Les rebelles kurdes iraniens embauchent des pros du Lobbying

1
187

Les rebelles kurdes iraniens embauchent un cabinet d’avocats pour faire pression sur l’administration Trump

RÉSUMÉ DE L’ARTICLE
Le Parti Komala du Kurdistan iranien compte désormais des lobbyistes couvrant à la fois les pouvoirs exécutif et législatif.

Un groupe armé kurde iranien a engagé un nouveau cabinet de lobbyistes pour contacter l’administration Donald Trump.

Le Parti Komala du Kurdistan iranien a engagé le cabinet d’avocats de Washington, le Cogent Law Group, en décembre pour «promouvoir et développer des relations de coopération avec le gouvernement américain», selon de nouvelles déclarations de lobbying. L’entreprise a reçu 40 000 $ à l’avance pour organiser une «réunion unique de haut niveau avec un haut fonctionnaire de la branche exécutive du gouvernement des États-Unis» et une «entrevue avec les médias aux États-Unis».

Bien que Cogent ait affaire avec le représentant américain de Komala, Salah Bayaziddi, le contrat a été signé par le secrétaire général du parti, Abdullah Mohtadi. Cela arrive à un moment difficile pour le groupe de gauche alors que l’administration Trump peaufine sa politique iranienne.

Bloomberg a rapporté le mois dernier que le département d’État avait ordonné aux diplomates américains de limiter leurs interactions avec certains groupes d’opposition iraniens – dont Komala – pour éviter de compromettre une diplomatie potentielle avec l’Iran. Une semaine plus tard, cependant, le secrétaire d’État Mike Pompeo a annulé l’ordre  suite aux pressions des faucons de droite, selon The Daily Beast.

 

L’associé de Cogent, Mostafa El-Erian, est le seul agent étranger inscrit sur le compte et devrait recevoir 10 000 $ pour travailler sur une lettre d’opinion pour le groupe, «aider à conseiller la création d’une fondation caritative américaine» et «développer» une page Wikipedia. Son entrée actuelle sur Wikipédia, qui fait moins de 100 mots,  fait référence à Komala en tant que parti communiste, une caractéristique que le groupe rejette car il cherche le soutien des faucons américains (le nom du parti se traduit par la Société des Travailleurs Révolutionnaires du Kurdistan Iranien et son symbole est une étoile rouge). Tout travail supplémentaire doit être facturé aux tarifs légaux habituels de l’entreprise.

Dans un communiqué, El-Erian a déclaré à Al-Monitor que «le Parti Komala du Kurdistan iranien félicite le président Donald Trump et l’administration Trump pour sa politique continue de pression maximale sur le régime iranien, qui constitue une menace terroriste régionale et internationale de premier plan».

Ce n’est pas le premier contrat de lobbying de Komala.

 

Le bureau américain du groupe a engagé AF International d’Ayal Frank en février pour faire pression sur les responsables américains. L’année dernière, Frank a rencontré des membres du personnel de plusieurs bureaux du Congrès pour discuter des relations américano-iraniennes et des questions irano-kurdes.

Frank et Bayaziddi ont révélé la tenue de réunions avec des groupes de réflexion de droite (Think-Tanks), y compris la Fondation pour la défense des démocraties et l’Institut Hudson, en mars et des réunions avec les  représentants David Cicilline, DR.Indépendant., et Don Bacon, Républicain-Nebraska, En juillet.

Aaron Schaffer écrit sur le lobbying au Moyen-Orient pour Al-Monitor à Washington, DC. Il co-écrit et rapporte pour le bulletin de lobbying bi-hebdomadaire d’Al-Monitor. Sur Twitter: @aaronjschaffer

Lire : al-monitor.com

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.