L’exception française face à sa vérité (Bazak)

2
460

Le grand philosophe Emmanuel Levinas avait donné comme titre à un de ses ouvrages «Difficile liberté» mais il ne pensait pas à la France de 2019 !

Sans vouloir faire ou refaire l’exégèse des très nombreuses analyses déjà réalisées ces derniers temps par plusieurs experts et spécialistes, trois questions doivent être posées : celle de l’éducation, celle de nos devoirs de citoyens et enfin celle de la vérité.

Depuis le Front populaire, la France, héritière de la révolution de 1789 puis de celle des Lumières, est devenue la France des Droits, avec un D. majuscule, tout en s’enfonçant dans une forme de marxisme larvé de libéralisme.

Au fil des décennies nous nous sommes régulièrement enfoncés dans une forme de marxisme, de collectivisme larvé qui n’a jamais voulu clairement dire son nom.

On l’a appelé socialisme, social-démocratie, libéralisme, selon les régimes, la gauche comme la droite.

Chirac nous a proposé «la fracture sociale», Sarkozy «Travailler plus, pour gagner plus ». Mitterrand nous a doté du Programme Commun.

En 1945, de Gaulle, a constitué un gouvernement comprenant des Communistes. confronté qu’il était au parti de France et à une CGT toute puissante.

On se souvient encore aujourd’hui des lois érigées par le communiste Marcel Paul, ministre du travail. Nous continuons à vouloir croire à la poursuite des 30 glorieuses.

Pourquoi l’éducation ? On a laissé croire aux citoyens que tout allait bien… Puis nous avons eu les accords de Grenelle en 1968. Le président Pompidou le disait déjà «la France est un puissance moyenne».

Nous avions la bombe atomique, l’avion Concorde, les sous-marins nucléaires, alors … nous étions une puissance mondiale ! Déni de vérité, déni de réalité ?

Nous ne voulons pas nous voir tels que nous sommes mais plutôt tels que nous voudrions être. Puissance mondiale, comme avant 1914, mais nous sommes un siècle plus tard.

Nous sommes le pays qui consacre la plus grande partie de son PIB aux dépenses sociales.

En revanche, notre inaptitude à progresser au plan économique n’a pas permis de produire suffisamment de richesses, pour continuer à faire face à ces dépenses qui n’ont cessé d’augmenter.

Nous finançons nos déficits de fonctionnement en permanence. Là encore absence de vérité, on ne dit pas les choses clairement, on louvoie, on reporte la responsabilité sur les prédécesseurs.

Quel déni et déficit de vérité ? Il aura fallu attendre plus de 10 ans après sa sortie pour que le Chagrin et la Pitié passe à la télévision.

Notre inaptitude à progresser sur le plan économique ne nous permet plus d’affronter les dépenses nettement excessives du secteur public qui génère un déficit croissant.

L’EXCEPTION française a vécu : Nous ne nous sommes jamais remis ni de 1789 dont nous nous considérons les héritiers – ni des trente glorieuses.

Qu’est devenu cet héritage supposé, la veille de présider le Conseil européen ? Nous sommes devenus le mauvais élève de l’Europe. Qui donnera l’exemple ?

La Mondialisation a beau dos ! On ne peut pas – en même temps – s’arc-bouter contre elle et continuer à emprunter sur les marché internationaux ! C’est un non-sens.

Nous feignons de l’ignorer. Serai ce de l’ignorance ou un manque de lucidité ?

Où est la Vérité, où est l’éthique ? Lorsqu’on ne cesse de revendiquer nos droits toujours et encore ? Nos dirigeants oublient le sens de l’État ? Que dire des citoyens ? Comme dans la Rome Antique, la citoyenneté n’est pas faite uniquement de droits mais également de devoirs. Celui qui les oublie pour ne s’attacher qu’à ses droits, peut-il encore faire ce reproche aux autres ? Je ne le crois pas.

Devoir, vérité et éthique sont indissolublement liés et faute de vouloir en permanence s’approprier ces vertus, nous sommes voués à l’échec. La confrontation avec soi était et reste le ressort indispensable au bon fonctionnement de la cité.

Si les citoyens que nous sommes, dans leur grande majorité, continuent à se référer à l’État-providence sans prendre conscience de nos devoirs vis à vis de nous-mêmes, comme de nos responsabilités de citoyens, alors en effet l’avenir s’annonce sombre.

BAZAK

benillouche.blogspot.com

L’image contient peut-être : texte

2 COMMENTS

  1. Je ne comprends plus rien à la France.
    Tout fout l’camp.
    Seule solution : Je m’expatrie.

  2. Personnellement je pense que la révolution de 1789 a fait une erreur fondamentale en écartant le Peuple de l’Eglise .

    Le socialisme et le communisme l’ont achevée .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.