Accueil International Natanz : Des centrifugeuses « au cœur des montagnes »

Natanz : Des centrifugeuses « au cœur des montagnes »

1110

Des centrifugeuses « Au cœur des montagnes »

Téhéran a annoncé que le nouveau site sera construit dans les montagnes près de Natanz et remplacera celui qui a brûlé en juillet – apparemment dans un acte de sabotage, attribué à Israël. Gardiens de la révolution : nouvel acte d’accusation contre une militante humanitaire britannique arrêté à l’aéroport et jeté en prison

Le chef de l’agence nucléaire d’Iran, Ali Akbar Salehi, a annoncé mardi après – midi que son pays avait commencé à construire un nouveau site « au cœur des montagnes » près de son installation nucléaire à Natanz, afin de produire des centrifugeuses avancées. Il s’agit d’un site qui remplacera le site annexe de Natanz, qui a été détruit en juillet de cette année dans un incendie, qui, selon les Iraniens, a été causé par une opération de sabotage. Au cours de l’été, des sources iraniennes et occidentales ont attribué l’opération de sabotage – apparemment une explosion à la bombe – à Israël.

Structure en feu de l'installation nucléaire iranienne Iran

Le bâtiment qui a brûlé lors de « l’opération de sabotage » à Natanz
( Photo: AP )

Image du site bombardé par Natanz

Après l’explosion présumée sur le site de production de centrifugeuses de Natanz
( Photo: Image satellite 2020 Maxar Technologies )
À la suite de l’incident survenu sur le site de production de centrifugeuses de Natanz en juillet, l’Iran a reconnu que l’incendie avait causé des dommages importants au site et qu’il risquait de ralentir le développement de nouvelles centrifugeuses d’enrichissement d’uranium avancées, un processus nécessaire au développement d’armes nucléaires.
Selon la télévision d’Etat iranienne, Salehi a déclaré aujourd’hui que l’Iran avait décidé de construire une installation « moderne et plus grande » au cœur des montagnes près de Natanz, et qu’il avait pris cette décision « à cause du sabotage ». Il a souligné que les travaux de construction ont déjà commencé.
Les commentateurs ont noté dès juillet que si une action de sabotage provoquait effectivement un incendie dans l’installation, il ne faut pas oublier que si elle peut ralentir le programme nucléaire iranien pendant un certain temps, elle peut également encourager les Iraniens à fortifier davantage leurs installations et à les construire dans les montagnes pour les protéger des attaques.
Pendant ce temps, les médias iraniens ont rapporté aujourd’hui que les gardiens de la révolution avaient informé la travailleuse humanitaire anglo-iranienne Nazneen Zagari-Ratcliffe, qui est détenue dans une prison iranienne depuis quatre ans, qu’une nouvelle accusation avait été déposée contre elle, une mesure qui devrait exacerber les tensions entre Téhéran et Londres.

L'Iran enregistre le moment de l'arrestation du civil britannique Nazanin Zagari Ratcliffe pour espionnage

Un moment d’arrestation par Zagari-Ratcliffe. « A essayé d’aider à renverser le régime »
Zagry-Ratcliffe a été arrêtée à l’aéroport de Téhéran en avril 2016 alors qu’elle s’apprêtait à monter à bord d’un vol avec sa jeune fille à destination du Royaume-Uni, après avoir rendu visite à sa famille. Elle a été condamnée à cinq ans de prison pour avoir prétendument participé à un plan visant à renverser le régime des ayatollahs, et depuis qu’elle a été jetée en prison, elle a fait plusieurs grèves de la faim.
La Grande-Bretagne et le mari de Zagari-Ratcliffe s’efforcent constamment d’augmenter la pression sur Téhéran pour qu’il la libère . En mars de cette année, Zagari-Ratcliffe a été libérée de prison pour une durée limitée, craignant que le virus corona ne se propage dans les prisons iraniennes, mais il lui a été interdit de quitter le pays.

Centrifugeuses dans l'installation d'enrichissement d'uranium de Natanz dans le centre de l'Iran

Centrifugeuses de l’installation d’enrichissement d’uranium de Natanz dans le centre de l’Iran
( Photo: AP )
Natanz est la pièce maîtresse du programme d’enrichissement de l’Iran, qui, selon Téhéran, se développerait à des fins pacifiques. Les agences de renseignement occidentales et l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU (AIEA) pensent que l’Iran avait un programme d’armes nucléaires coordonné et clandestin qu’il a interrompu en 2003. Téhéran nie avoir jamais cherché des armes nucléaires.
Le site d’enrichissement d’uranium de Natanz, dont une grande partie est souterraine, est l’une des nombreuses installations iraniennes surveillées par les inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’organisme de surveillance nucléaire de l’ONU.

Un inspecteur de l'AIEA à l'installation nucléaire de Natanz dans le centre de l'Iran

Un inspecteur de l’AIEA à l’installation nucléaire de Natanz dans le centre de l’Iran
( Photo: AP )
La confrontation entre Téhéran et Washington, ennemis de premier ordre, s’est aggravée depuis 2018, lorsque le président américain Donald Trump s’est retiré de l’accord nucléaire iranien de 2015 avec les grandes puissances et a réimposé des sanctions qui ont paralysé l’économie iranienne.
Dans le cadre de l’accord, l’Iran a accepté de freiner son programme nucléaire en échange de la levée de la plupart des sanctions internationales. En réaction aux sanctions américaines, Téhéran s’est progressivement distancé du pacte nucléaire.
Adaptation hébreu, anglais Marc Brzustowski

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Verified by MonsterInsights