Mascarade démocratique au Consistoire

15
428

Réflexions  sur une élection consistoriale

Dans quelques semaines une élection se tiendra pour choisir le prochain Président du Consistoire Central de France. On assiste en ce moment à un bouillonnement interne qui commence à émouvoir les fidèles de la Communauté juive française qui commençaient à se désintéresser totalement de ce qui se passait au sein de la rue Saint-Georges à Paris. En effet, une indifférence quasi totale devant la désaffection des synagogues consistoriales, la montée en puissance du mouvement Loubavitch, l’omniprésence du Président Joël MERGUI, dont le cumul de mandats se poursuit en contradiction absolue avec les règles en usage, l’absence d’un Av- Beth Din à Paris, pourtant indispensable, et quantité d’autres signes révélateurs d’un déclin annoncé de l’institution centrale du judaïsme.

Bref, une Communauté endormie, léthargique, ne réagissant plus devant des excès reconnus, une hyper-communication, des projets pharaoniques sans aucun financement véritable, aucune prise en compte de l’évolution sociologique des Juifs de France. En somme, une Communauté ayant baissé les bras et laissant agir un président, entouré d’une poignée d’irréductibles et sans résultats concrets.

La preuve de cette indifférence : l’absence de candidats à cette fonction, pourtant prestigieuse. Comment se fait-il qu’aucun  président d’un consistoire régional  (Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Strasbourg,…) ne se soit pas présenté à cette élection ? Normalement on aurait dû assister à une bataille rangée entre une dizaine de candidats potentiels. Or, tous ont baissé les bras. Ont-ils peur d’affronter Joël MERGUI ? L’élection est-elle à ce point verrouillée que les prétendants renoncent par avance à se présenter ? Sont-ils à ce point impliqués dans leurs problèmes locaux qu’ils n’envisagent même pas de franchir le pas pour occuper une fonction au niveau national ? Toujours est-il qu’il n’y a aucun candidat à se lancer dans la bataille. Aucun ? Pas tout à fait, puisqu’une femme, Évelyne GOUGENHEIM, a osé relever le défi, au grand dam du corps rabbinique, qui pousse de hauts cris, alors que cette fonction est exclusivement administrative et ne se confond pas avec la fonction spirituelle occupée par le grand Rabbin de France. Même si ses chances de gagner sont relativement minces, elle aura au moins eu le mérite de s’opposer ouvertement à Joël MERGUI, dans la liste duquel elle avait été  élue et qu’elle attaque  maintenant pour démontrer qu’elle critique sans détour sa gestion jugée contestable.

Une des raisons de ce désert électoral réside dans l’existence de statuts désuets et non démocratiques. Pour quelle raison seuls les membres du Conseil du Consistoire Central, qui ne sont au maximum qu’une trentaine,  peuvent-ils se présenter à cette élection ? Moi-même, évincé de ce Conseil par Joël MERGUI, suis dans l’impossibilité statutaire de me présenter, ce qui est parfaitement anormal. À y voir de près, il faudrait qu’une réforme des statuts et du Règlement intérieur du Central permette à tous les membres de l’assemblée générale, forte de plusieurs centaines de délégués, de se porter candidats. On assisterait alors à une élection ouverte avec pléthore de postulants qui pourraient exposer leur conception de l’avenir de l’institution et proposer des actions positives destinées à revigorer le Consistoire, en perte de vitesse, même s’il est censé, aux yeux du gouvernement, représenter tous les Juifs de France.

Oui, le Consistoire a besoin d’un toilettage et même d’une réforme en profondeur, s’il veut poursuivre l’action voulue par Napoléon Bonaparte. Il ne pourra pas indéfiniment se positionner comme une institution religieuse représentant TOUS les Juifs, dès lors qu’il ignore les autres mouvements spirituels de la Communauté.

A défaut d’un recentrage indispensable, je propose au moins la création d’un CRIF RELIGIEUX qui  réunirait tous les acteurs de la Communauté, même s’ils sont d’une sensibilité différente : consistoriaux, orthodoxes, hassidiques, traditionalistes, libéraux, massortis, loubavitch,… qui, assis  autour de la même table, débattraient à propos de problèmes religieux, en dépit de leurs différences de conviction religieuse. Au sein du CRIF politique actuel, les points de vue sont fréquemment opposés, mais au moins les délégués se parlent et essaient de trouver des solutions acceptables par tous. Pourquoi un CRIF à vocation religieuse ne pourrait-il pas  fonctionner de même, dans la paix et la sérénité, au lieu de se livrer à des joutes sans intérêt.

C’est ainsi que je vois quelques-unes des pistes pour une meilleure gouvernance du Consistoire, plus saine, plus démocratique, et plus ouverte sur les souhaits des fidèles.

Moïse COHEN

Président d’Honneur du Consistoire de Paris

images

LETTRE DE MOÏSE COHEN 

Messieurs les Grands Rabbins,

Messieurs les Rabbins,

Messieurs les Présidents,

 

Me Alex BUCHINGER, avocat élu au Consistoire de Paris sur la liste de Joël MERGUI est un juriste habile, car il sait retourner les situations à son profit. Une de ses manœuvres consiste notamment à détourner le débat, pour abuser les différentes personnes concernées, et les conduire hors du sujet en cause.

Il vient de faire une démonstration de ce procédé, en conduisant délibérément ceux qui le lisent – et ils sont nombreux –vers un thème qui n’a rien à voir avec l’actualité communautaire.

Pourquoi, à quelques semaines de l’élection du Président du Consistoire Central de France venir attaquer le mouvement libéral ou les Massortis et agresser gratuitement au passage le Grand Rabbin de France HAIM KORSIA et son secrétaire le Rabbin MOCHE LEWIN ? Il cite des faits qui remontent à 2015 et qui ne sont pas des sujets qui méritaient AUJOURD’HUI de les livrer sur la place publique.

Cela cache quelque chose, à l’évidence.

En fait, la question de ce jour est uniquement celle-ci : une femme peut-elle se présenter à la présidence du Consistoire Central de France ? En fait, et en se référant aux statuts de l’institution, rien ne s’y oppose puisque cette fonction est exclusivement administrative et dévolue à la pure gestion de l’organe central et de l’école rabbinique.

Me BUCHINGER, en sa qualité de juriste, ne peut ignorer le précédent jurisprudentiel à la faveur duquel Madame Janine ELKOUBY a été reconnue parfaitement apte à exercer de hautes fonctions de gestion au sein du Consistoire de Strasbourg.

Il appartient au Grand Rabbin de France, quant à lui, d’exercer son ministère spirituel, d’encadrer les grands rabbins régionaux et de définir sa vision de la Communauté, en fonction des canons de la Halacha et de l’évolution perpétuelle des idées, dans un contexte spécialement névralgique.

La vérité, n’en déplaise à Me BUCHINGER, c’est que les fanatiques et autres intolérants, sont fous de colère de constater qu’une FEMME ose s’élever contre le système mis en place, qui entretient une confusion inadmissible entre le rôle administratif et le rôle spirituel. Si chacun reste à sa place, il n’y a aucun désordre. En l’occurrence, Me BUCHINGER lance un faux débat qui n’a pas lieu d’être.

Plusieurs tentatives ont été faites par des dayanim, des rabbins et des administrateurs pour écarter cette candidature, contraire à leurs plans. Ils ont échoué parce que la loi est du côté de Madame Evelyne GOUGENHEIM .Le courriel que vient de vous envoyer Me BUCHINGER est une nouvelle diversion, pour faire en sorte que cette candidature disparaisse de l’actualité.

Nous ne laisserons pas faire cette nouvelle manœuvre politicienne.

Messieurs les Grands Rabbins, Messieurs les Rabbins, Messieurs les Présidents, je reste, cordialement votre.

 

Moïse COHEN

Président d’Honneur du Consistoire de Paris – Le 25 Mai 2016

15 COMMENTS

  1. Cette élection qui devrait être exemplaire,donne de notre communauté une déplorable image .. Dont personnellement je souffre dans ma fierté de juive. Que rétorquer à tous nos nombreux ,haineux détracteurs?
    Cette crispation cette réaction devant l’ouverture est absolument indigne.
    Mais est ce que mon avis compte?
    Je ne suis qu’une femme.

  2. Quand on est allé à Tunis avec Serge Hajdenberg embrasser Arafat , Moïse COHEN devrait rester cache et “ramer” dans la bonne direction.

    L’union libérale n’a pas le Choulhan Aroukh comme référence et le Consistoire n’est pas”Universel” il n’est ni le Crif ni l’Alliance
    Sauf erreur l’Association Consistoriale est une association CULTUELLE et Moïse Cohen qui rêve depuis longtemps de la place de Cuckierman au Crif c’est rate , on n’en veut pas!

    Moïse Cohen dans son éditorial hebdomadaire d’il y a quelques semaines dans Actu J n’a pas eu honte de tordre le cou à la Halacha en te – écrivant le Choulhan Aroukh à sa manière et de permettre aux malades et aux personnes âgées de profaner Chabbat (loi du Décalogue) en prenant la voiture pour se rendre à la Synagogue ( Loi Rabbinique)

    Notre ancêtre Moshé Rabbenou dont vous portez le même prénom doit vous inspirer
    Et la Réforme de Moïse Mendelssohn a tant cause de pertes 6 Millions) au Peuple Juif depuis Berlin et le Nazisme que votre rôle est de signer Moshe COHEN et plus Jamais MOÏSE , prénom ambigu et chargé de mauvais souvenirs tragiques et douloureux pour les Juifs du Monde

    • Il est inadmissible de lire, sur Jforum, les dépréciations pronazies de ce M. Benjamin, prétendant que le mouvement de réforme aurait, à lui seul, provoqué les pertes de “6 millions” de Juifs.
      Il est quand même inquiétant de penser que dans certaines écoles, on inculte ce genre de superstitions qui laisseraient penser que toutes les victimes de la Shoah fréquentaient toutes le même penseur libéral né et mort 2 siècles avant les événements (1729- 1786) et qu’on tient là la cause d’un génocide! S’ils pouvaient épargner leur prochain de leurs “déductions” oiseuses, voire carrément gestapistes, ce serait un grand pas pour l’humanité!
      On tend à réduire la Shoah à une sorte de “St-Bathélémy” interne au peuple Juif, où les “Vrais Juifs” (Eux) auraient été libérés de l’ivraie (les autres), tout cela en accusant H. d’avoir procédé à cette “sélection naturelle”. A croire qu’Hitler aurait ainsi commis une “grande Mitzvah”, il n’y a pas des

  3. il vaut mieux pour le consistoire soutenir un rabbin qui bat sa femme (le grand rabbin de bordeaux) et s’offusque de la voir porter plainte un samedi (pardon un shabbat !) qu’une femme quelle qu’elle soit, d’avance impure et inapte au poste de PRESIDENTE du CONSISTOIRE. Quelle arriération quer ce consistoire qui ne représente que des orthodoxes bornés.

  4. message pour Monsieur Cohen Moïse
    il n’est pas très agréable de remettre en cause la sincérité de Monsieur Buchinger. vous savez bien qu’il est engagé manière complètement désintéressé au service de la communauté et ce depuis des années.
    il est évident et vous le savez mieux que personne que le grand rabbin Haim Korsia pose un vrai problème d’orthodoxie au sein du rabbinat
    monsieur Buchinger ne fait que mettre à la lumière du jour ce problème il pose les alertes avant qu’il ne soit trop tard tout simplement
    il est bien entendu complètement inacceptable que le consistoire passe dans un cadre fit libéral
    je vous demande vraiment de mener une réflexion sur ce sujet de manière authentique et sincere

  5. La communauté juive est aujourd’hui diverse. C’est une réalité, ici et ailleurs. L’ignorer est une stupidité. Les Loubavitch l’ont compris, qui accueillent tout le monde à leur table, sans désigner du doigt tel ou tel. Certes, il n’est pas question de changer la Halakha pour plaire à certains, comme par exemple autoriser telle ou telle chose le Chabat, mais le constat est simple : ou bien on prend en compte cette diversité pour se réunir, ou bien on provoquera à plus ou moins longue échéance un schisme dans la judaïsme qui ne serait pas le premier. L’histoire du peuple juif nous enseigne ce que le schisme des royaumes de Juda et d’Israel suite à la mort de Salomon a entraîné. Ne refaisons pas de nouveau cette erreur.
    Les communauté juive comporte beaucoup de gens capables pour la diriger, comprendre les enjeux, apporter des solutions, et tracer des perspectives. Or personne ou très peu de monde s’y intéresse au moment où nous avons le plus besoin de tous. Les petits arrangements entre copains pour se partager les postes à la tête des communautés et des instances communautaires sont suicidaires.
    Le Pirké Avot que nous lisons en ce moment nous invite à prendre conscience d’une chose : sache d’où tu viens et où tu vas, et devant qui tu te te tiens debout. Ni les honneurs, ni l’argent, ni les privilèges, ni les médailles, ne changeront le cours de la vie pour chacun d’entre nous. On a vu des intouchables sombrer du jour au lendemain, et des puissants disparaître subitement, car la vie est comme cela.
    Les élites actuelles de la communauté doivent réfléchir à ce propos : Tov Chem Min Chemen Tov.

  6. l’évolution en déclin de cette institution va de pair avec celle du pays.
    que quelqu’un nous dise au moins un seul fait marquant d’un progrès majeur sur les 3 dernières années ? les viandes “cachères” sont toujours autant contaminées d’antibio, les vins corrompus aux sulfites sans indication du taux, et les conversions une vaste plaisanterie et humiliation pour le Ger.
    A part serrer des paluches et se taper dans le dos au diner du crif, rien de neuf sous le soleil.

  7. depuis les urnes, sont elles, une preuve de démocratie ? la démocratie c’est le choix et le débat.
    mais pourquoi faire confiance à des personnes, dont l’obsession est de se faire élire, sans trop savoir pour quoi? une partie de “nos représentants”, ne résident même pas en France. Ils ont mis la communauté en wifi.
    je crois que le système est à revoir.

  8. A h ! J’ajoute: Rien ne sert de se moquer des Musulmans quand on fait pire et sans leur excuse d’archaïsme
    incoercible et fondamental: ils ne disposent pas d’herméneutique talmudique pour s’en dégager! Eux…
    Que l’ambitieux Mergui (voir son visage!) relise donc au moins les Proverbes avec attention au lieu sans doute de marmonner ses prières journalières sans en saisir même tout le sens?

  9. Cher Moïse Cohen, pourquoi voulez-vous générer un Lachon Haraa épouvantable en poussant à bout vos raisonnements. Vous savez très bien pourquoi cette dame ne peut pas prétendre à cette responsabilité, certes administrative ( même si à votre époque vous vous méliez beaucoup de religieux) mais quand-même..
    Par pitié n’entrez pas dans ce débat nauséabond, à moins que ce soit un piège que vous tendez, auquel cas c’est indigne.

    • Ah la menace suprême : ne pas faire de lashon haraa ! C’est le meilleur moyen d’éviter tout débat et la solution à toute élection obligée par les statuts : n’avoir qu’un seul candidat ! Même une femme, avec bien peu de chances d’être élue pourtant, ne peut être autorisée à se présenter ! Magnifique ! Cette communauté – qui est en train de fondre comme neige au soleil et qui est confrontée à des problèmes bien plus graves – est ridicule, arriérée, envahie par les égos délirants des uns et des autres et ne pense qu’à se diviser, à exclure, à se renfermer sur elle-même et est déjà totalement sclérosée.

  10. La place est-elle bonne ? Il serait interessant de connaitre les revenus occasionnés par les différents postes. Mais la transparence qui vaut pour les ministres ne vaut peut etre pas pour les ‘dirigeants’ communautaires….

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.