Lodz: un photographe juif enterre 6000 négatifs pour les cacher des Nazis

1
526

Tout a commencé avec l’invasion de la Pologne en 1939: ici commence la folie d’Hitler contre la population juive, et pas seulement.

C’est dans une ville en particulier que les nazis ont créé l’un des premiers ghettos: nous parlons de Lodz, l’une des plus grandes villes en Pologne, où se concentraient d’importantes usines.

A Lodz, vivait un photographe du nom de Henryk Ross qui a réussi à documenter les premiers moments de l’invasion: ne sachant pas comment cela se terminerait, s’il serait déporté ou tué, il a décidé d’enterrer tous les négatifs des photos prises, qui aujourd’hui sont d’importants témoignages sur ce qui se passait en Pologne quand le nazisme prenait pied.

Avant l’invasion, Henryk Ross était un photographe sportif et de nouvelles. En 1939, il a été engagé par le Département des statistiques, pour une tâche spécifique.

image: Art Gallery of Ontario. Photo: la police du ghetto escorte les résidents pendant une déportation. Art Gallery of Ontario, Gift from Archive of Modern Conflict, 2007. 2007.160.21.© Art Gallery of Ontario Courtesy, Museum of Fine Arts, Boston

 

Il devait documenter tout ce qui se passait et ce que subissaient les Polonais.

image: Art Gallery of Ontario. Photo: un homme marche dans la neige au milieu des ruines de la synagogue de Via Wolborska, détruite par les Allemands en 1939. Art Gallery of Ontario. Gift from the Archive of Modern Conflict, 2007. © Art Gallery of Ontario Courtesy Museum of Fine Arts, Boston

En particulier, il devait montrer comment les juifs polonais étaient exploités dans les usines pour produire des matériaux utiles aux Nazis.

image: Art Gallery of Ontario.Photo: un policier regarde une femme au-delà du barbelé, 1942. Art Gallery of Ontario. Gift from the Archive of Modern Conflict, 2007.© Art Gallery of Ontario Courtesy Museum of Fine Arts, Boston 

Sa passion, cependant, l’a amené à prendre des photos même en dehors des heures de travail: il amenait son appareil photo partout, il photographiait la vie en Pologne lors de l’invasion.

image: Art Gallery of Ontario Photo: Henryk Ross photographie un groupe de personnes pour la photo ségnalitique, 1940 Art Gallery of Ontario. Gift from the Archive of Modern Conflict, 2007 © Art Gallery of Ontario Courtesy, Museum of Fine Arts, Boston.

 

Il mettait en danger sa propre vie en documentant la violence du ghetto.

image: Art Gallery of Ontario Photo: la prison de Via Czarnecki, un passage avant d’arriver au camp de concentration. Art Gallery of Ontario. Gift from the Archive of Modern Conflict, 2007.© Art Gallery of Ontario Courtesy Museum of Fine Arts, Boston

Il glissait son objectif dans les fissures des murs, dans les serrures, il grimpait pour capturer les scènes terribles d’exécutions, les mauvais traitements et les menaces. Lire la suite 

Tags:PologneHistoireWWII

1 COMMENT

  1. Tout cela a été décrit par le menu dans la Torah, il y a 33 siècles…
    N’est-ce là ce que la triste traduction populaire de Ey”Ha appelle Hélas, et qu’il aurait fallu mieux dire par “Comment”? Et qui a été rendue, lamentablement, par “les Lamentations” de Jeremie ?
    Ce qui a été, en apocryphe, introduit comme un “détail” dans la langue française par les Jérémiades…
    Plaintes casse-pieds.
    Il me tarde de savoir comment nous autres, Juifs, appellerons les gémissements, les lamentations et les soupirs des Nations quand le Seigneur des Esprits consommera Sa vengeance.
    N’est-ce point là Ses enfants, sur ces pellicules, dont les cendres n’ont même pas été fossoyées ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.