L'avocat Gilles-William Goldnadel. Photo © DR
On peut gloser longtemps sur les causes de la déconfiture assez pitoyable – au sens littéral – de François Hollande.

L’une des plus puissantes, au-delà du manque de carrure d’un homme trop normal et de l’indécision trop anormale de son caractère, repose sur l’exaspération populaire grandissante qu’inspire désormais la gauche française.

Et l’hommage vibrant rendu hier dimanche par Ségolène Royal, à la Havane, au bilan de Fidel Castro – rejetant dédaigneusement les accusations de violation des droits de l’homme – ne fera rien pour calmer une irritation devenue urticante.

Que la semaine dernière, Pierre Laurent, petit timonier du PCF, Clémentine Autain, féministe mais adoratrice de barbus de tous poils,  ou Maximilien Mélenchon, chaveziste estampillé, se soient inclinés devant la mémoire du dictateur de La Havane reste dans le triste ordre gauchisant des choses, mais que l’une des incarnations les plus emblématiques de la gauche morale et moderne ait pu les contrefaire, montre à quel point encore, les socialistes demeurent, envers et contre tout, à la remorque idéologique de la radicalité marxiste.

Il est inutile d’indiquer à Mme Ségolène, qu’ainsi que je l’écrivais la semaine dernière dans le Figaro, Castro n’était pas seulement un dictateur, mais aussi un boucher et un équarrisseur. Elle s’en moque royalement. Elle aurait tout de même été bien inspirée de consulter l’article du Wall Street Journal du 30 décembre 2005. Cela aurait pu tempérer sa très pieuse homélie.

Elle y aurait appris que le 27 mai 1966, 3,5 litres de sang par personne furent médicalement ponctionnés sur 166 détenus par décision personnelle de Fidel Castro, puis vendus au Vietnam communiste au prix de 100 $ le litre. Après la prise de sang, 866 condamnés furent emmenés sur des brancards et assassinés froidement. Un anti-communiste primaire aurait parlé de vampirisme plutôt que de socialisme révolutionnaire.

Notre numéro trois du gouvernement qui exige des preuves avant que d’écorner la mémoire de son héros humaniste, aurait dû également prendre connaissance du livre « Cuba, une révolution » de l’historien Miguel A. Faria ou des articles de Jacobo Machover, le célèbre dissident, elle y aurait appris que selon les estimations les plus crédibles 40 000 personnes ont été assassinées pour raisons politiques depuis la prise de pouvoir par Castro en 1959. Elle qui exige des preuves, aurait pu également s’entretenir avec Christophe Deloire, président de Reporters Sans Frontières, qui rappelait la semaine dernière que Cuba occupait la 171e place (sur 180) au classement mondial de la liberté de la presse.

Si je m’appelais Royal, je prendrais exemple sur l’actuel souverain républicain, j’éviterais de me présenter à nouveau devant les électeurs. Bien entendu, Mme Royal en pâmoison devant Fidel, aurait crié au nazisme devant l’élection démocratique de Mr Hofer à la présidence autrichienne.

C’est beau l’antifascisme de la gauche morale.

Gilles-William Goldnadel

Valeurs Actuelles

4 Commentaires

  1. D’abord elle est ministre de l’environnement qu’est-ce qu’elle allait faire là-bas?

    Elle aurait du être lourdée immédiatement de ce gouvernement. Quel couple infernal !!!

  2. finalement j’en arrive à une conclusion à contrario : tous les gauchos n’ont qu’une seule valeur c’est l’ARGENT car dés le moment où l’on s’attaque à l’ennemi héréditaire, tout le reste ne compte pas. Comme Fidel a su s’opposer au grand capital, le grand satan, alors la gauche lui pardonne ses petits écarts. Tuer par centaines des gens de son propre peuple est moins grave à leurs yeux que s’opposer au capitalisme. Donc pour ces messieurs de gauche l’argent est bien plus important que la vie humaine .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.