont toujours bien au chaud dans vos banques

    une petite piste :

    Affaire des comptes en déshérence — Wikipédiafr.wikipedia.org › wiki › Affaire_des_comptes_en_dés…
    L’Affaire des comptes en déshérence ou affaire des fonds juifs en déshérence est une affaire financière qui a éclaté durant les années 1990 en Suisse puis dans le monde, concernant l’argent des comptes de Juifs … sur 53 886 comptes et répartis sur 59 banques appartenant à divers établissements bancaires suisses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.