Sophie Pétronin : anatomie d’un malaise français

La libération de Sophie Pétronin a mis beaucoup de Français mal à l’aise. Sur ce malaise que nombre d’entre nous ont ressenti, Nathalie Bianco a écrit un texte juste, sensible et fort, que vous avez été nombreux à partager et que nous sommes fiers de publier sur Front Populaire.

Publié le 11 octobre 2020

Texte de Nathalie Bianco, introduit par Céline Pina

La libération d’un otage est toujours un moment émouvant normalement. La traduction concrète de cette fraternité qui fait que l’on n’abandonne pas l’un des nôtres quelles que soient les circonstances.


Sauf que là, la libération de Sophie Petronin a mis beaucoup de Français mal à l’aise. Jusqu’au président qui a choisi de ne pas lire le discours qui était préparé. Il faut dire que l’otage avait de quoi surprendre : égocentrique et irresponsable, ses prises de parole et son comportement indécent ont eu raison de toute empathie et élan collectif. Sur ce malaise que nombre d’entre nous ont ressenti, Nathalie Bianco a écrit un texte juste, sensible et fort, que vous avez été nombreux à partager et que nous sommes fiers de publier sur Front Populaire :

Si j’avais un fils militaire engagé au Mali, je vous jure que j’aurais un drôle de goût dans la bouche aujourd’hui. Un goût amer. Comme une colère sourde qui n’arrive pas à sortir.

Bien sûr, je serais soulagée de la libération d’une otage française. Je serais contente de me dire que plus un seul de nos compatriotes n’est détenu dans un pays étranger
Si j’avais un fils militaire engagé au Mali, je ne porterais aucun jugement sur la conversion de ladite otage à la religion de ses ravisseurs. La spiritualité des gens est quelque chose de personnel et si je n’ai jamais eu aucun goût pour la bigoterie et l’affectation, je me contente d’ignorer ceux qui éprouvent le besoin impérieux d’afficher aux yeux de la terre entière leurs convictions religieuses.
En revanche, si j’avais un fils militaire engagé au Mali je ne pourrais pas vivre un seul instant sans penser au danger qu’il court. Sans penser qu’il risque en permanence sa vie pour combattre le terrorisme au Sahel, si loin des siens.
Si j’avais un fils militaire engagé au Mali, je ne pourrais pas empêcher que résonnent dans ma tête les hurlements de joie du fils de Sophie Pétronin en comparaison du silence des familles face aux cercueils rapatriés de leur enfants, tombés là-bas. Je crois qu’alors je tendrais  l’oreille pour entendre une parole de compassion pour eux, un merci, même maladroit. Je crois que c’est ce silence-là qui me ferait le plus mal.

Il me semble que chaque parole, chaque déclaration de Sophie Pétronin me ferait l’effet d’une gifle.
Son récit de sa captivité, qui ressemble dans sa bouche à une de ces retraites spirituelles zen à base de méditation et d’eau fraîche que s’offrent les bobos en mal d’exotisme.
Son refus obstiné de nommer ses ravisseurs pour ce qu’ils sont, des «  djihadiste » de « al-Qaïda » mais de les qualifier de « simples groupes d’opposition armée au régime ».
Si j’avais un fils militaire engagé au Mali, il me semble que le désir exprimé par cette femme de retourner là-bas, « voir ce qui s’y passe »,  me révulserait au plus haut point. Cette désinvolture et ce dédain à peine voilé pour la France et pour les sacrifices consentis pour sa  libération me rendrait folle.
Mais folle, je le serais déjà surement un peu, à force d’inquiétude, à force d’angoisse, à force d’apprendre la mort de nos jeunes soldats et à force de lire les exactions des djihadistes, face à une population démunie.
200 de ces barbares ont été libérés, et des millions leur ont été versés, pour que Sophie Pétronin puisse tranquillement et en toute inconscience reprendre son tourisme humanitaire.

Je n’ai pas de fils militaire engagés au Mali. J’ai des fils gentils  mais pas très « engagés » d’une manière générale. Quand ils étaient petits et qu’ils avaient fait une très grosse bétise, je les envoyais dans leur chambre, en disant « file, ça suffit, va réfléchir aux conséquences de tes actes. Et surtout, en attendant, je ne veux plus t’entendre !  ».

J’aurais tellement envie de dire la même chose à cette femme.

Mais si j’avais un fils militaire engagé au Mali, il me semble que les mots n’arriveraient même plus à sortir, tellement je serais blessée, humiliée et révoltée.

Nathalie Bianco

frontpopulaire.fr

9 Commentaires

  1. Mais qui a permis cette mascarade ? C’est la seule question qui vaille. Je n’en veux pas à cette femme sans doute pas très claire dans sa tête, mais j’en veux terriblement à celui qui, à la tête du pays, a permis cette mascarade.

  2. Les soldats français n’ont rplus rien a faire au mali ou un regime corrompu a été renversé par l’armée. Il est honteux que vous crachez sur une humanitaire qui est restée 4ans comme otage. Le fait qu’elle se soit convertie a l’islam la regarde et esperons qu’elle n’epouse pas les theses islamistes. Son souhait retourner auprès des populations pauvres de son nouveau pays. OU EST LE CRIME ?

    • Son crime? Ouvrez les yeux !
      Expliquez à ceux dont les proches ont été massacrés et torturés que les bourreaux ont été relâchés pour les beaux yeux d’icelle…qui y RETOURNE !

    • Vous êtes vraiment stupide ou vous faites de la provocation ?
      Si vous n’avez pas compris en lisant la très belle lettre de Nathalie Bianco que le gouvernement Macron s’est compromis, lors de la libération de la musulmane Maryem Petronin, en libérant plus de 200 terroristes islamistes et en payant 15 millions de rançon, pour n’obtenir même pas un remerciement de l’otage libérée, c ‘est que vous êtes soit un admirateur ou un partisan de daesch, soit un incurable c.n !

      … où les deux !

    • Et où serait le crime de dire ouvertement qu’elle est islamogauchiste et que nos soldats se font tuer pour des gens aussi ingrats? Ce n’est que la vérité, après tout. Le crime a été de contribuer à faire libérer 200 Jihadistes qui, aussi tôt, ont repris du service à égorger d’autres humanitaires, dont les 6 jeunes Français du Niger et leurs 2 accompagnateurs nigériens, au cas où vous auriez la mémoire passée à la machine à laver les cerveaux

    • En tout cas on connait les crimes des djihadistes quand ils tenaient le Mali avant l’arrivée des français… l’application pure et dure de la charia..mains têtes coupées, lapidations…et j’en passe…chacun son délire en tous cas c’est pas le miens..c’est peut être le votre remarquez monsieur le chantre de l’hpertolerance a tout crin…non je pense que les services de l’Etat auraient gagné a se renseigner avant de chercher a la liberer et au final la laissé aux mains de ses ravisseurs puisqu’elle s’y trouvait si bien..

  3. La preuve par l’exemple des dégâts de l’idéologie gauchiste sur des individus paumés qui n’ont aucun repère civilisationnel. Même pas la foi dans l’Homme ! Comment peut-on dérailler ainsi à 75 ans ?
    Qu’elle y retourne au Mali, le plus vite sera le mieux, et qu’elle y reste à jamais ! Elle ne vaut pas que nos impôts puissent financer un euro pour la guérir ou l’aider à vivre.

  4. Je m’étais interrogé également sur cette déclaration qu’elle avait « proférée », « il me tarde de retourner au Mali… »!
    Qu’avons nous à nous préoccuper du sort de ces « otages-complices », qui n’ont même pas de compassion pour les victimes décapitées, éventrées, violées par ces 200 ersatz humanoïdes même pas imaginés dans l’enfer de Jérôme Bosch, qui répèteront leurs « exploits » au crédit de la petronimique alliée !
    Elle est donc, au désespoir de son fils (j’espère) dans le même sac…
    Ainsi s’explique, sans doute le peu d’empathie qu’à eue la France pour risquer la vie de ses braves…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.