This picture released on April 2, 2014 shows a crashed drone found on March 24, 2014 in Paju, north of Seoul. South Korea said it had recovered an unidentified drone that crashed on one of its border islands the same day that North and South Korea exchanged artillery fire across their disputed maritime boundary. Yonhap said the shape and size of the drone found on Baengnyeong island was similar to that recovered last month near the northern city of Paju, close to the land border with North Korea. AFP PHOTO / South Korean Defence Ministry ---- EDITORS NOTE ---- RESTRICTED TO EDITORIAL USE MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / South Korean Defence Ministry" NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS (Photo by South Korean Defence Ministry / SOUTH KOREAN DEFENCE MINISTRY / AFP)

Drones nord-coréens: Séoul veut renforcer ses capacités de réponse

Le président sud-coréen à Séoul, le 28 novembre 2022.

Le président sud-coréen à Séoul, le 28 novembre 2022. DAEWOUNG KIM / REUTERS

Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a affirmé jeudi 29 décembre que son pays devait renforcer sa capacité à réagir aux incursions aériennes après l’échec de Séoul lundi à abattre cinq drones nord-coréens ayant franchi sa frontière.

Cette incursion de drones, dont l’un a volé près de la capitale sud-coréenne, a conduit l’armée de Séoul à déployer des avions de chasse et des hélicoptères d’attaque. Malgré cinq heures d’opération, les militaires ne sont pas parvenus à abattre les drones nord-coréens, ce qui a suscité de nombreuses critiques et les excuses de l’armée.

Accident «intolérable»

Yoon Suk-yeol a déclaré jeudi que l’incident était «intolérable», ajoutant que Séoul devait s’assurer que Pyongyang «réalise que les provocations sont toujours suivies de conséquences sévères». «Pour que nous puissions parvenir à la paix, nous devons effectuer des préparatifs de guerre largement supérieurs», a-t-il estimé lors d’une visite à l’Agence publique pour le développement de la défense.

«Le système de réponse global contre tous les objets volants envahissant notre espace aérien, en plus des drones, doit être réexaminé pour pallier rapidement les déficiences.» En début de semaine, Yoon Suk-yeol a critiqué la gestion de l’incident par l’armée, ordonnant l’accélération d’un plan visant à créer une unité de drones qui comprendrait des engins furtifs avancés afin de surveiller les principales installations militaires de Pyongyang.

L’état-major interarmées sud-coréen a affirmé jeudi qu’il organiserait des exercices portant sur les drones. Cette incursion dans l’espace aérien sud-coréen, la première en cinq ans, est intervenue après une série d’essais d’armement de Pyongyang effectués en dépit de sanctions internationales. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a affirmé cette année vouloir que son pays détienne la force nucléaire la plus puissante du monde et a qualifié d’«irréversible» son statut de détenteur de l’arme nucléaire.

Mais les armes atomiques nord-coréennes ne changeront pas les réponses de Séoul aux futures provocations de Pyongyang, a affirmé Yoon Suk-yeol. «Indépendamment du fait que l’adversaire dispose d’armes nucléaires ou d’armes de destruction massive, nous devons adresser un message clair à ceux qui (se livrent à) des provocations.»

Par Le Figaro avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.