Le droit de la guerre permet à Israël de détruire le Hamas

10
2476

Le droit de la guerre permet à Israël de détruire le Hamas

Par DAVID FRENCH

6 mai 2019 14h30

Des Israéliens se mettent à l’abri lorsqu’une sirène sonne pour avertir de l’arrivée de roquettes depuis Gaza, dans la ville d’Ashkelon, dans le sud d’Israël, le 5 mai 2019. (Amir Cohen / Reuters)

Les normes à deux vitesses imposées à Tsahal sont un autre symptôme de l’antisémitisme international.

En ce moment, une trêve fragile se maintient dans le sud d’Israël . Après que le Hamas a lancé 600 missiles sur des cibles civiles israéliennes samedi et dimanche, poussant Israël à attaquer des centaines de cibles à Gaza, les sirènes de bombardements venus des airs se sont tues, pour le moment.

Mais au cours du week-end, lorsque les roquettes sont tombées, nous avons vu ressortir tous les vieux arguments contre les actes de légitime défense d’Israël. Les raids aériens étaient «disproportionnés», nous a-t-on dit. Il y avait des arguments à propos de victimes civiles individuelles, comme si cela risquait de discréditer Israël si ses frappes de précision tuaient plus d’une poignée de non-combattants. Certes, les efforts du Hamas pour tuer autant de civils que possible ont été condamnés, mais une fois de plus, trop de voix se sont levées à gauche, exigeant que la nation attaquée – la nation défendant ses écoles, ses hôpitaux et ses maisons un barrage aveugle à la roquette – fasse preuve de retenue.

Il est toutefois important d’être très clair sur les obligations légales d’Israël. En ce qui concerne le Hamas, Israël choisit la “retenue” – une décision qu’il peut prendre pour des raisons tactiques et stratégiques. Le droit de la guerre actuel autoriserait Israël à envahir Gaza, à détruire complètement le Hamas et à occuper la ville de Gaza jusqu’à ce que la sécurité d’Israël soit assurée, même si Gaza brûlait au cours du combat.

Décomposons cela le plus simplement possible. Premièrement, tirer 600 roquettes sur des cibles civiles dans un pays voisin est un acte de guerre. C’est une attaque armée par un État contre un État-nation et, en tant que telle, elle confère à l’État-nation l’autorité en vertu du droit international des conflits armés, non seulement pour neutraliser les ressources militaires spécifiques utilisées pour le mener à bien, mais pour détruire ceux qui ont porté le fer en dehors de leur juridiction.

Par exemple, lorsque les Japonais ont attaqué Pearl Harbor, les États-Unis avaient le droit non seulement de couler la flotte japonaise, mais également de vaincre l’armée japonaise, d’envahir son territoire souverain et de renverser son gouvernement. La menace pour les États-Unis ne provenait pas uniquement des forces armées japonaises (qui pourraient être reconstruites après la défaite), mais également du gouvernement qui a construit cette armée et lui a donné le pouvoir d’attaquer l’Amérique. De même, lorsque les États-Unis et leurs alliés ont lancé leur guerre contre le califat de Daesh, ils avaient le droit, non seulement, de détruire les ressources militaires de l’Etat islamique, mais également de s’emparer de son territoire. Ils avaient le droit de se battre de maison en maison à Mossoul, Raqqa et ailleurs pour éliminer non seulement la capacité de l’Etat islamique de se battre, mais également sa capacité de gouverner.

Deuxièmement, une armée terroriste ne peut pas se protéger légalement de la destruction en se mêlant aux populations civiles, en se battant contre des structures civiles ou en utilisant des civils comme boucliers humains. Comme le stipule le Manuel de droit de la guerre du ministère de la Défense , le principe de distinction «enjoint au parti qui contrôle la population de tout mettre en œuvre pour distinguer ou séparer au maximum ses forces militaires et ses activités de guerre des membres de la population civile afin de minimiser, autant que possible, les pertes civiles et les dommages causés à des biens appartenant à des civils à la suite d’attaques à des fins militaires. “

Cela signifie :  séparer physiquement les installations militaires et civiles. Cela signifie utiliser des uniformes, des marques distinctives et d’autres mesures pour s’assurer que les forces militaires et les civils sont clairement «distingués visuellement les uns des autres». Et cela signifie qu’il faut s’abstenir d’utiliser «des personnes et des objets protégés» – des civils ou des structures civiles – «pour protéger des objectifs militaires. “

Le Hamas enfreint chacun de ces commandements. Il utilise des installations civiles à des fins militaires, tente de se fondre dans la population civile et utilise des civils comme boucliers humains. Ceci est crucial – en vertu du droit de la guerre, rien de tout cela ne limite en aucune manière le droit d’Israël à se défendre. Tant qu’Israël se conforme autrement au droit de la guerre, les responsabilités civiles du civil et des civils qui en résulteront sont la responsabilité morale et juridique du Hamas. C’est si simple.

Pensez-y selon la formulation qui suit : les nations ont le droit de se défendre et ce droit de légitime défense n’est pas abrogé lorsqu’un adversaire se bat de manière sale, au contraire. Si une armée tentait de pénétrer dans Philadelphie derrière un mur de femmes et d’enfants, les citoyens de Philadelphie n’auraient pas à se rendre, si combattre signifiait devoir tuer ces boucliers humains. Au lieu de cela, ils pourraient riposter et ensuite organiser des procès pour crimes de guerre contre les assaillants pour les morts civiles des deux côtés.

Le déséquilibre de pouvoir entre Israël et le Hamas ne lie pas non plus les mains d’Israël. La nation la plus puissante a le droit d’utiliser son pouvoir pour gagner. Il n’a pas à se battre avec une main attachée dans le dos. Chaque fois qu’Israël répond au Hamas, vous voyez beaucoup d’utilisation abusive du terme «proportionnalité», comme s’il y avait quelque chose de fondamentalement faux dans l’utilisation d’armes plus puissantes pour détruire un ennemi moins puissant. Il n’y en a pas. En droit de la guerre, la «proportionnalité» ne signifie pas répondre avec une force similaire. Cela signifie éviter les attaques lorsque le préjudice escompté «accessoire à l’attaque» serait «excessif par rapport à l’avantage militaire attendu.» Pour prendre un exemple, si vous savez qu’un tireur d’élite se trouve dans un bâtiment et que vous pouvez détruire le bâtiment sans détruire le bloc de la ville, alors vous utilisez la force contre le bâtiment, pas le bloc entier.

Rien dans ce principe n’accorde l’immunité aux forces armées hostiles. Le droit de vaincre la force hostile demeure ; la riposte doit simplement être mise en place avec une économie de force conforme aux impératifs de la nécessité militaire.

À quoi cela ressemble-t-il lorsqu’une force terroriste hostile s’immisce au sein d’une population civile, se déguise en civil et se bat contre des bâtiments civils? La bataille de Mossoul qui vient de s’achever est instructive. Là-bas, les forces américaines ont combattu aux côtés de leurs alliés irakiens et ont éradiqué l’Etat islamique au cœur de l’une des plus grandes villes d’Irak. Ici ( tiré du New York Times ), ce n’est qu’une vue avant-après de la dévastation du centre-ville. Tout d’abord, voici le quartier de l’hôtel Mossoul en novembre 2015 :

Et voici le même quartier en juillet 2017:

Cette dévastation relève entièrement de la responsabilité morale et juridique de Daesh. Daesh a occupé Mossoul. Daesh a combattu depuis des espaces civils. Daesh a mené un combat futile de bloc en bloc et de maison en maison. Je pourrais vous montrer des scènes similaires de dévastation avant et après les combats américains dans des villes telles que Fallujah, Najaf et Raqqa. C’est ce que le Hamas recherche de la part d’Israël, et Israël serait entièrement dans son bon droit de lui rendre ce service, s’il choisissait de le faire.

Mais plutôt que de reconnaître cette réalité juridique, la communauté internationale soumet Israël à un régime de normes à deux vitesses, qui sont aussi antisémites que distinctes de celles imposées à quelque autre Etat au monde que ce soit.

Premièrement, les attaques contre la population civile sont rationalisées et justifiées dans une mesure sans précédent. Il y a encore trop de gens qui voient dans le Hamas des combattants héroïques de la liberté, confrontés à de terribles oppresseurs, plutôt que des terroristes pervers aux objectifs génocidaires.

63

Deuxièmement, le monde impose à Israël un niveau de retenue militaire qui ne s’applique à aucune autre force militaire sur la planète. Si Israël même avait utilisé les règles américaines  d’engagement ou appliqué la doctrine militaire américaine, la dévastation à Gaza serait dans des ordres de grandeur plus vastes que tout ce que nous avons encore vu jusqu’à présent. Les administrations Bush, Obama et Trump ont été beaucoup plus agressives et “cinétiques” qu’Israël dans notre réponse au terrorisme. Nous avons détruit des territoires beaucoup plus urbains et nous avons infligé beaucoup plus de victimes civiles. Pourtant, à quelques exceptions près, nous l’avons fait en respectant des règles d’engagement auto-imposées plus strictes que le droit de la guerre.

Il est temps de changer les termes du débat international. Il est temps que la communauté mondiale cesse d’imposer ces deux poids deux mesures à Israël et commence à respecter les exigences du droit international : tenir le Hamas pour responsable des ravages causés par les réactions juridiques, nécessaires et appropriées d’Israël aux provocations de ce dernier. Ce n’est qu’alors que le Hamas saura que s’il sème le vent, il peut véritablement profiter du tourbillon et qu’il ne sera pas aidé par de puissants amis internationaux.

DAVID FRENCH est rédacteur principal à National Review, membre principal du National Review Institute et ancien combattant de l’opération Iraqi Freedom. @davidafrench

nationalreview.com

10 COMMENTS

  1. Il faut utiliser ce droit alors que le président des états unis est favorable à Israel, cela risque d’etre très long avant qu’une telle occasion ne se représente. D’autant que d’années en années, l’ONU est noyauté par des bien pensants de gauche à tendances musulmanes, qui condamneront de plus en plus Israel pour ses actions de légitime défense. Et l’Iran aura bientôt l’arme atomique…Il faut parfois prendre des risques pour éviter le pire!

  2. Que nenni de cette communauté internationale antijuive et anti-israelienne, Israel devra se défendre en rentrant dans Gaza et éradiquer le Mal Hammassien suivant la méthode d’Attila, quitte à faire un Hamassicide.
    Et Israel sera en PAIX pour des centaines d’années.

  3. De plus, les américains ne craignaient pas pour leur existence.
    Il faut rajouter à ce raisonnement les déclarations de tous les dirigeants non seulement du Hamas mais de l’Autorité Palestinienne et toutes les factions officielles ou officieuses de rayer Israël de la carte.
    Et cette menace de supprimer Israël est affirmée depuis 71 ans, depuis la renaissance d’Israël.
    Leur but est génocidaire.
    Ce qui permet encore plus à Israël de défendre son existence niée par tous les pays autour d’elle.

  4. Comme toujours pour tout ce qui concerne Israël, il y a cette nécessité de justifier de ce qui est évident partout ailleurs. Les yeux des Nations de toutes façons ne verront que ce qu’ils veulent voir, un Etat coupable d’exister. Autant montrer les dents.

  5. Cette locution de “droit de la guerre” est curieuse. Si elle est évoquée là, c’est que, nécessairement, un état ou une entité n’entend pas respecter le droit international et aura choisi le “droit” des armes pour régler le “different”, idéologique, territorial, religieux etc sans utiliser les règles du dit droit.
    Et donc en quoi, hors-la-loi, serait-il soumis aux règles d’un droit guerrier ?
    De plus, quelles règles sont en jeux quand un belligérant vise le génocide pur et simple de son ennemi ?
    En fait, la question est de savoir si, comme pour la guerre du Kipour, Ysraël est prêt à consentir à des dévastation et un “certain nombre de victimes” avant de contre-attaquer, ou anticiper, au risque de (très) nombreuses victimes en face et de destruction de type Dresde.
    C’est ce dernier scenario qui doit être prôné et avancé devant l’ONU, afin que tous prennent leurs responsabilités, et qu’il n’y ait point de consensus international antiYsraelien, alors que les armes sont encore dans leurs ecrins. Il est absolument clair que la densité urbaine, et le peu de repli dans le territoire israélien interdit toute attente ni hésitations devant la folie fanatique qui s’agite face à la Terre Sainte.
    Dieu surveille.

    • Faut-il préciser que ce raisonnement concerne non seulement le hamas, mais tous les mouvements et États dont la préoccupation principale et d’effacer, comme l’eût dit Merenptah il y a 42 siècles, la “trace” d’Ysraël.
      Nous sommes toujours là…

  6. Cet exposé concernant les droits et capacités des antagonistes en cas de conflits, ne limite absolument pas la manière de Tsahal de se défendre ou de porter un coup décisif chez l’ennemi. C’est incompréhensible de constater jusqu’à présent, LA RETENUE mortifère de Tsahal, au détriment de nos concitoyens. Il en résulte que dans ce pays, on préfère sacrifier nos enfants en lieu et place de ceux des ennemis. C’est lamentable.

  7. A la guerre, plus la réponse est puissante, plus la guerre est courte et le nombre des victimes réduit.
    Merci aux ames bien pensantes de penser à la vie des membres des organisations terroristes, cela prolonge le conflit et donc les souffrances du pseudo peuple qu’elles prétendent défendre.

    • Vos dires sont vérifiés pour la guerre des 6 jours, qui aurait pu s’éterniser avec beaucoup plus de morts si la puissance et la rapidité n’avaient été au rendez vous.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.