Obama a rejeté un plan de la CIA en 2012 visant à stopper Daesh, selon d’ex-responsables. 

En 2012, Barack Obama a rejeté un plan secret de la CIA visant à chasser le Président syrien Bachar al Assad qui aurait probablement fait avorter l’apparition de Daesh, selon d’anciens responsables de la CIA.

Un livre à paraître d’un ancien agent opérationnel de la CIA révèle que l’Agence avait forgé un plan multi-latéral afin de renverser Assad. Ce plan allait très au-delà au-delà du programme recommandé par le Directeur de la CIA de l’époque, David Petraeus, d’armer secrètement et d’entraîner les rebelles syriens réputés « modérés » afin de soumettre Assad à la pression.

General David Petraeus with President Barack Obama. /AP

Le Général David Petraeus avec le Président Barack Obama. /AP

D’anciens responsables américains impliqués dans les discussions ont confirmé l’existence de ce plan à NBC News.

Ce livre est écrit par l’ancien officier supérieur de la CIA, Doug Laux, qui a déclaré dans une interview exclusive à NBC News, qu’il était « les yeux et les oreilles de la force d’intervention de la CIA sur le terrain en Syrie ».

Quand Laux a proposé ce plan à la CIA, Daech n’avait pas encore fait scission vis-à-vis d’Al Qaïda en Syrie (Al Nusra) ni conquis tant de terrain qu’à présent en Syrie et en Irak.

La Maison Blanche et les dirigeants de la CIA « avaient fait comprendre clairement depuis le début que le but de notre force d’intervention était de trouver des moyens de chasser le Président Assad du pouvoir », déclare Laux à NBC. « Nous avons trouvé 50 bonnes options pour faciliter sa chute. Mes plans opérationnels les avaient mises noir sur blanc. Mais l’échelon politique ne nous a pas donné le feu vert pour en appliquer une seule ».

Bien que, d’après Laux, dans l’interview, il ne croyait pas qu’aucun plan secret, pas même le sien, aurait pu arrêter l’émergence de Daesh, Petraeus pense que cela aurait été possible, ainsi que Robert ford, l’ancien Ambassadeur américain en syrie et Léon Panetta, l’ancien Secrétaire à la Défense.

Petraeus et d’autres partisans de ce plan de la CIA pensent « que celui-là aurait pu empêcher la déferlante de Daesh, l’usage d’armes chimiques par Bachar al Assad, la crise européenne des réfugiés et les dizaines de milliers de morts supplémentaires qui sont survenus depuis lors », d’après d’anciens responsables.

Ford a déclaré lors d’une interview que Daesh n’aurait pas été en mesure de proclamer le Califat à Raqqa en Syrie, si le gouvernement des Etats-Unis avait rpis les mesures qui s’imposaient en 2012, afin d’étoffer ce qui s’appelait alors l’Armée Libre Syrienne.

Obama n’a pas souhaité commenté la totalité de ce plan, mais il a déclaré qu’armer les rebelles syriens n’aurait pas fonctionné.

« L’idée même que nous aurions pu – de manière telle que cela n’impliquait pas l’envoi de forces militaires américaines – changé l’équation sur le terrain n’a jamais été vraie ni fondée », a déclaré Obama dans une interview d’avril de l’édition de The Atlantic Magazine.

|

worldtribune.com

Adaptation : Marc Brzustowski

4 Commentaires

  1. le président Obama aurait pu tenter de démanteler daesh, pourquoi refuser, il n’a pas une ligne claire concernant la politique étrangère, surtout dans cette partie de la Syrie.

    • Bien au contraire, sa ligne est on ne peut claire et logique. Je suis désolé, mais si on refuse de voir la réalité en face, alors c’est encore plus grave. Comment serait-il possible pour un islamiste en chef et forcené de combattre ses propres frères islamistes?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.