LES FORCES IRANIENNES DISENT PRENDRE LE CONTRÔLE DE PLUSIEURS DRONES AMÉRICAINS EN SYRIE ET EN IRAK (VIDÉO)

   

Le Corps des gardes de la révolution islamique iranien (IRGC) dit avoir piraté un centre de commandement de l’armée américaine et dit avoir pris le contrôle de plusieurs véhicules aériens américains non identifiés (UAV) qui survolaient constamment la Syrie et l’Irak, a affirmé le général de Brigade des Forces aérospatiales de l’IRGC, Amir Ali Hajizadeh, le 21 février.

« Sept à huit drones effectuant des vols constants au-dessus de la Syrie et de l’Irak ont ​​été placés sous notre contrôle et leurs informations ont été surveillées par nos soins et nous pourrions obtenir des informations de première main », a déclaré le général de l’IRGC, cité par Fars News.

L’agence de presse iranienne a publié plusieurs vidéos que l’IRGC a réussi à extraire de drones américains survolant la Syrie et l’Irak. L’une des vidéos montre un drone qui fonctionne mal après avoir été piraté par le CGRI qu’un atterrissage brutal dans une zone désertique à 10 kilomètres de sa base. Le drone a ensuite été détruit par un avion de guerre américain.

 

L’Iran développe des drones et depuis la guerre irako-iranienne dans les années 1980. Cela aurait donné à ce pays parrain du terrorisme un avantage majeur dans la technologie des véhicules sans pilote par rapport à ses voisins. Le CGRI a commencé à utiliser cette expérience dans la guerre électronique. Cela a permis à l’Iran de pirater et de prendre le contrôle de plusieurs drones américains au cours de la dernière décennie, y compris le drone furtif top secret RQ-170 en 2011,au-dessus de l’Afghanistan, à la frontière iranienne.

Cette déclaration iranienne, relevant de la guerre psychologique, est intervenue alors que les Etats-Unis ont accéléré un programme secret visant à saboter le programme de missiles iranien.

Pour étayer cette affirmation, l’agence iranienne FARS a publié cette vidéo de trois minutes intitulée « Une des nombreuses preuves à l’appui des remarques du général Hajizadeh » avec des images de plusieurs incidents différents qui montrent un drone US MQ-9 Reaper, également connu sous le nom de Predator B, s’écrasant dans un crash après que son opérateur ait apparemment perdu le contrôle. Le Reaper est l’un des plus grands drones armés de l’US Air Force. Il est capable de grimper à de hautes altitudes, de prendre de la vitesse et il est piloté par des équipes de techniciens depuis une station terrestre aux États-Unis ou un centre de commandement régional américain. Les Predator B sont au service des forces américaines dans des arènes de guerre comme l’Afghanistan, la Syrie, Irak et Yémen. Le clip iranien montre le drone américain détruit au sol par une frappe aérienne de l’U.S Air Force, pour détruire ses instruments de renseignement. Certaines sources de ce prétendu incident émanent de l’aviation et datent de 2016. Elles signalent qu’il n’y a pas eu de récurrence depuis.

Interrogée sur la déclaration iranienne, la porte-parole du Pentagone, la commandante Rebecca Rebarich, a déclaré:  «  Nous sommes au courant de ce reportage et nous n’avons rien d’autre à ajouter. »

L’affirmation du général iranien correspond à la première fois que Téhéran déclarait prendre le commandement et le contrôle d’un UAV américain. Il y a huit ans, le 5 décembre 2011, l’Iran s’était emparé de la Sentinelle américaine ultra-secrète de la CIA, le RQ-170, et l’avait retrouvée pratiquement intacte. DEBKAfile a révélé à l’époque que les cyber-ingénieurs de l’armée chinoise étaient responsables du coup marqué par la guerre iranienne. Téhéran a alors affirmé avoir pris le contrôle, non seulement, du système de commandement et de contrôle du RQ-170, mais également de ses canaux de communication avec les satellites militaires américains, qui ont renvoyé des ordres à la station terrestre.

Les sources officielles américaines n’ont jamais commenté cet incident. Mais il y a eu des répercussions. En 2014, l’Iran a présenté au Shahed 171 un nouveau drone qui était une réplique proche de l’US Sentinel. Un autre drone iranien Saeqeh a également montré des caractéristiques similaires.

Le 10 février 2018, l’Iran a lancé un UAV armé Shahed 171 sur Israël. Il a survolé le Golan en direction de Tibériade par-dessus Beit Shean, le site de Gilboa et la vallée des sources avant d’être abattu par des avions de combat israéliens.

Téhéran a choisi la troisième semaine de février pour montrer sa capacité à pirater les systèmes de contrôle des drones américains pour des raisons inconnues. Utiliser un général de haut rang de l’IRGC à cette fin indique aux sources militaires de DEBKAfile que l’Iran est en train de préparer un affrontement militaire avec les forces américaines ou israéliennes dans l’arène syrienne / irakienne et veut faire savoir qu’il possède des capacités de cyber-guerre pour se défendre.

JForum avec agences (iraniennes et russes) et debka.com

 

2 Commentaires

  1. Le dernier drone avait été offert par Obama, le diable de la maison blanche.
    Mais il est certe possible que les Iraniens, aidés ou pas, puissent avoir pu prendre le contrôle ou capturé des images, et même de la technologie.
    Mais le publier est stupide, puisqu’ainsi, on renseignerait l’ennemi.
    En revanche, Ysraël ne communique que très peu, et sur du « vieux », histoire de décourager l’agresseur, qui n’est point Ysraël.
    Il est discret.
    Faire beaucoup de bruit, et fanfaronner avant les guerres c’est le fait des faibles et orgueilleux.
    Ils n’ont finalement pas grand’chose à présenter.
    Comme le dicton précise, « une tirelire avec une piecette fait beaucoup de bruit, mais une bien pleine ne s’entend pas. Seulement quand on la vide ! » 🙂

  2. Dans le cas d’espèce, il ne s’agit pas de piratage mais de prise de contrôle et si l’on avait un minimum syndical de bonne foi, on dirait que c’est de bonne guerre si tant est qu’ill y’aurait de bonnes guerres autres que ccelles de libération… mais bon!…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.