L’AP ne cessera jamais de financer le terrorisme

4
574

photo by Flash90

L’Autorité palestinienne serait actuellement confrontée à une crise financière, a rapporté la Banque mondiale.

Une crise économique qui résulterait de son refus d’accepter les recettes fiscales versées par Israël au titre des droits de douane sur les marchandises transitant par les ports israéliens.

Ce refus est la réponse de Mamoud Abbas au gel par Israël  d’une partie des recettes pour endiguer le terrorisme.

Ces recettes fiscales qui se sont montées à environ 8 milliards de shekels en 2018, représentent en moyenne au cours des cinq dernières années, 50% du budget de fonctionnement annuel de l’Autorité palestinienne.

Après le viol et le meurtre d’Ori Ansbacher, en février dernier, la Knesset a voté une loi, largement soutenue par la coalition et par l’opposition pour geler une partie des recettes fiscales qu’Israël verse à l’Autorité Palestinienne afin que ce dernier cesse d’encourager le terrorisme.

L’État juif a décidé de ponctionner environ 42 millions de shekels par mois des revenus fiscaux perçus par l’AP, un montant calculé par rapport aux salaires que l’Autorité palestinienne a reconnu publiquement avoir payé aux terroristes morts lors d’attentats contre des juifs ou purgeant une peine dans les prisons israéliennes.

Israël considère objectivement que ces salaires versés à des palestiniens qui ont commis des crimes contre des Israéliens représentent un encouragement outrageant à la poursuite du terrorisme.

.

.Commentaires de Riad al-Maliki, responsable de la politique étrangère à l’Autorité palestinienne.

S’il se peut que les fonds déduits soit à l’origine de la crise économique, les chiffres obtenus par Palestinian Media Watch (PMW) à la suite d’une demande adressée au ministère des Finances prouvent que même après déduction des transferts d’impôts par Israël, l’AP aurait tout de même reçu plus d’argent au cours des deux premiers mois de 2019 qu’elle n’en percevait  en moyenne par mois en 2018.

Les recettes fiscales des deux premiers mois de 2019 ont augmenté de 109 millions de shekels, alors que le montant de la déduction n’était que de 42 millions de shekels soit un crédit de  67 millions de shekels en faveur de l’AP.

En janvier 2019, avant la décision du Cabinet de procéder à la déduction, les taxes perçues par l’AP s’élevaient à plus de 743 millions de shekels et, en février, à plus de 728 millions de shekels.

 En 2018, les recettes fiscales s’élevaient en moyenne à 670 millions de shekels par mois. En d’autres termes, même après déduction des 42 millions de shekels, les recettes fiscales de février 2019 se chiffraient à plus de 686 millions de shekels, soit 16 millions de plus que la moyenne mensuelle en 2018.

On veut faire croire que l’Autorité palestinienne risque un effondrement économique uniquement à cause de l’application par Israël de la loi sur la déduction des recettes fiscales.

C’est sans fondement. La crise financière de l’Autorité palestinienne n’est pas le résultat de cette déduction fiscale.

L’Autorité palestinienne simule une crise financière pour continuer de payer des salaires aux terroristes et pour que le monde entier continue de croire qu’ils ne sont pas des terroristes mais des soldats.

L’Autorité palestinienne instille cette idée depuis 1965 comme un dogme à sa population et au monde entier et elle n’a pas l’intention de cesser.

.

.

« Nous versons des salaires aux familles des martyrs, aux prisonniers et aux blessés depuis 1965. Ils ont été tués, emprisonnés ou blessés pour des raisons d’intérêt national et pas pour des raisons personnelles « . [Télévision officielle de la PA, 21 avril 2019; discours à la conférence de la ligue arabe au Caire]

Nabil Abu Rudeina, vice-président de l’AP, a encore récemment déclaré  lors d’une réunion avec des journalistes israéliens: « C’est une ligne rouge et Israël doit le comprendre. Il est impossible d’envoyer un soldat en guerre et de ne pas prendre soin de sa famille.

Nous parlons d’hommes qui agissent pour notre compte et qui reçoivent nos ordres . » [Kan (Télévision israélienne), 16 avril 2019].

L’Autorité palestinienne a institutionnalisé le droit des terroristes à recevoir un salaire mensuel. Elle ne renoncera jamais. Voici  l’échelle de rémunération  selon laquelle plus l’emprisonnement est long et plus le salaire est élevé.

Tel-Avivre – source Aroutz7

4 COMMENTS

  1. C’est tellement plus facile de payer ces assassins que de faire travailler ces gens qui finalement gagnent leur vie en tuant des Juifs.
    Et il ne rendra pas de compte à la Cour Internationale de Justice de La Haye, en prime puisqu’il n’a pas d’état ! Il peut continuer encore longtemps.
    Et l’Europe ne dit mot ?

  2. Qu’il ne s’inquiète pas le Mahmoud. Macron, vous savez? Le pourri qui nous sert de président va lui remplir les caisses pour qu’il continue à assassiner les juifs.
    ROSA

  3. Je ne comprends pas pourquoi on ne prend pas des mesures plus drastiques contre l’AP. Soit-disant pour ne pas aggraver la situation??? Parfois, il faut agir durement pour que ca aille mieux plus tard.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.