Les autorités chinoises sévissent contre une petite communauté juive

Au cours des derniers mois, les autorités chinoises ont progressivement fermé les quelques organisations juives dans la ville de Kaifeng, et les quelques centaines de personnes qui y prétendent être juives se sont vues imposer de célébrer et de prier en privé.

La Chine communiste a cinq religions d’état autorisées : le bouddhisme, le catholicisme, l’islam, le protestantisme et le taôisme. Cependant, depuis les années 1980, le judaïsme a été officiellement toléré. Pour une raison inconnue, cette tolérance relative a été révoquée, selon un rapport publié samedi par le New York Times.

En avril dernier, quelques 50 membres de la communauté juive de Kaifeng se sont réunis pour célébrer Pessah, et en décembre, quelques dizaines de juifs ont célébré le début de Hanoucca en allumant les traditionnelles bougies.

Maintenant, le centre d’étude a été fermé, tous les signes publics de l’histoire juive de la ville ont été supprimés, les organisations juives internationales ont été renvoyées, et un ancien puits, qui est considéré comme le dernier vestige d’une ancienne synagogue a été enterré sous les décombres.

« Les descendants juifs de Kaifeng sont un lien vivant entre la Chine et le peuple juif, » a dit Michael Freund, président de Shavei Israël, qui cherche à renforcer les liens avec les descendants des juifs dans les communautés à travers le monde.

« Après des siècles d’assimilation, un nombre croissant de juifs de Kaifeng a ces dernières années cherché à revenir à leurs racines et embrasser leur identité juive. »

La répression se produit à un moment où Israël et la Chine renforcent leurs liens économiques et politiques. Les deux pays ont récemment signé un accord de visa, encourageant les voyages entre les deux pays. La semaine dernière, la Chine a envoyé un responsable chargé de faire part des salutations de la Chine à l’ancien président Shimon Peres, actuellement hospitalisé après un accident vasculaire cérébral.

Les chercheurs pensent que la communauté juive de Kaifeng a été fondée au 8e siècle par des commençants juifs perses et irakiens le long de la route de la soie. A son apogée, durant la dynastie des Ming, du 14e au 17e siècle, elle comptait quelques 5000 personnes, avec une synagogue, un rabbin, des établissements d’enseignement et un cimetière.

Au fil du temps, les mariages et les conversions au christianisme et à l’islam ont affaibli la communauté, et au milieu du 19e siècle, elle avait en grande partie disparu, bien que les descendants des familles juives, identifiables par les noms de familles donnés au Moyen Age, aient conservé une certaine identité et tradition juive.

Aujourd’hui, la communauté est estimée à environ 1000 personnes qui s’identifient comme d’origine juive. Parmi elles, quelques centaines seraient actives dans la communauté.

Il y a 2 heures – Juif.org
Les autorités chinoises sévissent contre une petite communauté juive – © Juif.org

2 Commentaires

  1. Cette nouvelle est d’autant plus surprenante que le nombre de Juifs vivant en Chine est infime; que la religion qui pose problème est l’islamique (l’on a vu la répression du gouvernement chinois contre ses islamistes); et, en outre, le gouvernement chinois a su se montrer hospitalier vis-à-vis des réfugiés juifs, pendant la 2nde guerre mondiale — ce que j’ai appris d’une amie juive américaine dont le père avait été sauvé, et hébergé à Harbin, avec un certain nombre d’autres. Il me semble qu’un ancien PM israélien a fait partie de ces Juifs sauvés par les Chinois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.