La défection de Nasiri, étincelle des tensions US-Iran

0
7904

La chronologie des mouvements américains face à la menace iranienne

JE Dyer 16 mai 2019

 

Il y a beaucoup d’éléments en mouvement avec la récente dynamique de va-et-vient dans les tensions entre les États-Unis, les pays de la région et l’Iran. Sans essayer de procéder à un traitement complet, il est au moins éclairant de regarder quand certains de ces événements se sont produits et de les examiner dans l’ordre.

Les événements les plus récents, mercredi 15 mai, ont été l’annonce d’une importante exfiltration de personnel à l’ambassade des États-Unis à Bagdad – ainsi que d’un avertissement strict aux voyageurs concernant l’Irak – et de la décision des États-Unis de limiter tous les vols commerciaux restants entre les États-Unis et le Venezuela. Comme nous le verrons, cette dernière est probablement liée aux tensions actuelles avec l’Iran.

Le point de départ naturel des événements le plus pertinent de la chronologie serait la défection d’un officier général de haut rang du CGR, le brigadier général Ali Nasiri, en avril. Selon le Centre de recherche sur le crime organisé par l’État islamique d’Iran (ISICRC), dans un rapport daté du 22 avril, Nasiri a cherché refuge auprès d’une ambassade des États-Unis dans le golfe Persique dès le 12 ou 13 avril, à la suite d’un accrochage avec un représentant de l’ayatollah Khamenei, au sein de l’IRGC.

Nasiri commandait le bureau de protection de l’IRGC, qui assure la sécurité du régimeAvant de recevoir ce commandement en 2017, il commandait l’unité des gardes de Seyyed al-Shohada dans la province de Téhéran, le commandement chargé de la sécurité à Téhéran. C’est un transfuge de haut niveau, en d’autres termes. On connaît pas précisément type d’informations qu’il peut être en mesure de fournir, mais l’ISICRC dit ceci :

Nasiri se serait rendu auprès d’une ambassade américaine dans l’un des pays du golfe Persique, alors qu’il était en possession de documents stratégiques importants, demandant l’asile politique. Le Bureau de la protection des Gardiens de la révolution a été créé en 1984 pour superviser la sécurité de l’aviation et des vols (détournement et attentat à la bombe), ainsi que la protection des responsables du régime et du gouvernement, ainsi que des dignitaires étrangers en visite en Iran.

La nature des «documents stratégiques» peut être essentielle. Pendant ce temps, le lien de Nasiri avec l’aviation et la sécurité des vols est remarquable, compte tenu de l’évolution de la situation juste avant sa défection.

Le 8 avril 2019, comme indiqué au Centre pour les affaires publiques de Jérusalem, la compagnie iranienne Mahan Air a lancé des vols directs entre Téhéran et CaracasMahan Air est sous le coup de sanctions américaines pour son implication continue dans le transfert d’armes et de troupes paramilitaires en Syrie, entre autres points chauds au Moyen-Orient.

Dans un entretien avec Gesell Tobias de Vox Of America publié le 14 avril, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a exprimé sa grave préoccupation face au la la nouvelle liaison aérienne.

Il ne fait aucun doute que l’argent iranien reste investi en Amérique du Sud et est utilisé à des fins malveillantes, pour soutenir le Hezbollah, soutenir les organisations criminelles transnationales et soutenir les efforts des réseaux terroristes dans toute la région. Les États-Unis travaillent avec nos partenaires dans ce domaine pour éliminer ces réseaux, réduire ce risque. (Concernant le) CGR – Vous avez vu l’autre jour un vol aérien aller-retour de Téhéran à Caracas. C’est l’Iran qui intervient directement en Amérique du Sud. Ce n’est pas dans l’intérêt du peuple sud-américain et les États-Unis sont prêts. Nous voyons l’Iran pour ce qu’il est , le plus grand Etat sponsor du terrorisme dans le monde.C’est une menace mondiale, et nous sommes prêts à lutter contre ce régime, non seulement au Moyen-Orient, mais aussi en Amérique du Sud et partout où nous constatons que cette menace est présente.

L’auteur de JCPA, Michael Segall, fournit des détails supplémentaires sur la présence de l’Iran au Venezuela et dans d’autres pays d’Amérique latine. Emanuele Ottolenghi et John Hannah ont également rédigé un excellent rapport sur le sujet au Jewish Policy Center il y a quelques mois. Un élément clé de ces informations est que le Venezuela, en pleine crise, est une source importante de vulnérabilité des États-Unis face aux infiltrations frontalières et aux attaques asymétriques – du genre même auquel les hauts responsables iraniens émettent des avertissements et menaces obliques (sous-entendues) depuis des mois.

Encore une fois, on ne sait pas exactement à quel type de «documents stratégiques» le général Nasiri aurait eu accès. En tant que chef de la sécurité des hauts responsables du régime, toutefois, ses forces de sécurité auraient eu largement accès à leurs moyens, même si leur travail, ainsi que celui de Nasiri, n’impliquait pas la planification proprement dite de la stratégie et des opérations du régime. Il aurait pu s’évader en possession d’un matériel très instructif.

Je suis plutôt d’accord avec Michael Ledeen sur le fait que nous ne voulons pas exagérer l’impact de Nasiri sans en savoir plus. Mais le calendrier des événements reste intéressant.

Le 1er mai, les États-Unis ont mis fin aux dérogations de longue date accordées aux clients des exportations de pétrole iraniennes, une évolution non négligeable sur cette période.

Et comme indiqué précédemment, après la défection de Nasiri, le pétrolier iranien Happiness I a subi une perte totale de propulsion et de manoeuvre en mer Rouge le 30 avril 2019. Il s’agissait d’un incident étrange en soi, mais le 2 mai, un message est paru sur le site de réseau social Telegram, alléguant que le pétrolier avait été «touché», probablement par une roquette ou un missile, lorsque le navire mouillait dans les eaux de la Mer Rouge. L’Arabie saoudite a aidé le navire et l’a remorqué jusqu’à Djeddah.

C’est le lendemain, le 3 mai, que les services de renseignement américains auraient recueilli des informations sur l’Iran “mobilisant des groupes supplétifs en Irak et en Syrie pour attaquer les forces américaines”. (Voir ici pour plus d’informations sur les milices soutenues par l’Iran en Irak – et ici pour les menaces récentes.)

Les nouveaux rapports des services de renseignements ont été publiés l’après-midi du 3 mai, a déclaré Shanahan [secrétaire à la Défense par intérim, Patrick] au Congrès la semaine dernière.

(La relation de longue date entre Qassem Soleimani du CGRI et les milices irakiennes est bien connue.)

La décision de transférer le porte-avions USS Abraham Lincoln (CVN-72) récemment déployé dans la sphère de juridiction du CENTCOM a été annoncée peu de temps après (selon certains, à la suite d’un tuyau du Mossad).

Le 5 mai, M. Bolton a annoncé le premier de ses nouveaux déploiements dans le golfe Persique, notamment des bombardiers et un porte-avions.

Deux jours plus tard, le 7 mai, un porte-parole du CENTCOM a évoqué ces informations du 3 mai dans une conférence de presse. Selon CNN, d’autres sources du Pentagone ont également parlé à des reporters de CNN d’un projet iranien de déplacer des missiles balistiques par voie maritime, probablement dans le but de les utiliser depuis une plate-forme maritime. Ce reportage séparé semble concerner la menace spécifique posée par les forces de substitution, détectée dans l’après-midi du 3 mai.

Le 8 mai, le gouvernement Trump a annoncé la dernière série de sanctions imposées à l’Iran, ce qui imposerait le plus grave poids au secteur des ressources minérales et des métaux en Iran, source essentielle de financement pour les programmes iraniens d’armement et d’ingérence étrangère.

C’est à la suite de ces événements que quatre pétroliers près du port émirati de Fujairah, dans le golfe d’Oman, ont été sabotés le 12 mai 2019. La nature des dommages n’était pas claire au départ, mais des reportages et des vidéos ont montré par la suite que chaque navire avait un trou relativement petit dans sa coque, près de la ligne de flottaison, ce qui (à mon avis) donnait l’impression qu’il avait peut-être été frappé par un explosif fourni par quelque chose se déplaçant à la surface ou juste sous la surface. À mon avis, un drone sous-marin aurait pu être utilisé pour déclencher un dispositif à commande explosive.

Un des quatre pétroliers ‘sabotés’ près de Fujairah, aux Émirats arabes unis, le 12 mai 2019. (L’Andrea Victory n’est pas l’un des deux pétroliers saoudiens. Le trou près de la ligne de flottaison est visible dans ce bouchon d’écran.) Vidéo de CBS News

Les États-Unis ont ensuite évalué que l’Iran était probablement à l’origine de cette attaque. Mardi 14 mai, les Saoudiens ont signalé des attaques de drones armés lancées depuis le Yémen sur l’oléoduc Est-Ouest qui relie Yanbu sur la mer Rouge à Ras Tanura dans le golfe Persique. Les Etats-Unis estiment également que l’Iran est à l’origine de ces attaques, qui auraient été menées par des Houthis soutenus par l’Iran dans le nord du Yémen.

La décision du 15 mai d’émettre un avertissement aux Américains en Irak et de réduire la présence du personnel à l’ambassade des États-Unis à Bagdad et au consulat à Erbil serait due à la menace d’attaques par procuration soutenues par l’Iran, dont le premier  signe liés à des renseignements spécifiques a été récupérée le 3 mai.

L’administration Trump a ordonné mercredi le retrait partiel de ses diplomates d’Irak, alors que Washington mettait en garde contre une menace accrue de la part de l’Iran et des milices chiites soutenues par Téhéran.

Le Washington Times cite des informations émanant de sources administratives selon lesquelles les milices irakiennes soutenues par l’Iran ont déplacé des roquettes à portée des bases depuis lesquelles les troupes américaines opèrent. Étant donné que les milices disposent de roquettes transportables qui pourraient être utilisées contre les forces américaines à tout moment sans avertissement préalable ou presque, le sens exact de ces informations n’est pas clair ; c’est-à-dire en quoi la nouvelle situation diffère de ce qui se passe depuis des mois. Il se peut que des missiles plus puissants et à plus longue portée aient été détectés en train d’être déplacés dans des secteurs de l’Irak. Le rapport TWT cite également Reuters, affirmant que les milices ont pris des positions plus menaçantes à proximité des forces américaines.

En tout état de cause, Mike Pompeo a informé les autorités irakiennes de cette inquiétude lors d’une escale non programmée à Bagdad le 7 mai, et a partagé ce qui semblait être le même fil de renseignements avec la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et le ministère des Affaires étrangères de l’UE le 13 mai, alors qu’il était en chemin vers la Russie.

Le 15, les États-Unis ont également suspendu tous les vols entre les États-Unis et le Venezuela. Les vols de passagers ont été arrêtés en mars, mais il n’y aura plus de vols de fret pour le moment. Même s’il est possible que cela soit uniquement lié aux événements survenus au Venezuela, il est plus probable, étant donné le moment choisi, que l’impulsion de cette initiative vienne au moins en partie du renseignement sur les menaces soutenues par l’Iran.

Implications supplémentaires

Trois commentaires supplémentaires. L’un : il y a un autre développement connexe au milieu de cette chronologie: la série extraordinaire d’attaques à la roquette contre Israël – environ 600 au total – lancées depuis Gaza les 4 et 5 mai. Cette attaque généralisée, montée par le Jihad Islamique Palestinien et le Hamas, a sans aucun doute été soutenue et incitée par l’Iran, et était très probablement une tentative pour générer un chaos régional plus large dans la semaine où les sanctions américaines ont été renforcées.

Les attaques contre Israël rappellent que l’Iran tentera d’élargir le risque opérationnel au-delà de l’enceinte des nations impliquées dans le commerce du pétrole autour du Golfe, et en particulier du détroit d’Ormuz.

Les attaques contre Israël appellent une remarque, disant que l’Iran pourrait bien tenter d’exercer des représailles ailleurs (comme le mentionnait Qassem Soleimani en 2018 dans son discours sur les «couches pour adultes»), y compris des attaques asymétriques directement contre les États-Unis. Le Venezuela étant un point de passage opérationnel pour de telles attaques, ce pays est devenu une préoccupation évidente. (Je n’oublierais pas non plus le potentiel du Nicaragua en tant que point de passage, d’autant plus qu’il est situé au nord de Darien Gap.)

Deuxièmement, les médias tirent grand profit du scepticisme de nos alliés européens au sujet des renseignements sur les menaces que Mike Pompeo leur a transmises (voir les liens ci-dessus). À cet égard, il convient de noter que certains d’entre eux ont néanmoins suspendu l’entraînement en coopération avec les forces irakiennes, ce qui laisse supposer qu’ils prennent plus ou moins les choses au sérieux.

La frégate espagnole Mendez Nunez a également été retirée de son déploiement avec le groupe de frappe Abraham Lincoln (qui se trouverait dans le golfe d’Oman, à l’extérieur du détroit d’Hormuz, à compter du 15 mai).

Voici l’essentiel à garder à l’esprit lorsque vous écoutez les alliés européens. Leur objectif stratégique est différent du nôtre. Ils sont du même côté que l’Iran : ils veulent maintenir le JCPOA («accord» nucléaire) en place, plutôt que de négocier un accord plus efficace qui empêcherait réellement l’Iran d’acquérir des armes nucléaires.

Les Européens veulent continuer à faire affaire avec l’Iran, au lieu de contribuer à la dissuasion opérée par les sanctions américaines. L’Iran veut continuer à faire affaire avec eux. Ainsi, lorsque les Européens disent qu’ils ne perçoivent pas la même menace que les États-Unis, cela ne signifie pas que les renseignements n’existent pas ou ne sont pas valides. Cela signifie littéralement qu’ils ne les perçoivent pas comme une menace pour eux-mêmes.

Alors ne vous laissez pas illusionner par ce que disent à cet égard, les Européens ou les grands médias. Rien de tout cela ne constitue une mise en cause des renseignements en eux-mêmes – qui peut être ou ne pas être valide, mais n’est pas non plus démontré comme invalide par le commentaire de ceux pour qui ils ne sont pas perçus comme une menace.

Troisièmement, le problème à l’origine de tout cela – le programme d’armement nucléaire iranien – a peut-être reçu un regain d’éclairage, de la part du transfuge iranien, le général Nasiri. Comme le contributeur Jeff Dunetz le souligne, en citant Kenneth Timmerman, Nasiri aurait des connaissances spécifiques de l’état de certaines des installations liées au nucléaire en Iran. Ce n’est pas parce que Nasiri était le chef des services de renseignement du CGR, comme le dit Timmerman (cela ne semble pas être le cas), mais plutôt à cause de son mandat de commandement pour assurer la sécurité des responsables du régime.

J’en dirai plus sur ce dernier point dans un article distinct. Cela revient toujours au programme d’armement nucléaire et à la recherche de moyens pour empêcher le régime radical de réaliser ses ambitions.

JE Dyer est un officier du renseignement de la marine américaine à la retraite qui a servi dans le monde entier, à flot et à terre, de 1983 à 2004. Ses dernières opérations dans la marine ont été Iraqian Freedom et Enduring Freedom en 2003 et elle a pris sa retraite avec le rang de commandante. Elle vit actuellement dans «l’Inland Empire» du sud de la Californie, où elle écrit pour différents blogs et prépare un livre sur la guerre froide.

libertyunyielding.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.