L’Union Européenne veut s’en prendre désormais aux banques israéliennes

0
186

Après l’étiquetage des produits fabriqués en Judée-Samarie, l’Union Européenne (UE) vise les banques israéliennes. Le Conseil européen des relations étrangères appelle l’UE à différencier entre les activités en Israël et dans les territoires contestés, en ciblant les services bancaires, les prêts, le statut d’exonération fiscale et la reconnaissance des qualifications professionnelles des institutions de Judée-Samarie.

Banque Leumi

Banque Leumi (illustration) – Crédit photo : Nati Shohat/Flash90

L’Union européenne a décidé cette semaine d’aller de l’avant avec l’étiquetage des produits israéliens fabriqués en Judée-Samarie, une décision qui a alarmé le gouvernement israélien. Mais maintenant il y a des propositions pour aller beaucoup plus loin, comprenant le ciblage des banques israéliennes.

Dans un document qui sera publié mercredi, le Conseil européen des relations étrangères, dont les propositions nous informent fréquemment des politiques de l’UE, fait valoir que l’Union européenne est en violation avec ses propres lois et doit agir plus fermement pour distinguer ses relations avec Israël depuis les activités d’Israël en Judée-Samarie et à Jérusalem-Est, territoires qui ont été repris en 1967, pendant la guerre des Six-Jours.

Frontières de 1967

Les diplomates européens ont longtemps dit que l’étiquetage est seulement la première d’une série de mesures que l’UE pourrait prendre contre Israël sur sa politique de “colonisation”, qui en termes financiers devrait avoir un impact relativement mineur sur l’économie israélienne.

Mais les nouvelles propositions iraient beaucoup plus profond, atteignant les systèmes bancaires, les prêts et les hypothèques, les qualifications acquises dans les institutions de règlement et le statut d’exonération fiscale des organismes européens de bienfaisance qui traitent avec les villages juifs de Judée-Samarie.

“En vertu de ses propres règlements et principes, l’Europe ne peut pas légalement échapper à son devoir de faire la différence entre Israël et ses activités dans les territoires palestiniens”, dit le rapport, intitulé “Différenciation de l’UE des colonies israéliennes”.

Les auteurs font valoir qu’en poussant beaucoup plus loin pour séparer les relations de l’UE avec Israël, il va forcer l’État Juif à décider quel type de relation il veut avec l’Europe et ainsi l’encourager à reprendre les pourparlers avec les Palestiniens, en solution au conflit.

La proposition la plus importante est sur le secteur bancaire, où les grandes institutions israéliennes font des affaires quotidiennement avec les grandes banques européennes, tout en fournissant des prêts et du financement aux entreprises et personnes israéliennes implantées dans les implantations de Judée-Samarie.

Selon les lignes directrices de la Commission européenne de 2013, un état de l’UE ne peut financer des entités israéliennes opérant dans les “territoires”. Le gouvernement britannique détient une participation majoritaire dans certaines banques. Son intervention serait une façon d’empêcher ces banques qui financent des homologues israéliens d’avoir des relations en Judée-Samarie

“Est-ce que les transactions au jour le jour entre banques européennes et israéliennes se conformeront à l’exigence de l’UE, de ne pas fournir un soutien matériel en raison de l’occupation ?” question essentielle posée par le rapport. Celui-ci répond que c’est un problème que les états membres de l’UE ont encore à résoudre.”

Headline image

Les Israéliens peuvent ouvrir des comptes bancaires en ligne à partir du mois de Juillet 2014

CAN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.