“Anéantis”, “une claque historique”, “une leçon d’humilité”: la presse française n’épargne pas les Bleus.

Champions du monde au tapis! Immenses favoris avant la compétition, renforcés sur le papier par le retour inattendu de Karim Benzema et victorieux du “groupe de la mort”, les Bleus ont brusquement pris la poussière à Bucarest, au bout d’un huitième totalement indécis contre la Suisse. La France nourrira d’immenses regrets et beaucoup d’incompréhension. Eteints pendant 55 minutes, flamboyants pendant les 25 suivantes, méconnaissables ensuite, les Français sont passés par toutes les émotions. Mais c’est bien la tristesse et l’abattement qui demeurent au (huitième de) final. Un échec évidemment épinglé, parfois avec des mots durs, par la presse hexagonale.

L’Equipe: “Une sacrée claque”

“La France est championne du monde en titre, elle figurait évidemment parmi les favoris de l’épreuve, mais elle a pris une sacrée claque, ce lundi, et la porte avec, au terme d’un scénario de dingue face à la Suisse (…) Donnant le bâton pour se faire battre pendant près d’une heure face à une machine parfaitement huilée, les Bleus ont à un moment tout renversé, portés par la grâce retrouvée de plusieurs de leurs joueurs, avant de craquer, puis d’être emportés au terme d’une séance de tirs au but.”

“Avec un système flou, Didier Deschamps à rendu une partition illisible (…) Le sélectionneur s’est trompé de système de départ, avant de corriger. Si les individualités ont maintenu les Bleus dans le match, il a donné l’impression de ne rien maîtriser lors de cet Euro.”

Le Parisien: “Ils ont trouvé des forces pour continuer à se ridiculiser”

“Les hommes de Didier Deschamps ont quitté l’Euro, où ils ne laisseront pas beaucoup de traces. Ils menaient 3-1, il restait quinze minutes pas plus, mais ils ont trouvé des forces pour continuer à se ridiculiser. Le trio offensif que le monde nous envie avait enfin produit les étincelles espérées, mettant en avant un Karim Benzema superstar. Mais cette équipe de France a trop de lacunes, une défense de minimes pour s’échapper vers les quarts de finale, malgré trois buts inscrits”.  “Il s’agit d’un immense raté, d’une sortie par la petite porte, le même jour que l’autre finaliste de la Coupe du monde. La palme du plus gros gadin revient bien aux Bleus. La fin de l’histoire, ce n’était pas prévu comme ça, pas ici, pas face aux Suisses, pas après avoir mené 3-1. Rien n’allait vraiment et maintenant, c’est bien fini.”

Ouest-France: “Tombés de leur piédestal”

“Ils sont tombés de leur piédestal, au bout d’un 8e de finale devenu fou en deuxième période. Les champions du monde ont pris une leçon de vie et d’humilité par des petits Suisses plus dynamiques, plus solidaires, mieux organisés. Juste plus collectifs. Un comble, quand on connaissait l’ADN de cette équipe de France, sa soif de vaincre, sa dynamique de groupe, les ressorts qui la poussaient, ensemble, à toujours repousser l’échec jusqu’ici.”

“Il fallait que le trio Benzema – Mbappé – Griezmann joue ensemble et fonctionne ensemble. Le sélectionneur a tout fait pour les mettre dans les meilleures dispositions. Cela aurait pu marcher, si la défense n’avait pas été portée disparue. Où était passée la force arrière de Russie, argument n°1 de la réussite du mondial, ADN profond de la France à Deschamps ? Sans cela, sans victoire, que reste-t-il des Bleus version DD ? Dans le très haut niveau, aucune équipe, même la plus talentueuse offensivement, ne peut s’en sortir sans solidité défensive. »

20 Minutes: “Une claque historique”

“La claque est à la hauteur du scénario, dingue, violente, historique. Dans une Arena Nacional de Bucarest en lévitation, les autoproclamés grandissimes favoris de la compétition sont tombés de haut, de très, très haut, lundi soir, face à une équipe de Suisse qu’on n’oubliera pas de saluer, bien sûr.”  “De la bouillie, d’abord, après un premier acte ignoble dans un 3-5-2 qui risque de poursuivre Didier Deschamps pour l’éternité. Du sublime, ensuite, avec une équipe française retrouvée qui a renversé le match en deux minutes grâce à son trio magique et un doublé de Karim Benzema. La stupéfaction, aussi, avec un retour suisse qu’on n’aurait pas imaginé dans nos cauchemars les plus sales. L’horreur, enfin, avec une séance de péno perdue sur un coup de pied de Mbappé joliment détourné par l’iconique gardien de la Nati Yann Sommer.”

La Provence: “Mbappé, le ballon dort”

“Auteur d’un Euro particulièrement décevant, le numéro 10 des Bleus a raté son tir au but. Un échec qui élimine la France et marque le premier gros couac de sa jeune carrière (…) Il incarne le fiasco.” “Largement favoris du tournoi, les Bleus sortent la tête basse à l’image de leur prodige. Lequel rentre dans le rang et devra se reconstruire. Il arrive à un tournant de sa carrière. Celle-ci peut-elle décemment se poursuivre dans les rangs parisiens, où il stagne sportivement et prend de mauvaises habitudes aux côtés de Neymar? Il excellait à droite en 2018. Mais il ne peut y évoluer en équipe de France, où “DD” ne l’aligne plus qu’à gauche,  sous prétexte que c’est désormais son côté de prédilection au sein du club de la capitale. Un fiasco. On lui prédisait prochainement le Ballon d’Or, donc. Durant cet Euro, c’était plutôt “le ballon dort”. Exaspérant.”

7/7

2 Commentaires

  1. Disons qu’ils ont emporté le mondial en ayant été quelque peu aidés par les arbitres. Si chez les bleus les blancs peuvent se compter sur les doigts d’une main amputée de deux doigts, les Suisses ne sont pas en reste, leurs meilleurs joueurs sont Kossovars d’origine Albanaise. Shakiri, le meilleur, shaka qui s’est illustré contre la france, Fernandes, embollo, memehdi, ça fleur pas très bon l’Helvétie tout ça.

  2. Sérieux????
    Ca change quoi une défaite ou une victoire???
    Perso, avec une défaite, on n’entendra beaucoup moins parler de l’euro comme ça. Très bonne nouvelle au final.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.