Menace ou présage d’ une volonté de compromis ? « La Turquie envisage d’acheter un deuxième système S-400 »

Dans une interview exclusive avec  CBS News, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que son gouvernement avait l’intention de continuer à acheter un autre système de missile antiaérien russe, malgré les avertissements répétés des États-Unis.

« J’ai tout expliqué au président Biden », a ajouté Erdogan, arguant que le refus de l’Amérique de vendre la Turquie au système Patriot a conduit son gouvernement à acheter le système russe, mais Washington a rejeté cette affirmation.

Il a expliqué que les États-Unis n’avaient pas fourni l’avion furtif F-35 malgré un paiement de 1,4 milliard de dollars. Ainsi a été exclue la Turquie, membre de l’OTAN, du programme F-35 et imposé des sanctions aux responsables de la sécurité après qu’Ankara ait acheté le système de défense antimissile S-400 de fabrication russe.

Les États-Unis s’opposent fermement à l’utilisation de systèmes russes au sein de l’OTAN, qui, selon eux, constituent une menace pour le F-35. La Turquie insiste sur le fait que le S-400 peut être utilisé indépendamment sans l’intégrer aux systèmes de l’OTAN, il n’y a donc aucun danger.

Les États-Unis ont également imposé des sanctions à la Turquie en 2020 pour son acquisition en vertu d’une loi de 2017 visant à repousser l’influence russe.

C’était la première fois que la loi, connue sous le nom d’ACSTA, était utilisée pour punir un allié des États-Unis.

Lorsqu’on lui a demandé si la Turquie achèterait plus de batteries de missiles S-400, Erdogan a répondu : « Bien sûr… bien sûr, oui. » « À l’avenir, personne ne pourra interférer avec nous et décider à notre place des systèmes de protection dont nous bénéficions, de quel pays et à quel niveau, personne ne pourra interférer avec cela. Nous sommes les seuls à prendre de telles décisions », a-t-il ajouté.

Cette question est l’un des nombreux points notables des relations turco-américaines qui incluent également le soutien américain aux combattants kurdes syriens que la Turquie considère comme des terroristes, et le maintien de la résidence d’un religieux musulman accusé d’avoir fomenté la tentative de coup d’État manqué contre le gouvernement Erdogan de 2016 aux Etats-Unis.

En fait dans sa récente déclaration, le président Erdogan souhaite affronter le président Biden après la « fuite » américaine d’Afghanistan, et estime qu’il est actuellement faible et qu’il pourrait être en mesure d’accepter Les diktats turcs, ou si sa déclaration implique simplement « envisager » d’acheter mais signaler qu’il est intéressé à mettre fin à cette affaire si seulement les États-Unis améliorent leurs conditions avec la Turquie. Même Erdogan est clair sur la supériorité technologique américaine sur les systèmes russes et il veut que son pays s’intègre dans le développement de ces technologies aux côtés des Américains.

Erdogan voit comment la livre turque s’effondre chaque jour, et il sait aussi qu’il y a une limite à la durée pendant laquelle le peuple turc acceptera que tout son argent « s’évapore» en raison des caprices d’un leader mégalomane.

מאיים או רומז על רצון להתפשר? "טורקיה שוקלת רכש מערכת S-400 שנייה"

 

Crédit photo : Réseaux Sociaux

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.