“Les Gentils, les Méchants”: l’hymne des Gilets jaunes (vidéo)

1
683
Mise en ligne sur Facebook le mardi 1er janvier peu avant midi, la vidéo a déjà été vues plus de 444.000 fois et partagée par plus de 14.000.
Marguerite, une jeune chanteuse, a composé un “hymne” en hommage aux Gilets jaunes, baptisé Les Gentils, les Méchants, reprenant l’air et une partie de paroles du titre éponyme de Michel Fugain et de son Big Bazar…….Décryptage et Vidéo………

“Qui c’est qui prend le taxi? – Les gentils – Et qui paye leur carburant? Les méchants – Qui blablate sur LCI? – Les gentils – Qui crie sa colère aux champs – Les méchants”, chante la jeune femme blonde, portant le désormais symbolique gilet jaune, sur un rond-point en compagnie de jeunes et d’enfants en guise de chœurs.

Reprenant l’inversion de Michel Fugain entre les “gentils” et les “méchants” dans sa chanson de l’époque, Marguerite surfe pour sa part sur des thèmes chers au mouvement de contestation qui a débuté par la lutte contre la hausse des prix des carburants.

“C’est l’ENA, Rothschild, Bercy – Les gentils – C’est les petits commerçants – Les méchants”, “Ils veulent l’Europe à tout prix – Les gentils – Ils veulent nourrir leurs enfants – Les méchants”, assène-t-elle.

“C’est comme un guignol spectacle permanent – Et vive les banques et vive le Parlement” ou encore “Qui c’est qui gaze aux bombes lacry? – Les gentils – Qui se retrouvent devant? – Les méchants”, chante la jeune femme.

Le clip semble avoir été plébiscité par une bonne partie du mouvement des Gilets jaunes qui ne tarie pas d’éloges sur le talent de Marguerite.

Néanmoins, sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes se sont interrogés sur la légende de la vidéo postée sur la page Facebook de la chanteuse qui dédicace la chanson à Daniel Cohn-Bendit et à Bernard Henri-Lévy. 

En effet, certains se sont indignés du fait que les seules personnes ciblées soient de confession juive. 

Interpellée à ce sujet dans les commentaires de la vidéo, la jeune femme n’a pas répondu ce jeudi 3 janvier.

Sur son compte Twitter, la journaliste Isabelle Kersimon souligne que le succès extrêmement rapide du clip n’est pas “sans rappeler les sectaires d’extrême droite Les Brigandes”. 

Et d’ajouter: “Avec un talent indéniable pour faire avaler le tempo réac, anti-parlementaire et anti-européen façon années 1960, et avec les enfants, ça marche toujours”.

Source France Soir

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.