Netanyahu: “Je formerai un gouvernement sioniste fort”

4
1285
Benjamin Netanyahu s’adresse aux supporters à Tel Aviv après les élections de mardi (Photo: Tal Shahar)
Netanyahu: Je formerai un «gouvernement sioniste fort» sans partis arabes.
Alors que les sondages à la sortie des urnes montrent que ni le bloc de centre-gauche ni le bloc de droite ne peuvent réunir la majorité, le dirigeant du Likoud s’abstient de prononcer un discours de victoire ou de concession et énumère ses réalisations de premier plan en tant que Premier ministre.
Après un apparent recul des élections, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi matin qu’il chercherait à former un nouveau gouvernement “sioniste” qui exclut les partis arabes.

Netanyahu s’est adressé à une petite foule de supporters au parc des expositions de Tel-Aviv à 3 h 30 du mercredi, plus de cinq heures après la fin du vote.

Il a été salué par les cris de «Bibi, roi d’Israël» et de «Nous ne voulons pas d’unité», faisant référence aux appels en faveur d’un gouvernement de coalition élargi en raison de l’issue proche attendue des élections.

Dans son discours, le Premier ministre israélien le plus ancien au pouvoir n’a fait aucune réclamation de victoire ni cession de défaite après que les sondages à la sortie des urnes n’aient montré aucun vainqueur dans une course trop rapprochée.

Les sondages initiaux à la sortie des urnes ont placé le parti bleu et blanc de son rival Benny Gantz juste devant le Likoud de Netanyahu, réduisant ainsi les chances de Netanyahu de rester au poste de Premier ministre.

Netanyahu a déclaré qu’il attendrait les résultats officiels et qu’il travaillerait à la mise en place d’un “gouvernement sioniste fort” qui refléterait les vues de “nombreux membres du peuple du pays”.

Mais il a dit qu’il ne permettrait pas la formation d’un nouveau gouvernement avec des partenaires arabes.

“Il n’y aura pas et il ne peut y avoir de gouvernement qui s’appuie sur des partis arabes antisionistes”, a-t-il déclaré, alors que les sondages à la sortie des urnes mettent la liste commune des partis arabes à remporter jusqu’à 15 sièges sur 120 sièges à la Knesset.

La campagne de Netanyahu a à plusieurs reprises mis en cause la loyauté des citoyens arabes d’Israël et mis en garde contre un gouvernement de gauche incluant des législateurs arabes.

Ce rhétorique a provoqué la démission du député arabe Ahmad Tibi alors que les électeurs arabes avaient afflué mardi dans les urnes, se moquant d’une déclaration très critiquée de Netanyahu lors d’une précédente élection.

Le Premier ministre a également critiqué les médias pour ce qu’il a qualifié de “partialité, de partialité” pendant la période électorale.

Mais, at-il dit, “cela ne nous a pas dissuadés, nous avons travaillé ensemble et avons créé des réalisations incroyables face à un tel parti pris”.

“Une chose est claire: l’Etat d’Israël est à un moment historique”, a déclaré Netanyahu. “Nous sommes confrontés à d’énormes possibilités et à d’énormes défis, de sécurité et de défis politiques, notamment la menace existentielle de l’Iran, et nous les combattons sans relâche et sans peur.

 

Ces dernières années, nous avons créé une force de sécurité, une prospérité économique et une prospérité politique sans précédent dans l’État d’Israël.”

 

Dans le même temps, Avidgor Liberman, le dirigeant de Yisrael Beytenu, qui est devenu le roi des machines aux élections, a déclaré mardi qu’il n’y avait qu’une “option” pour le pays: un gouvernement d’union entre lui et les deux plus grands partis.

 

Les sondages à la sortie des urnes ont montré que ni le Bleu et le Blanc ni le Likoud ne sont capables de former une coalition majoritaire sans le soutien de Liberman, dont le parti devrait remporter 6 à 8 sièges.

 

Dans un discours à ses partisans, Liberman a déclaré que le seul choix était que les deux grands partis se joignent à lui pour former une vaste coalition laïque qui ne serait pas soumise aux exigences des partis ultra-orthodoxes.

 

4 COMMENTS

  1. D’accord entièrement avec Asher Cohen : et l’histoire jusqu’ici nous le démontre grandement !!!! Am Israël Haï beezrat H’M

  2. Un parti arabe pourrait en théorie faire partie d’un gouvernement s’il reconnaissait Israël comme Etat juif. Malheureusement, actuellement aucun parti arabe n’a prévu une telle reconnaissance dans son programme.

    • @Amos Zot
      Aucun parti arabe ne pourrait faire partie d’un gouvernement d’un état Juif, car il n’aurait-pas le code de valeurs qui définissent l’Etat Juif. Nous prônons la responsabilité individuelle et collective tandis que les arabes considèrent que tout est écrit dans le ciel, mektoub, et qu’ils ne peuvent être responsables en rien. Nous prônons la Justice un œil pour un œil alors que les arabes prônent la sharria. Etc..

  3. Je n’arrive pas à comprendre la structure politique de l’Etat Juif. La Déclaration d’Indépendance du 14 mai 1948 mentionne certes les populations arabes, mais aucun Sioniste Révisionniste ne l’a signée, donc la Droite israélienne n’est pas liée par cette déclaration. Je ne vois pas comment pourrait-on concevoir un état Juif avec des arabes au gouvernement? Si en 1948 on a accepté 150.000 arabes et on leur a donné des droits civils, il n’y avait aucune raison de leur donner des droits politiques. Les Juifs ont bien vécu durant des siècles dans des pays étrangers sans droits politiques. De plus dans le Judaïsme Antique, la Nation Juive, le Am Israël, n’admet pas de goyim, ni dans le Sanhédrin, ni parmi ses dirigeants politiques. Comment pourrait-on appliquer le Traité de Droit Talmudique Horayot par exemple, à des musulmans qui rejettent le principe de responsabilité de soi? Donc Israël n’est pas un état Juif. Certes avoir redéfini Israël comme l’Etat-Nation du Peuple Juif fut une première étape, maintenant il faut avoir le courage d’exclure les arabes de la vie politique Juive. Les rapports avec les arabes sont des rapports d’affaire, non de famille. Nous vivons dans un Monde où les Juifs doivent se battre pour eux-mêmes, la guerre 39-45 ne nous l’a-t-elle pas montré? Laisser des feelings de compassion entrer dans des décisions politiques est une énorme erreur car tout sentiment ira contre la réussite de l’Etat Juif. Les arabes ne sont d’aucune valeur pour nous. En les gardant avec nous, nous leur faisons mal et s’ils sont incompétents, les rejeter sera l’avertissement dont ils ont grandement besoin. Ils nous remercieraient-même pour les avoir rejetés car cela pourrait les inciter à mieux apprendre comment se rendre indispensables dans le futur et ils pourraient mieux subvenir aux besoins de leurs familles. Par conséquent, il ne faut pas hésiter à prendre la décision, pas si difficile que cela, de rejeter les arabes israéliens et surtout les exclure de notre vie politique. Ce n’est pas personnel et cela pourrait-même finir par les aider à s’améliorer.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.