Les radars anti-aériens russo-syriens couvrent tout Israël

Les forces aériennes russes ont récemment déployé en Syrie quatre de leurs avions de surveillance et d’alerte précoce les plus sophistiqués : le Beriev A-50 SRDLO (“Pilier”), qui est considéré comme l’équivalent des meilleurs AWACS à la pointe en opération. Plusieurs A-50 ont été repérés volant au-dessus de la Syrie, au cours de ces derniers mois, mais ils ont presque tous fait demi-tour et sont retournés en Russie. Quatre autres sont maintenant installés dans les hangars de la base aérienne russe de Khmeimim dans la province de Latakia en Syrie.

Le radar Shmei-M de l’avion est capable de repérer des cibles à une distance de 600 kms et permettre à un avion de les verrouiller. Alors qu’ils est en vol, il recouvre toutes les régions d’Israël et peut détecter n’importe quel mouvement aérien et militaire.

Moscou a déployé le A-50 afin de soutenir l’unification en progrès des système de défense anti-aérienne russe et syrienne, ces dernières semaines. Désormais, leurs deux systèmes de défense anti-aérienne seront contrôlés par un seul et même centre de commandement à la base aérienne de Khmeimim, avec le B-50, qui porte bien son nom, dans le rôle du « Pilier » opérationnel.

Les défenses aériennes russes et syriennes n’auront plus besoin d’échanger des informations dans l’éventualité d’une attaque aérienne ou de missiles américains ou israéliens au-dessus de la Syrie, avant de coordonner leurs opérations. Toute information entrante sera acheminée vers le commandement russe conjoint, qui déterminera comment répondre et dirigera toute bataille qui pourrait en résulter.

Cette évolution limite la liberté dont jouissaient jusqu’à présent les forces aéronavales des Etats-Unis et d’Israël au-dessus de la Syrie et dans l’Est de la Méditerranée et rend leurs opérations bien plus hasardeuses.

Le Commandant des forces de défense aériennes russe en Syrie, dispose au bout de ses doigts d’une large gamme d’outils pour mener plusieurs manœuvres synchronisées. Il peut, par exemple, diffuser un ordre direct de lancer simultanément trois systèmes d’armement sophistiqués aux effets meurtriers, tels que le Pantsir-S1 tactique, des missiles sol-air mobile postés hors de Damas,appelés également SA-22 Greyhound (lévrier) ; Les S-400, installés au sommet de la colline du bélier de Hahaer Ahmed, au nord-ouest de Latakia ; et les missiles Oniks-Yakhont P-800 sol-mer contre les navires, qui gardent les côtes de la Syrie.

Ces temps-ci, l’Amérique aurait du mal à répéter l’attaque aux missiles de croisière Tomahawks que le Président Trump a ordonné le 4 avril en représailles à l’usage de gaz chimiques par l’armée syrienne contre des civils. Cet assaut massif avait mis hors de combat une large partie de la base aérienne de Sharyat et de ses forces aériennes.

De la même façon, Israël n’aurait pas un trajet facilité pour mener de nouvelles frappes aériennes comme celle lancée le 17 mai, contre une cargaison d’armes iraniennes pour le Hezbollah, près de Damas. Cette fois-là, pour la première fois, la Syrie avait tenté d’abattre des avions bombardiers- de combat israéliens par des tirs anti-aériens. Ces tirs de riposte avaient échoué, mais seulement parce qu’Israël avait été contraint d’envoyer un missile Arrow, lors de sa première opération visant à emp^écher des missiles syriens de toucher des avions de chasse de retour de mission, au-dessus du territoire israélien. A l’avenir Israël devra ajuster ses tactiques à ces systèmes de défense russo-syriens puissamment renforcés.

L’avion de surveillance A-50 récemment arrivé donne la capacité au commandement syrien en Syrie de maintenir un œil de contrôle sur les zones de désescalade dont la superficie augmente en Syrie, y compris celle qui prend forme sur la frontière sud-ouest de la Syrie juste en face du Golan israélien.

DEBKAfile Reportage Spécial 30 août 2017, 10:45 AM (IDT)
Adaptation : Marc Brzustowski
P.S : cet article ne répond pas à cette question :
Le F.35 : Israël vient de passer de 33 acquis, dont 7 à partir de la semaine prochaine, à 17 supplémentaires d’ici 2024. Difficile de croire que ce serait pour faire de la figuration aérienne dans le ciel si bien contrôlé d’Assad et de Vlad, ce si mauvais camarade de jeu… 

9 Commentaires

  1. Les missiles sol sol de longue portee ont une trajectoire bien differente des missiles anti aeriens , j ai suivi l actualité sur ce tir de hetz et je n ai pas compris ou se situai le bug dans cette info ( ou intox )

    Un awacs peux reperer des cibles , mais pas les verrouiller , car verrouiller veut dire qu un systeme d attaque vous a pris pour cible, et cela seul un avion de combat armé peut le faire, ou un systeme anti aerien ,mais pas un avion de surveillance

    • Vous prêtez de bien sombres desseins aux publications (toutes en Israël) qui ont traité cette information avec les éléments, dont les témoignages et photos en Jordanie sur la carcasse de roquette qui a atterri de ce côté, ne permettant justement pas au commandement de Tsahal, l’aurait-il souhaité, de mettre l’info sous scellées. Après on peut continuer d’hypothéquer et spéculer à vide. Restent les éléments factuels peu contestables (sauf à voir du photoshop partout).

      Un missile sol-sol est lancé à partir d’un dispositif terrestre, afin de toucher une cible également terrestre (ex : un missile anti-tank). On emploie aussi le terme pour des missiles balistiques, dont l’objectif est l’interception d’engins entrant dans l’atmosphère… Ca ne permet pas d’en bien comprendre l’usage, sauf si on veut détruite le système de lancement au sol.

      La seule explication valide, c’est la capacité de reconversion et d’adaptation constante des industries de la défense, qui ont peut-être voulu faire un test en grandeur réelle contre un tir de missile (ce qui est bien la fonction principale du Hetz). Ce n’est pas plus idiot que de faire des calculs théoriques de trajectoire, quitte à passer à côté le jour J. Hetz s’inscrit dans toute une gamme d’intercepteurs (Dôme de Fer, Fronde de David, Tamir, Laser Faisceau d’acier…) celui-là plutôt en balistique hors de l’atmosphère. Après c’est une question de volume et de réglages.

      Israël a fréquemment testé « à l’improviste » des armements en cours de réalisation pensant que la meilleure évolution provient en situation réelle.

      En effet, c’est aller vite en besogne : un Awacs transmet des informations à des avions de chasse qui ont la capacité de verrouiller. On pouvait l’entendre comme cela, la modification a été faite pour rendre la lecture plus limpide.

  2. Mais non le missile arrow ne peut pas intercepter un missile de defense anti aerienne , il est conçu pour contrer les engins lourds sol sol , trop d imprecision dans cet article

      • quoi qu’il en soit le spécifier comme « sol-sol », c’est ne pas voir la direction vers le ciel que prend sa trajectoire. Il est conçu pour être anti-balistique et peut changer radicalement de direction : It provides exo-atmospheric interception of ballistic missiles (during the space-flight portion of their trajectory), including intercontinental ballistic missiles (ICBMs) carrying nuclear, chemical, biological or conventional warheads. With divert motor capability, its kill vehicle can switch directions dramatically, allowing it to pivot to see approaching satellites. It may have a reported range of up to 2,400 km (1,500 mi)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.