L’appel des intellectuels: l’arc républicain contre l’antisémitisme

TRIBUNE. Dans ce texte à l’initiative de Daniel Salvatore Schiffer, 27 intellectuels, dont Hassen Chalghoumi, Michel Onfray, Luc Ferry, Pascal Bruckner et Mona Ozouf appellent à « ne pas voter pour ce mensonger, fallacieux et pseudo “Nouveau Front populaire” ».

Par Daniel Salvatore Schiffer

Un appel d’intellectuels exhortant à ne pas voter pour ce mensonger, fallacieux et pseudo « Nouveau Front populaire ».

L’heure est grave ! La situation, dangereuse ! Une nébuleuse politico-idéologique s’étant frauduleusement approprié, sans vergogne, le beau nom de « Nouveau Front populaire » (NFP), dévoyant ainsi, par les accents résolument antisémites de certaines de ses composantes, la glorieuse histoire de l’authentique Front populaire, est aux portes du pouvoir, si nous ne nous y opposons pas avec détermination lors des élections législatives de ces 30 juin et 7 juillet 2024, en France, berceau des Lumières et patrie de la Déclaration des droits de l’Homme.

Cet antisémitisme caractérisé s’est notamment manifesté, parfois avec virulence, dans des partis, sur l’échiquier politico-idéologique situé à l’extrême gauche, tels que La France insoumise (LFI) et le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), qui, lors de l’abominable pogrom de nature génocidaire que les terroristes du Hamas perpétrèrent le 7 octobre dernier à l’encontre des Juifs d’Israël, n’ont jamais condamné ouvertement ce sanguinaire massacre, le réputant même, pour le justifier, l’expression d’un « mouvement de résistance palestinienne contre l’occupation israélienne ». Pis : certains de ces irresponsables dirigeants, au soir même de cet ignoble crime d’une ampleur inédite depuis l’Holocauste, s’en réjouirent, toute honte bue, publiquement.

Ont-ils donc oublié, ces ennemis déclarés d’Israël, suppôts d’un antisionisme qui ne fait que masquer leur antisémitisme foncier, et qui n’en sont pas non plus à une contradiction ni surtout à une ignorance près, que l’illustre fondateur, dans l’entre-deux-guerres (1935-1938), de l’historique Front populaire, Léon Blum en personne, fut aussi l’une des grandes consciences juives de son temps, déporté par les nazis dans le camp de concentration de Buchenwald, et donc fervent défenseur, sous l’impulsion de son fidèle ami Chaim Weizmann, de la création, en 1948, de l’État d’Israël (dont ce même Weizmann fut précisément, dès 1949, le premier président, avec, comme Premier ministre l’immense figure sioniste, père tutélaire de cette mère patrie, de David Ben Gourion lui-même) ?

Ainsi, nous, signataires de la présente pétition, hommes et femmes de bonne volonté, intellectuels authentiquement républicains, de gauche comme de droite (si tant est que ce clivage ait encore quelque pertinence conceptuelle face à l’urgence de ce combat), profondément attachés à ces principes universels et valeurs morales que sont la tolérance et la laïcité, la liberté et la fraternité – l’humanisme, en un mot –, en appelons, afin de sauver notre chère République de cette nouvelle peste rouge-brune, à ne pas voter pour ce mensonger, fallacieux et pseudo « Nouveau Front populaire », véritable imposture en d’aussi tragiques circonstances, et à l’aune même du sens de l’Histoire, politico-idéologique.

Seule notre conscience philosophique et morale, nantie ici de l’inaliénable force d’un impératif catégorique en sa plus haute et noble expression, nous le dicte en ces heures critiques, en dehors de tout esprit partisan ou choix manichéen, contre tout intérêt particulier et pour le bien général.

Jamais nous ne pactiserons avec des antisémites, ni racistes d’aucune sorte !

Jamais nous ne nous allierons avec des pro-Hamas, sanguinaires complices du terrorisme islamiste, ni des anti-Israël, seule véritable démocratie en cette région particulièrement instable du monde, et où de trop nombreux pays, fanatiques théocraties d’un autre âge, pratiquent encore, y compris contre tout réel progrès pour la cause des femmes, l’obscurantiste charia.

Jamais nous ne trahirons notre conscience d’humanistes authentiquement démocrates, ni ne braderons lâchement nos idéaux pour de médiocres et vils calculs de basse cuisine électorale.

Nous laissons cette mortifère collaboration aux indignes professionnels de la compromission la plus infâme.

Oui : Notre honneur, vigilant et non négociable par-delà les nuances de notre propos – dont le refus de nous positionner aux deux extrêmes de l’échiquier idéologique –, se situe au-dessus de quelque opportunisme politique ou ambition personnelle que ce soit.

Ne laissons donc pas dévoyer, dénaturer ou détourner ainsi, de manière aussi éhontée, scandaleuse sur le plan politico-idéologique et malhonnête au niveau philosophico-éthique, la grande et belle histoire du Front Populaire tel que l’admirable Léon Blum, notoire pilier de la République alors que le pire des fascismes la menaçait dans son existence même, la conçut, socialement, à l’origine !

Il en va de l’avenir de notre démocratie, de notre culture comme de notre civilisation, au sein du concert des nations.

LES SIGNATAIRES
Daniel Salvatore Schiffer : philosophe, écrivain, professeur d’esthétique et de philosophie de l’art
Luc-Olivier d’Algange : écrivain
Marc Alpozzo : philosophe
Gaëlle Atlan-Akerman : journaliste
Marie-Jo Bonnet : historienne, féministe
Pascal Bruckner : philosophe
Hassen Chalghoumi: président de la Conférence des Imams de France
Victoria Cohen : psychanalyste
Emmanuel Dupuy : essayiste, président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE)
Luc Ferry : philosophe, ancien ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse
Renée Fregosi : philosophe, politologue
Antoine Gallimard : président des Éditions Gallimard
Dominique Itzkovitch : psychanalyste
François Kasbi : écrivain
Bernard Kouchner : fondateur de « Médecins sans Frontières » et de « Médecins du monde », ancien ministre de l’Action humanitaire et des Affaires étrangères
Nathalie Krikorian-Duronsoy : historienne, philosophe politique
Bérénice Levet : philosophe
Éric Naulleau : écrivain
Michel Onfray : philosophe, directeur de la revue Front Populaire
Mona Ozouf : historienne
Sabine Prokhoris : philosophe, psychanalyste
Robert Redeker : philosophe
Pierre-Yves Rougeyron : essayiste, politologue, président du « Cercle Aristote »
Boualem Sansal : écrivain
Jean-Loup Seban : poète, médaille d’or de la Renaissance française, Grand Prix de Poésie de la Société des poètes français (SPF)
Pierre-André Taguieff : philosophe, historien des idées, politiste, CNRS
Alain Vircondelet : écrivain, universitaire
Olivier Weber : écrivain
Jean-Claude Zylberstein : avocat, éditeur, écrivain

JForum.fr avec  www.lepoint.fr/

Un appel d'intellectuels exhortant à ne pas voter pour ce mensonger, fallacieux et pseudo « Nouveau Front populaire ».

Un appel d’intellectuels exhortant à ne pas voter pour ce mensonger, fallacieux et pseudo « Nouveau Front populaire ». © Stephane Mahe / REUTERS

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Asher Cohen

C’est de la propagande pour garder des Juifs en France. Ce pays n’est pas une république parce que les droits fondamentaux, précisés dans les eser devarim de notre Thora, n’y sont pas un absolu, et comme tant d’autres, j’ai assez de plaies et de bosses pour en témoigner. C’est un pays de ratés, haineux, où la première recherche est le pouvoir sur autrui avec pour loi fondamentale voles et arnaques qui tu peux. Comment un pays pourrait-il faire face à la compétition mondiale dans de telles conditions ? Quels que soient les résultats d’élections inutiles, la guerre civile arrive à grands pas, accélérée par l’effondrement économique attendu depuis 20 ans.

Cela fait plus de 20 ans que les Juifs ont progressivement ouvert les yeux, compris qu’ils avaient été piégés à vivre dans ce pays, et qu’ils doivent s’organiser pour partir. J’espère qu’ils sont prêts à dégager et à partir sans se retourner.