Les faux messies dans le monde juif (4/4)

par Caroline Elisheva Rebouh le 23.04.2020

Cinq faux-messies ou qualifiés comme tels par l’Histoire ont illustré le passé des Juifs de certains pays : il s’agit de Juda ben Hizkiyahou, de Bar Kokhba, de Moshé Botarel, David Réouvéni et Shlomo Molko, Shabbetay Zvi et Jacob Frank.

JUDA BEN HIZKIYAHOU ou JUDA de GALILEE

L’époque est très troublée en Judée. Après avoir supporté des invasions de peuples divers, avoir été exilé en Perse et en Babylonie puis, le retour sur ses terres d’une partie du peuple dans l’espoir d’y être enfin souverain, le peuple juif se retrouve une fois de plus asservi par l’empire romain cette fois. Hérode règne sur la Judée et il répare et remodèle un peu le Temple à sa façon.

Le mode de supplice et de mise à mort est la crucifixion…. Des révoltes sont organisées çà et là certaines avortent, d’autres aboutissent même si parfois la révolte aboutit au suicide collectif de Massada plutôt que de donner à l’envahisseur la satisfaction de faire des prisonniers !!!

Dans diverses localités des habitants se soulevèrent contre l’occupant luttant ainsi pour conserver leur autonomie et leur identité juive ainsi que d’affirmer leur droit de vivre selon la tradition.

An 63 avant l’ère vulgaire : Pompée, après avoir occupé la Syrie, se rendit à Jérusalem et envahit la ville se rendant maître du Temple en commettant le jour-même de kippour des crimes sanglants parmi les cohanim et l’assemblée des hommes en prières. Cette occupation durera près d’un siècle jusqu’à la destruction du deuxième Temple par l’armée de Titus en 70 de l’ère vulgaire. Pendant ces 107 années les souverains romains se succédèrent……

L’annexion de la Judée à l’empire Romain au tout début de l’ère chrétienne incita certains jeunes hommes juifs à se révolter : après les Perses et les Babyloniens, puis les Grecs qui en voulaient surtout à l’identité juive des Judéens, les Romains persécutaient, brimaient, écrasaient la population de toutes les façons possibles : le culte, l’étude, la façon de vivre et même de manière à les écraser de taxes et impôts divers.

Un homme jeune totalement révolté Yéhouda fils de Hizkiyahou forme un groupe révolutionnaire avec l’aide d’un pharisien nommé Tsadok et, ils s’organisent en réaction à ce qu’ils constatent et qui les inquiète. Ce groupe voit la situation s’aggraver et se détériorer de jour en jour et ce, dans toutes les régions de la Judée.

Yéhouda est marié. Il est notamment père de 3 garçons lesquels adhèrent totalement aux idéaux paternels. Yéhouda incitait sans cesse ses concitoyens à la révolte et les encourageait au soulèvement contre les autorités. La réaction du gouverneur ne se fit pas attendre et, les deux fils aînés de Yéhouda sont arrêtés et crucifiés.

Le troisième fils, Menahem, est visé, surveillé en tant que chef de la rébellion s’organisant contre l’occupant. Flavius Josèphe le célèbre historien juif de l’époque dépeint le personnage : ….. »un Galiléen nommé Yéhouda »….. Toujours d’après Josèphe, le père de Yéhouda était un révolutionnaire qui s’était déjà fait remarquer par Hérode le Ier pour la farouche volonté qu’il exprimait de retrouver son titre de Cohen Gadol et s’était révolté contre l’occupant romain en tendant une embuscade.

D’après des sources apocryphes, Yéhouda ben Hizkiyahou ou Yéhouda le Galiléén fonda une secte avec un Pharisien du nom de Tsadok. Cette secte ne ressemblait en rien aux autres sectes juives.

Effectivement, la secte fondée par Yéhouda le Galiléen ne porte en rien sur la pratique juive ou sur la pureté rituelle mais elle se place à un degré philosophique concernant plutôt l’eschatologie et les nombreux partisans de cette secte en vienne à souhaiter et à œuvrer pour faire en sorte de provoquer la venue de la rédemption et qu’HaShem prenne enfin Son peuple en pitié et le soulage, le libère. Cette secte finit par rejoindre celle des Zélotes certains historiens n’adhèrent pas à cette opinion.

Lorsqu’enfin le très grand soulèvement est remarqué, à la tête du mouvement se distingue Menahem, le 3ème fils de Yéhouda et les participants actifs de ce groupe sont surnommés : « les sicaires » (les assassins).

Seul un des livres contenus dans la Bible Chrétienne inclut le fait que Yéhouda fils d’Ezéchias est mort antérieurement à l’an 50 en soulignant toutefois qu’il n’avait pas réussi sa vocation messianique.

Comme pour la plupart des faux-messies, ces personnages surent regrouper autour d’eux de nombreux adeptes.

Caroline Elishéva REBOUH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.