La Chine multiplie les exercices militaires alors que les tensions avec les États-Unis s’intensifient

Hong Kong (CNN) La Chine démultiplie les exercices militaires autour de l’Asie du Sud-Est alors que la guerre des mots avec les États-Unis s’intensifie à cause des activités militaires de Washington et de la visite d’un secrétaire du cabinet américain à Taiwan.
Un groupe de réflexion chinois a même déclaré que l’Armée populaire de libération (APL) pourrait envisager des exercices de tir réel près de l’île américaine de Guam.
Pékin a accéléré le rythme de ses manœuvres de guerre ces dernières semaines, après que les États-Unis ont envoyé deux groupes d’attaque de porte-avions pour de rares exercices d’un duo de porte-avions dans la mer de Chine méridionale à deux reprises au mois de juillet.
Mais la visite cette semaine du secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar, sur l’île autonome de Taiwan, a alimenté les tensions qui couvent. Azar est le plus haut fonctionnaire américain à visiter l’île – que Pékin considère comme un territoire chinois – depuis des décennies.
La présence d’Azar à Taipei est « une grave violation » des engagements américains à Taiwan, a déclaré lundi après-midi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian.
<< Nous exhortons la partie américaine à respecter le principe d’une seule Chine et les dispositions de trois communiqués conjoints sino-américains, à mettre fin aux interactions et contacts officiels de toutes sortes ainsi qu’à l’amélioration des relations de fond avec l’île et à gérer les relations avec Taiwan. de manière prudente et appropriée, afin de ne pas nuire gravement à la coopération sino-américaine dans les principaux domaines, ainsi qu’à la paix et à la stabilité dans le détroit de Taiwan », a déclaré Zhao, selon l’agence de presse officielle Xinhua.

Quatre avions de combat F-16 de fabrication américaine de l'armée de l'air taïwanaise sont présentés au cours des exercices de 2018.

Les avions de combat chinois traversent la ligne

Lundi matin, la Chine a envoyé des avions de combat traverser la ligne médiane dans le détroit de Taiwan, ce contre quoi Taiwan a déclaré que ses avions de combat avaient mis la Chine en garde. Les jets chinois ont également été suivis par les missiles anti-aériens basés à Taïwan, a déclaré le ministère de la Défense de Taïwan.
Bien que se situant toujours dans l’espace aérien international, la ligne médiane du détroit de Taiwan a été une ligne de démarcation informelle, mais largement respectée pour Pékin et Taipei. Selon les rapports des gouvernements taïwanais et américain, les avions de combat de Pékin ne l’ont franchi intentionnellement que trois fois depuis 1999 – une fois en mars 2019, en février de cette année et à nouveau lundi 10 août 2020.
Un article du Global Times soutenu par l’État, publié sur le site Web officiel en anglais de l’APL, montrait le mécontentement de Pékin à l’égard de Washington? à propos de la visite d’Azar à Taiwan.
« L’opération de l’APL est considérée comme une réponse forte à la décision des États-Unis, qui a brisé les résultats diplomatiques des relations sino-américaines », indique l’article.
Il poursuit en disant que si Washington ne recule pas, d’autres mesures de l’APL pourraient être nécessaires.
« Si les États-Unis vont plus loin, l’APL pourrait prendre plus de contre-mesures, y compris des exercices de missiles à tir réel à l’est de l’île de Taiwan et près de Guam », dit l’article, citant Xu Guangyu, conseiller principal de l’Association chinoise de contrôle et de désarmement.
Le major Randy Ready, porte-parole du US Indo-Pacific Command à Hawaï, a déclaré que l’armée américaine « ne spéculera pas sur des exercices hypothétiques qui pourraient ou non avoir lieu à l’avenir ».
La Chine fléchit ses muscles militaires au milieu d'une pandémie de coronavirus
La Chine fléchit ses muscles militaires au milieu de la pandémie de coronavirus 04:00

L’armée chinoise organise plusieurs exercices

La mention d’exercices possibles au large de Guam, qui abrite les importantes installations militaires américaines de la base aérienne d’Andersen et de la station navale de Guam, intervient après quelques semaines bien remplies pour l’APL.
« Les forces terrestres et navales de l’Armée populaire de libération de la Chine (APL) ont été concentrées sur des programmes de débarquement amphibies et d’exercices maritimes au cours des dernières semaines et continueront de le faire dans les semaines à venir », a indiqué un rapport du Global Times.
Les exercices récents incluent un assaut simulé sur une plage dans la province de Hainan sur la mer de Chine méridionale; une traversée maritime et un atterrissage avec des véhicules d’assaut amphibies dans la province du Guangdong; des exercices d’assaut de traversée maritime dans la province du Fujian; et des vols de bombardiers et de chasseurs armés de missiles au-dessus de la mer de Chine méridionale.
L’APL a prévu des exercices à tir réel pour cette semaine et la prochaine, selon un autre rapport du Global Times .
Ces exercices auront lieu au large de Zhoushan, une île sur la côte est de la Chine au sud de Shanghai.
« Les exercices de l’APL interviennent en plein milieu des activités militaires provocatrices de plus en plus fréquentes menées par les États-Unis près de l’île de Taiwan et dans les eaux de la mer de Chine méridionale », indique le rapport du Global Times.
Dans une interview à Xinhua, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a accusé la semaine dernière Washington d’avoir envoyé 2 000 vols militaires au-dessus de la mer de Chine méridionale au cours du premier semestre de cette année. Ce serait un taux de près de 11 par jour.
Ready, le porte-parole du commandement indo-pacifique, n’a pas confirmé l’affirmation de Wang sur le nombre de vols américains.

Pourquoi c'est important qui possède les mers

« Il n’y a eu aucun changement significatif dans nos opérations militaires dans ou autour de la mer de Chine méridionale », a déclaré Ready. «Bien que la fréquence et la portée de nos opérations varient en fonction de l’environnement opérationnel actuel, les États-Unis ont une présence militaire persistante et opèrent régulièrement dans tout l’Indo-Pacifique, y compris les eaux et l’espace aérien entourant la mer de Chine méridionale, tout comme nous l’avons fait depuis plus d’un siècle. « 
Wang soutient le contraire.
« Les États-Unis ne cessent d’augmenter et d’afficher leur présence militaire dans la mer de Chine méridionale », a déclaré M. Wang, le qualifiant de partie d’un plan visant à « déstabiliser » la région de 1,3 million de kilomètres carrés, dont la Chine revendique la plupart comme territoire souverain et où elle a fortifié des îles artificielles avec des installations et des équipements militaires.

Analyste: la Chine travaille à quelque chose

L’analyste militaire Carl Schuster, ancien directeur des opérations au Joint Intelligence Center (Centre des Renseignements conjoints) du Commandement Pacifique US, a déclaré qu’il ne serait pas surprenant de voir des exercices militaires chinois correspondre à une déclaration forte faite à la fois à Washington et à Taipei.

Le chef de la défense américain pousse les alliés pour défier la Chine

« Il ressort de la complexité croissante des exercices maritimes de la Chine qu’ils travaillent à quelque chose », a déclaré Schuster, ajoutant qu’il s’attend à un exercice important à l’automne.
« Ils feront probablement un exercice de frappe aéronavale à l’est de Taiwan. Si Xi (le président chinois Xi Jinping) veut envoyer une menace, cela peut inclure un lancement de missile balistique dans les eaux à l’ouest de Guam », a déclaré Schuster.
Le fait que la possibilité d’utiliser Guam soit apparue dans un article sur le site Web officiel en anglais de l’APL lui donne du crédit, a-t-il déclaré.
« Je suis sûr que l’idée est sur la table puisque l’armée chinoise ne publierait pas une telle rhétorique à son initiative », a-t-il dit. « Quelqu’un d’autorité au sein du Parti communiste ou de l’APL est de cet avis et la pousse à le faire. »
Malgré toute la rhétorique diffusée dans les médias, les dirigeants militaires de Washington et de Pékin ont parlé.

La Chine risque de payer un `` coût élevé '' pour l'intimidation en mer de Chine méridionale, déclare le chef de la défense japonaise

La semaine dernière, le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, s’est entretenu par téléphone avec son homologue chinois, le général Wei Fenghe.
« Les deux dirigeants ont convenu de l’importance de maintenir des canaux de communication ouverts et de développer les systèmes nécessaires à la communication de crise et à la réduction des risques », a indiqué un communiqué du département américain de la Défense.
Wei, selon China Military Online, a exhorté « la partie américaine à mettre un terme aux paroles et actes agressifs, à renforcer le contrôle des risques maritimes et à empêcher les actions dangereuses » qui pourraient exacerber les tensions.

 

edition.cnn.com

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENTAIRE

  1. Les chinois peuvent parader tout ce qu`ils veulent ;mais la realite est que s`ils se confrontent a la Navy; en quelques heures ils n`auront que des bateaux de peche en surface.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.