Obama, le Conseil de Sécurité, les Musulmans et Alinsky ©

0
419

Obama, le Conseil de Sécurité, les Musulmans et Alinsky 

 

Dans les nombreuses réactions quant à la décision du Président Barack Obama que les Etats-Unis s’abstiennent, lors du vote de la Résolution anti-israélienne 2334, au Conseil de Sécurité de l’ONU, deux aspects cruciaux de son attitude ont très rarement, voire jamais, été mentionnés[1]. Le premier concerne une motivation centrale de cette décision et l’autre, le procédé suivi pour la faire appliquer.

La Présidence Obama, tout au long de son mandat, s’est caractérisé par la fréquence des procédés de blanchiment du terrorisme provenant de certaines parties du monde musulman. Au cours de son premier séjour à l’étranger, en 2009, il a déclaré au Caire, qu’il voulait forger une relation avec tous les Musulmans autour du monde “fondée sur les intérêts et le respect mutuels”[2]. Cette déclaration restait trop vague pour quiconque cherchant à la comprendre d’emblée que, pour Obama, le respect mutuel correspondait au fait de détourner les yeux à chaque fois qu’un acte terroriste était en lien avec le monde musulman. Au cours de ce voyage, il a rendu visite à deux Etats musulmans non-démocratiques, l’Egypte et l’Arabie Saoudite, mais il n’a pas daigné faire un détour par Israël, le seul pays démocratique dans la région, allié des Etats-Unis de très longue date.

Barack Obama et sa mère, Ann Dunham, qui tient sa fille Maya Soetoro. A côté d’Ann se trouve le beau-père de Barack, Lolo Soetoro.REUTERS/Obama For America

Daniel Pipes souligne qu’Hussein, en tant que second prénom, est exclusivement donné à des bébés musulmans. Pipes mentionne aussi qu’Obama a vécu quatre ans dans un milieu pleinement musulman indonésien, sous les auspices de son beau-père musulman indonésien, Lolo Soetoro[3]. Ceux qui ont connu Obama en Indonésie le considère comme Musulman. Il a aussi été enregistré en tant que tel à l’école primaire[4]. Même s’il s’est ensuite converti au Christianisme, il y a de nombreux signes de son absence de volonté de devoir faire face à la violence idéologique provenant d’un certain nombre de sociétés islamiques.

En 2011, Obama s’est éloigné de décennies de soutien à l’allié des Américains, le Président égyptien Hosni Mubarak, facilitant ainsi l’avènement d’un groupe musulman fanatique, les Frères Musulmans[5]. Le Washington Times a affirmé en 2015, que la politique de l’Administration, consistant à appuyer la confrérie des Frères Musulmans en vue de “réformer” le Moyen-Orient et l’Afrique est soulignée dans un document classifié intitulé : Les Directives de l’Etude Présidentielle-11[6]. Une porte-parole du Conseil de Sécurité Nationale de la Maison Blanche a refusé de commenter l’existence de ce document. Les Frères Musulmans sont considérés comme une organisation terroriste depuis 2014, par des gouvernements alliés des Etats-Unis : l’Arabie Saoudite, l’Egypte et les Emirats Arabes Unis[7].

Obama a banni les termes “Islam”, “Djihad”, “terrorisme radical islamique” et “Islam radical” de tous les documents circulant au sein des services de sécurité américains[8].  Il a même dés-islamisé le mouvement Etat Islamique en disant : Daesh n’est pas islamique. Aucune religion ne prône le meurtre des innocents[9]“. juger ce qui est conforme ou pas à l’islam à un moment donné relève des prérogatives de théologiens musulmans, et pas de celles d’un Président américain réputé chrétien.

L’attitude d’Obama envers le terrorisme palestinien correspond très largement avec sa façon de pratiquer le blanchiment de la violence idéologique provenant du monde musulman. Il n’a jamais parlé du fait que lors des seules élections parlementaires palestiniennes, en 2006, c’est le Hamas qui a obtenu la majorité des sièges. Ce parti fait la promotion, à travers sa charte, du génocide de tous les Juifs. Le mieux qu’Obama ait été amené à admettre, lors d’une interview menée par Jeffrey Goldberg, pour l’Atlantic, c’est que “Les Palestiniens ne sont pas des partenaires faciles[10]“. Voilà comment un Président démocrate s’exprime à propos de gens qui ne s’abstiennent de commettre des meurtres de masse que parce qu’ils ne sontpas capables de réussir dans leur projet génocidaire.

Quant à la tactique employée pour faire valoir cette abstention : pendant un certain nombre d’années, Obama a été animateur communautaire à Chicago. L’organisation pour laquelle il travaillait : Le Projet de Développement des Communautés, était influencée par la pensée du radical de Chicago, Saul Alinsky[11].  L’approche de ce dernier était un procédé ressemblant fortement au monde des affaires. Il cherchait les façons les plus efficaces pour attaquer le gouvernement local corrompu, en faisant la distinction entre les corporations et les propriétaires sans scrupules.

L’abstention américaine récente, lors du vote de la résolution 2334 du CS de l’ONU correpsond exactement à l’attitude d’Alinsky visant un minimum d’efforts pour un maximum de dégâts causés au camp adverse. La différence est qu’Alinsky appliquait ses méthodes parfois extrémistes contre les institutions corrompues et les exploiteurs, alors qu’Obama emploie des procédés de voyou de Chicago contre un pays allié et démocratique.

Par Manfred Gerstenfeld

manfredgerstenfeld-322x279-df2dd

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld a présidé pendant 12 ans le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem (2000-2012). Il a publié plus de 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

——————————

[1] www.bloomberg.com/news/articles/2016-12-26/what-does-un-vote-on-israeli-settlements-mean-and-what-s-next

[2] www.whitehouse.gov/the-press-office/remarks-president-cairo-university-6-04-09

[3] www.danielpipes.org/5354/confirmed-barack-obama-practiced-islam

[4] www.danielpipes.org/11952/obama-muslim-childhood

[5] http://nationalinterest.org/feature/obama-wrecked-us-egypt-ties-12573

[6] www.washingtontimes.com/news/2015/jun/3/inside-the-ring-muslim-brotherhood-has-obamas-secr/

[7] Ibid.

[8] www.haaretz.com/news/obama-bans-terms-islam-and-jihad-from-u-s-security-document-1.909

[9] www.youtube.com/watch?v=pwp8qKvE-0g

[10] www.theatlantic.com/international/archive/2016/06/obama-radical-islam/487079/

[11] www.nytimes.com/2008/07/07/us/politics/07community.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.