Les relations d’Israël avec la Grèce et Chypre sont un atout considérable qui rapproche l’Etat juif de l’Europe dans plusieurs domaines, notamment sur les plans sécuritaire, commercial, et énergétique.

Ces trois pays sont des démocraties agissant dans une région turbulente où la majorité des régimes sont instables et non démocratiques.

Ce nouvel axe est sans doute un facteur considérable qui favorise pleinement la coopération entre ces trois Etats. Soulignons qu’Athènes a permis à des avions de chasse israéliens de survoler l’espace aérien grec, et, depuis 2014, un attaché militaire israélien est en poste au siège de l’ambassade d’Israël.

Il s’agit d’un tournant de la politique étrangère de la Grèce qui avait dans le passé des relations à sens unique avec le monde arabe, laissant Israël complètement hors-jeu. Les bonnes relations aujourd’hui entre Israël et la Grèce ont même permis aux forces de la marine et de l’aviation de mener des opérations et des manœuvres conjointes.

Hélicoptères israélien (à gauche) et grec dans des manoeuvres communes en 2014

Récemment, Israël a exprimé sa profonde gratitude à ces deux pays pour l’envoi de Canadairs. Ils furent utilisés pour lutter contre les incendies de forêts qui ont frappé le pays.

Plus encore, la Grèce, Israël, et Chypre ont décidé de construire un pipeline à partir des gisements de gaz offshore, situés au large du littoral israélien. Les trois pays pourront ainsi garantir à long terme une indépendance énergétique et réduire au minimum la dépendance de l’Europe au gaz russe.

Cette coopération importante entre ces trois pays renforce la stabilité et la sécurité de la région. Depuis le chaos irréversible provoqué par le Printemps arabe, et à la lumière des bouleversements géopolitiques en cours, la coopération entre la Grèce, Chypre et Israël est donc un facteur essentiel de stabilité en Méditerranée, entre le Moyen-Orient et l’Europe.

Exercice israélo-gréco-chypriote contre les incendies, en avril 2016

Soulignons qu’à l’heure actuelle, la Grèce est confrontée à un afflux de réfugiés fuyant la guerre en Syrie et en Irak. La riche expérience d’Israël notamment dans le combat contre l’incitation à la haine et le terrorisme favorise les mesures à prendre pour lutter contre la radicalisation et assurer la sécurité dans le pays.

George Voskopoulos

L’axe Israël-Grèce-Chypre

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.