Palestiniens : les États du Golfe s’efforcent de déjouer la résolution anti-normalisation

L’Autorité palestinienne a accusé les EAU de violer les termes de l’Initiative de paix arabe en acceptant de normaliser ses relations avec Israël en échange « de rien » (pour la cause palestinienne).

Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe se réunissent lors de leur réunion annuelle plus tôt cette année.  (crédit photo: REUTERS)
Les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe se réunissent lors de leur réunion annuelle plus tôt cette année. (crédit photo: REUTERS)

Le projet de résolution a été présenté à la Ligue arabe, à propos duquel les ministres des Affaires étrangères devraient tenir une vidéoconférence le 9 septembre pour discuter des derniers développements concernant la question palestinienne.

Lundi, les envoyés arabes auprès de la Ligue arabe tiendront une réunion en vue de la conférence virtuelle de mercredi.

Le projet de résolution palestinien appelle tous les États arabes à adhérer à l’Initiative de paix arabe et aux résolutions des Nations Unies relatives au conflit israélo-arabe.

Adoptée en 2002, l’Initiative de paix arabe appelle à normaliser les relations entre le monde arabe et Israël en échange d’un retrait complet d’Israël des lignes d’armistice d’avant 1967, un «règlement juste» de la question des réfugiés palestiniens sur la base de la résolution 194 des Nations Unies et la création d’un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale.

L’Autorité palestinienne a accusé les EAU de violer les termes de l’Initiative de paix arabe en acceptant de normaliser les relations avec Israël en échange de rien.

Immédiatement après l’annonce de l’accord Israël-EAU, l’Autorité palestinienne a appelé à une réunion d’urgence des ministres arabes des Affaires étrangères pour discuter des «dangers» de l’accord de normalisation et pour empêcher d’autres pays arabes d’établir des relations avec Israël. L’AP a accusé à plusieurs reprises les Émirats arabes unis de «poignarder les Palestiniens dans le dos» et de «trahir la mosquée al-Aqsa, Jérusalem et la question palestinienne».

La Ligue arabe, cependant, n’a pas répondu à la demande de l’Autorité palestinienne et a déclaré que les ministres des Affaires étrangères tiendraient leur réunion régulière le 9 septembre.

Selon certains rapports, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, était à l’origine de la décision de ne pas tenir de réunion d’urgence des ministres des Affaires étrangères en raison des différends actuels dans le monde arabe concernant la question de la normalisation avec Israël.

L’AP espère que les ministres des Affaires étrangères approuveront le projet de résolution palestinien et réitéreront le soutien indéfectible du monde arabe à l’établissement d’un État palestinien indépendant et souverain basé sur les lignes d’avant 1967.

« Bahreïn et les Émirats arabes unis tentent de faire obstruction à notre projet de résolution », a déclaré un haut responsable de l’AP au Jerusalem Post. «Les deux pays sont opposés à toute résolution qui s’oppose à la normalisation avec Israël.»

Bassam Salhi, membre du Comité exécutif de l’OLP, a appelé les pays arabes à respecter les termes de l’Initiative de paix arabe. Ceux qui s’opposent au projet de résolution «poignardent les Palestiniens dans le dos», a-t-il dit.

Hussein Hamayel, un membre éminent de la faction au pouvoir du Fatah, a déclaré que l’opposition de Bahreïn au projet de résolution «le place du côté des ennemis des Arabes et des musulmans».

Certains États du Golfe exercent des pressions sur les pays arabes pour qu’ils évitent d’adopter une résolution condamnant les EAU pour leur accord avec Israël, a déclaré un autre responsable de l’AP.

«Dans les circonstances actuelles, je doute que les ministres des Affaires étrangères puissent s’entendre sur une déclaration commune concernant la question palestinienne», a déclaré le responsable au Post.

L’AP souhaite également que les ministres arabes des Affaires étrangères discutent de l’aide financière aux Palestiniens, a-t-il déclaré, ajoutant: « Les pays arabes n’ont pas rempli leurs obligations financières envers les Palestiniens depuis le début de cette année. »

Outre la question palestinienne, les ministres des Affaires étrangères discuteront également des «interventions turques et iraniennes dans les affaires intérieures des pays arabes», a déclaré le sous-secrétaire général de la Ligue arabe Hossam Zaki.

2 Commentaires

  1. bla bla bla …. La JUDEE SAMARIE millénaire ne deviendra jamais un ETAT Islamique ! ni Nazareth , ni TEL AVIV , ni Haïfa , ni Eilat et j’en passe !!! c’est déjà bien malheureux que GAZA le soit !!
    Et si les pays arabes restent dans leurs ténèbres , tant pis , ils se réveilleront dans l’après pétrole !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.