Le meurtre du commentateur irakien al-Hashimi est un coup dur pour la région – analyse

En Irak, les médias et les commentateurs sont toujours vulnérables au langage de la balle plutôt qu’à celui du débat.

Un manifestant porte un drapeau irakien alors qu'il marche près de pneus en feu bloquant une route pendant les manifestations anti-gouvernementales en cours, à Bagdad, en Irak, le 19 janvier 2020. (crédit photo: KHALID AL MOUSILY / REUTERS)
Un manifestant porte un drapeau irakien alors qu’il marche près de pneus en feu bloquant une route pendant les manifestations anti-gouvernementales en cours, à Bagdad, en Irak, le 19 janvier 2020. (crédit photo: KHALID AL MOUSILY / REUTERS)

Le meurtre de l’écrivain, universitaire et commentateur irakien Husham al-Hashimi a été accueilli avec incrédulité lundi soir.

Utilisateur actif des réseaux sociaux, il avait tweeté jusqu’au moment de sa mort, mettant en garde contre le sectarisme en Irak. Il était très respecté et admiré par différentes communautés du pays et du monde.

Sa mort s’inscrit dans une forte augmentation de l’utilisation des assassinats en Irak pour faire taire les critiques ou les intellectuels.

De nombreuses voix se sont rassemblées en ligne pour pleurer Hashimi, souvent souriant et érudit. Membre du Conseil consultatif irakien et membre du Center for Global Policy, il était un commentateur perspicace sur la politique irakienne et la région.

L’Irak est actuellement à la croisée des chemins alors que les milices soutenues par l’Iran tentent de faire partir les forces américaines et que le pays cherche à se reconstruire après la guerre contre l’Etat islamique. L’année dernière, les manifestations ont été brutalement réprimées par des groupes soutenus par l’Iran.

Le pays a des forces de sécurité qui sont imbriquées, et beaucoup d’entre elles semblent agir de leur propre chef dans la mesure où les milices sectaires semblent diriger certaines parties du pays et intimider ceux qui s’expriment.

L’Irak est également divisé par une région autonome du Kurdistan au nord, le centre et le sud à majorité chiite et les zones sunnites qui étaient auparavant occupées par l’Etat islamique. Cela a laissé des cicatrices profondes et de la colère.

Une jeune génération veut être libérée des fantômes de décennies de guerre. Mais l’Iran, la Turquie et d’autres gouvernements préfèrent utiliser l’Irak pour leurs propres intérêts. Cela laisse les médias et les commentateurs vulnérables au langage des balles plutôt qu’à l’expression du débat.

Selon une vidéo publiée en ligne, Hashimi a été abattu par des assassins qui attendaient sur des motos alors qu’il rentrait chez lui. Des images de son cadavre à l’hôpital et du meurtre ont circulé en ligne.

Des gens du monde entier et du Moyen-Orient ont répondu sous le choc, avec colère, des appels à la justice et à l’incrédulité. Les Kurdes ont tweeté des mots commémoratifs en kurde, «sehid Namarin», et d’autres ont répondu à son dernier tweet par des salutations islamiques et de la tristesse. Son dernier tweet a reçu plus de 4 000 réponses lundi à minuit, quelques heures seulement après l’annonce de sa mort.

Vager Saadhullah, un ancien journaliste, a tweeté: «RIP». Hashimi était l’un des experts irakiens très spécialisé sur lesquels on pouvait compter pour leur bonne analyse, a-t-il dit.

L’expert du Moyen-Orient, Hussein Ibish, a qualifié le meurtre d ‘«atroce».

Le militant yazidi Murad Ismael a déclaré que les gens ne devaient pas garder le silence et a appelé à traduire les assassins en justice.

Le meurtre a évoqué des souvenirs du meurtre d’Ahmed Abdel Samad à Bassora il y a six mois, et les gens sont à nouveau choqués par cette perte, a écrit le journaliste de la BBC Nafiseh Kohnavard.

Martin Huth, l’envoyé de l’UE en Irak, a pleuré la mort de Hashimi et a appelé à traduire les coupables en justice.

Alberto Fernandez, un expert du Moyen-Orient et un ancien diplomate américain, a déclaré que Hashimi était un invité régulier sur Al-Hurra, l’une des stations que Fernandez dirigeait auparavant. Fernandez a écrit qu’il était horrifié par la nouvelle.

Une heure avant son assassinat, Hashimi avait parlé à la télévision de milices chiites opérant en dehors de la loi, a déclaré Hassan Hassan, directeur du programme des acteurs non étatiques au Center for Global Policy. Il a qualifié cela de «triste journée pour l’Irak».

Presque tous ceux qui connaissaient Hashim, le connaissaient bien ou étaient d’accord avec le sens de ses commentaires.

Il était vraiment adoré des journalistes locaux et  et internationaux. Des militants locaux, qui ont bravé les balles des groupes pro-iraniens voyous au cours de l’année dernière, l’ont admiré et ont commémoré son souvenir. C’était un «être humain merveilleux», a écrit Hassan.

Omar Mohammed, le célèbre commentateur de Mossoul, a déclaré qu’il avait le cœur brisé, répondant à l’un des vieux tweets de Hashimi: «Je suis vraiment désolé de ne pas vous avoir répondu, je pensais que vous étiez en sécurité, j’ai attendu des jours pour répondre.” Il a béni l’âme éternelle de Hashimi, comme tant de gens en Irak l’ont fait lorsqu’ils ont appris la nouvelle de sa mort.

«Je suis sans voix», a écrit Lawk Ghafuri, un journaliste local. “J’attendais de te servir du thé à Erbil”, a-t-il écrit, faisant référence à la capitale de la région du Kurdistan.

Certains ont désigné coupables les groupes pro-iraniens qui le critiquaient, comme des auteurs potentiels de ce meurtre. Les unités de mobilisation populaire pro-iraniennes se sont distancées de son assassinat, affirmant qu’il fallait enquêter et que des «terroristes» (sunnites) l’avaient fait.

Il y avait des tweets qui semblaient célébrer sa mort. En effet, Hashimi avait critiqué ces groupes et discuté de l’incapacité de l’État à contenir la violence. Il avait déjà été menacé et avait fait allusion aux menaces sur les réseaux sociaux. Mais il est resté en Irak, sans se laisser décourager.

Son commentaire, perspicace et avec une connaissance approfondie, a maintenant disparu. Il ne reste que ses vieux tweets et commentaires.

Hashimi est né en 1973 à Bagdad et était un expert en sécurité. Sa vie a traversé les catastrophes qui ont frappé l’Irak. Lorsqu’il était plus jeune, l’Irak était l’un des principaux pays de la région. Saddam Hussein, le dictateur, l’a conduit à la guerre avec l’Iran dans les années 1980. Le conflit exténuant a fait des ravages, mais l’Irak est resté un pays doté d’une bonne éducation et de bons soins de santé dans certains secteurs, tandis que Saddam a massacré brutalement des Kurdes et des Chiites.

Après l’invasion du Koweït, l’Irak a fait l’objet de sanctions sévères et le pays est rapidement devenu pauvre. L’invasion américaine en 2003 a permis à Hashimi d’accroître sa réputation d’écrivain et de commentateur. Mais l’Irak a souffert du sectarisme, de l’insurrection, du terrorisme, du génocide de l’Etat islamique et de la guerre. Maintenant, il est divisé entre des groupes pro-iraniens et les tentatives d’expulsion des forces américaines.

Le recours aux assassinats pour dissuader les détracteurs est particulièrement courant parmi les groupes terroristes pro-iraniens, mais aussi parmi les éléments terroristes et les autres régimes de la région. Le Hezbollah, par exemple, aurait tué l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri et l’auteur Samir Kassir en 2005.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.