L’armée américaine procède à un retrait de matériel de Syrie

1
188

L’armée américaine procède à un retrait de matériel de Syrie

Quelque 2000 soldats américains, principalement des commandos, combattent en Syrie (archives). © KEYSTONE/AP/HUSSEIN MALLA
Quelque 2000 soldats américains, principalement des commandos, combattent en Syrie (archives). © KEYSTONE/AP/HUSSEIN MALLA

11.01.2019

L’armée américaine a commencé à procéder à un retrait de matériel de Syrie, a confirmé jeudi un responsable américain de la défense. Le calendrier du retour des quelque 2000 soldats déployés en Syrie promis par le président américain Donald Trump reste cependant flou.

“Je peux confirmer le déplacement de matériel de Syrie. Pour des raisons de sécurité, je ne vais pas donner davantage de détails pour l’instant”, a indiqué ce responsable. CNN avait initialement révélé ce retrait de matériel.

L’annonce en décembre par le président américain d’un retrait immédiat et complet des quelque 2000 soldats en Syrie combattant l’Etat islamique (EI) avait pris de court les alliés de Washington et suscité leur inquiétude. Mais, depuis, le gouvernement américain a multiplié les messages pour gommer l’impression initiale de départ précipité donnée par M. Trump.

Rétropédalage

Dimanche, le conseiller pour la sécurité nationale de la Maison-Blanche, John Bolton, a affirmé à Jérusalem que le départ américain de Syrie devait se faire de telle sorte que la défense d’Israël et “d’autres amis” des Etats-Unis dans la région soit “absolument assurée”.

“Le président Trump a pris la décision de retirer nos troupes. Nous allons le faire”, a indiqué jeudi le chef de la diplomatie Mike Pompeo, se gardant toutefois de mentionner un calendrier.

Au fil des jours, Washington a procédé à un rétropédalage en fixant des conditions loin d’être réunies pour un départ de Syrie : une défaite définitive de l’EI et l’assurance que les combattants kurdes ayant lutté contre les djihadistes aux côtés des Américains seront protégés de l’hégémonie ottomane qui a couvé Daesh.

ATS, AFP

laliberte.ch

1 COMMENT

  1. L’AFP ne pouvait pas ne pas profiter de l’occasion pour lancer une nouvelle charge contre Trump, qualifiant l’evolution de son action de “retropedalage”. Cette expression vulgaire, bien digne de l’AFP, doit nous rappeler, si l’on veut s’abaisser a un style de niveau comparable, que “seuls les imbeciles ne changent jamais d’avis”. L’AFP ne change jamais d’avis.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.