L’assassin engagé par l’Iran avait reçu l’ordre spécifique de « trancher la gorge » d’un homme d’affaires israélien en Géorgie

Le terroriste pakistanais Amir Khan, engagé par l’Iran dans une tentative ratée de tuer un homme d’affaires israélien en Géorgie au début du mois, avait reçu pour instruction de le faire en lui « tranchant la gorge ».

Selon le témoignage donné après l’arrestation de Khan par les autorités géorgiennes, il a refusé d’accéder à cette demande et a exigé une arme à la place, a rapporté Walla News citant les médias géorgiens.

« J’ai eu deux occasions de le faire… mais je lui ai dit que je ne pouvais pas tuer une personne avec un couteau, et il m’a obtenu une arme », a déclaré l’assassin à propos de son contact, un homme de 45 ans connu uniquement sous le nom de Sufian.

Peu après son entrée en Géorgie, Sufian a recruté Khan dans la Force Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), chargée d’effectuer des opérations terroristes contre des cibles israéliennes et occidentales à l’étranger.

Le service de sécurité de l’État géorgien a annoncé mardi après-midi qu’il avait découvert une cellule terroriste iranienne effectuant des opérations dans le pays et qui projetait d’assassiner un ressortissant israélien.

Une femme a également été arrêtée en même temps que Khan, ainsi que deux traducteurs iraniens.

« Avant d’arriver en Géorgie, le citoyen pakistanais a reçu les instructions nécessaires et a reçu des informations sur l’objet du meurtre », a déclaré le service de sécurité de l’État, en faisant référence à Khan.

« Plus tard, la personne mentionnée est arrivée en Géorgie par le biais d’un pays tiers, où elle a été accueillie dans un appartement loué et a reçu les moyens de connexion au complot. »

Khan a suivi l’Israélien désigné par la cellule, tandis que d’autres personnes liées au groupe lui ont fourni des armes à feu et des munitions, qui étaient stockées dans plusieurs caches. Khan a admis par la suite qu’il s’était envolé de Dubaï et qu’il était entré facilement sur le sol géorgien.

La police a confisqué les armes, ainsi que des téléphones et d’autres équipements. Les autorités géorgiennes affirment qu’elles s’efforcent toujours d’identifier et de localiser d’autres suspects associés à la cellule.

Au cours de l’interrogatoire, Khan a révélé qu’il connaissait très bien le protocole de sécurité entourant sa cible, Itzik Moshe, le chef du groupe de défense « Beit Israël ».

Khan avait conclu un accord pour libérer des amis emprisonnés en Iran en échange du meurtre. On lui a dit qu’il avait jusqu’au 7 novembre pour réaliser l’assassinat.

Moshe a déclaré à Walla News qu’il avait appris le complot contre sa vie par le président israélien Isaac Herzog, et a déclaré qu’il pensait que l’attaque faisait partie d’un complot visant à saper une conférence sur l’antisémitisme qu’il était chargé d’organiser.

« Le fait est qu’il a fixé la date du 7 novembre pour terminer la tâche, qui était le jour de l’ouverture de la conférence », a déclaré Moshe à Walla.

En juillet, une cellule terroriste iranienne effectuant des opérations à partir de la Turquie a été démantelée après que la police locale ait déjoué un complot d’enlèvement et de meurtre d’Israéliens.

Le Conseil national de sécurité israélien a mis en garde contre les efforts de l’Iran pour mener une attaque de représailles contre des cibles israéliennes après l’assassinat du commandant adjoint d’une unité d’élite du Corps des gardiens de la révolution islamique, Hassan Sayyad Khodaei, que l’Iran a imputé à Israël. Khodaei planifiait des attaques contre des Israéliens.

En plus de Khodaei, trois autres responsables iraniens sont morts dans des circonstances mystérieuses en Iran en l’espace d’un mois.

Source : israel247.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.